Soutenance de thèse de Marie-Émeline Sterlin-Cathébras : L’invention du cartulaire communal

Le samedi 25 novembre 2023, à 14h, Marie-Émeline Sterlin-Cathébras soutiendra sa thèse intitulée L’invention du cartulaire communal. Rythmes, formes et finalités de la première cartularisation dans les communautés urbaines de Picardie (XIIIe-XIVe siècle)

Elle se déroulera en Amphithéâtre Louis Liard, à la Sorbonne (17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris).

 

Archives Municipales de Saint-Quentin, Livre rouge, f. 15r.

 

Le jury sera composé de :

M. Pierre CHASTANG, Professeur, Université Paris-Saclay (Rapporteur)

Mme Kouky FIANU, Professeure, Université d’Ottawa

M. Olivier GUYOTJEANNIN, Professeur, École Nationale des Chartes (Directeur)

Mme Élisabeth LALOU, Professeure émérite, Université de Rouen (Rapportrice)

M. Olivier MATTE ONI, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Directeur )

M. Nicolas Leroy, Professeur, Université de Nîmes

 

En raison des mesures de sécurité en vigueur à l’entrée de la Sorbonne, merci de bien vouloir signaler votre présence à la soutenance avant le 20 novembre à l’adresse suivante : me.sterlin@gmail.com.

 

Résumé de la thèse :

Entre le milieu du XIIIe siècle et les premières décennies du XIVe siècle, Abbeville, Amiens, Beauvais, Saint-Quentin et Senlis produisent un cartulaire. C’est une nouveauté car dans cet espace aucune communauté urbaine n’avait alors fait rédiger de tels recueils. Ils sont restés peu étudiés en dépit de l’intérêt suscité par les renouvellements historiographiques liés à l’écrit et au document. Cette thèse les place au centre de l’analyse et pose la question des ressorts et des modalités de l’invention des cartulaires dans les communes picardes au tournant des XIIIe et XIVe siècles.

Elle s’appuie sur un corpus double, dont le cœur est formé par les cartulaires produits par les communautés urbaines picardes durant la période médiévale. Un corpus complémentaire composé par les chartes, les comptabilités et les livres municipaux conservés dans les fonds communaux éclaire ces cartulaires par d’autres sources et les situe dans le système documentaire des communes qui les ont produits.

La démarche replace l’invention du cartulaire communal dans une histoire plus longue de la cartularisation en Picardie, marquée par trois vagues principales de rédaction durant le Moyen Âge. L’analyse codicologique des cartulaires, tout en permettant de circonscrire et de situer dans le temps leurs différentes phases de rédaction, éclaire la culture et les pratiques d’écriture des clercs de ville, et met en lumière des modalités de copie en tension entre compilation et enregistrement.

En retraçant les différents régimes de scripturalités que connaissent les communes étudiées depuis leur fondation, il apparaît que l’invention des cartulaires procède du déploiement d’un nouveau rapport à l’écrit à partir du milieu du XIIIe siècle, dont les cartulaires sont l’une des facettes les plus visibles avec l’accroissement du nombre de documents. La comparaison avec le reste des systèmes documentaires communaux nuance la nouveauté que représente le cartulaire mais souligne également la place ambivalente qu’il y occupe, entre livre et écriture grise.

L’invention de ces cartulaires communaux a lieu dans une période de tensions sociales et de recompositions politiques et institutionnelles fortes, marquées par la suspension des communes, dont les élites communales sortent fragilisées. Dans un contexte de révision du droit et d’une importance croissante de la preuve écrite, les élites communales rassemblent dans les cartulaires des copies des documents à même d’attester leurs droits, que ce soit dans une optique de défense ou d’inventaire. Entre commune et bonne ville, les cartulaires manifestent l’identité de villes de communes, pouvoir à part entière en dialogue avec le roi.

 

Télécharger l’annonce au format PDF.



Citer ce billet
Nicolas Perreaux (2023, 10 novembre). Soutenance de thèse de Marie-Émeline Sterlin-Cathébras : L’invention du cartulaire communal. Les carnets du LaMOP. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq0z

Nicolas Perreaux

Médiéviste, ingénieur de recherche à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LaMOP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search