« Conjugalité, sexualité, famille au sein du clergé dans le monde franc (IVe-XIIe siècle) »


par Margot LAPRADE sous la direction de Geneviève BÜHRER-THIERRY :

Si l’évolution de la législation sur le célibat ecclésiastique a fait l’objet de nombreux travaux au cours des dernières décennies – en particulier dans le dernier quart du XXe siècle à la suite de Vatican II – les historiens se sont finalement peu intéressés aux couples et aux familles concernés par ces interdictions. Entre le IVe et le XIIe siècle, le clergé majeur de l’Église chrétienne occidentale se trouve en effet dans une situation ambiguë : afin de préserver leur pureté cultuelle, les autorités ecclésiastiques ont interdit tout rapport charnel aux clercs à partir du diaconat, ainsi que le mariage après l’ordination. Néanmoins, les hommes mariés au préalable peuvent intégrer le clergé, sans que l’ordination ne mette fin à leur union. Ils demeurent donc mariés mais doivent adopter une stricte continence, et peuvent continuer à habiter avec leurs épouses mais en les traitant comme des sœurs.
Ce travail vise ainsi à examiner le couple clérical – marié ou concubinaire – et la famille autour de lui dans le monde franc. Notre étude porte sur le temps long, pour analyser leurs spécificités, leurs représentations et leur perception par les contemporains. On peut ainsi distinguer trois grandes périodes.
À la fin de l’Antiquité et à l’époque mérovingienne, la documentation est dominée par les évêques dont beaucoup sont issus de l’ancienne aristocratie sénatoriale gallo-romaine ; ces hommes ayant connu une carrière civile, un mariage et une vie de famille avant d’intégrer le clergé dans la seconde partie de leur vie, continuent très souvent d’habiter avec leur femme. Cette dernière, que les sources présentent comme un soutien loyal et indispensable, s’est convertie à la vie religieuse aux côtés de son époux. Ces couples épiscopaux, décrits dans les lettres, les chroniques, les poèmes ou encore les Vies de saints, apparaissent sous la plume des auteurs tardo-antiques et mérovingiens comme un modèle conjugal, incarnant les vertus de solidarité, d’affection et d’indissolubilité mises en avant par l’Église gallo-franque.
À partir de la seconde moitié du VIIIe siècle, la représentation des familles et couples cléricaux change radicalement. En dehors de la législation religieuse (actes de conciles, décrétales papales, capitulaires épiscopaux) toujours aussi prolixe sur les interdictions pour les clercs de toute sexualité, les couples cléricaux n’apparaissent que très peu dans la documentation. Par ailleurs, les quelques cas mentionnés dans la correspondance de l’anglo-saxon Boniface, envoyé pour évangéliser la Bavière au VIIIe siècle, ou par le puissant archevêque de Reims Hincmar (IXe siècle), sont ceux de « scandales sexuels » sans lendemain davantage que de couples de longue durée. Une comparaison avec la Catalogne et l’Italie du Nord des VIIIe- IXe siècles, alors sous domination carolingienne, permettra de nuancer ou d’affirmer cette période de vide documentaire (v. 750-v. 950) qui donne l’impression, biaisée, qu’il n’y a plus aucun couple clérical.
Enfin, familles et couples cléricaux réapparaissent en masse à partir des années 950, dans un « nouveau » type de sources : les chartes, conservées en grand nombre à partir du Xe siècle dans le monde franc. Elles donnent à voir de nombreux couples de clercs majeurs accompagnés de leurs épouses ou de leurs concubines, ainsi qu’un très grand nombre de fils de prêtres, qui évoluent dans une société généralement tolérante. Cependant, dès le début du XIe siècle, ces couples sont la cible d’attaques de la part des réformateurs qui dénoncent épouses et enfants de prêtres accaparant les ressources de l’Église ainsi que les « dynasties sacerdotales » qui s’approprient les paroisses. L’arrivée de Léon IX sur le siège pontifical en 1049 marque le début de mesures très sévères à destination des familles et couples cléricaux que l’on entend désormais séparer définitivement. Le concile de Latran II en 1139 marque un tournant en mettant fin à la possibilité pour les hommes mariés d’entrer dans les ordres majeurs. La mesure ne met bien sûr pas un terme à la conjugalité cléricale, mais elle la marginalise, en faisant désormais de l’ensemble des compagnes de clercs des concubines.



Citer ce billet
_ (2023, 25 mai). « Conjugalité, sexualité, famille au sein du clergé dans le monde franc (IVe-XIIe siècle) ». Les carnets du LaMOP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq0m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search