Podcast : Doléances et consultations, comment faire passer des réformes au Moyen Âge ?

Émission Le Cours de l’histoire (production par Xavier Mauduit) du 9 mai 2023, avec Marie Dejoux (Maîtresse de conférences en histoire médiévale à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut universitaire de France) et  Michelle Bubenicek (Directrice de l’École nationale des chartes)

 

Louis IX enseignant, “Vie et Miracles de Saint Louis” de Guillaume de Saint-Pathus, illustré par Mahiet, XIVe siècle, folio 44. – gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits

 

Cliquez ici pour écouter le podcast

 

Présentation de l’émission sur la page Radio France (lien

Même si le roi a la capacité de faire et de défaire la loi, il lui serait mal avisé de ne pas prêter l’oreille aux doléances de ses sujets. Alors que l’État est en pleine construction à la fin du Moyen Âge, comment les souverains font-ils accepter leurs décisions politiques ? Quel mot intriguant que celui de réforme ! Il est du même registre que celui de modernité, brandi sans cesse dans le discours politique. Ces mots conviennent à tout le monde, quel que soit le camp politique : quel homme ou quelle femme politique oserait dire “je ne suis pas moderne et je refuse la réforme” ? De nos jours, “réforme” a pris le sens d’une modification des choses dans un but d’amélioration, de progrès. Pourtant, sa signification première est bien “le rétablissement dans l’ordre, dans l’ancienne forme”. Méfiance donc dès qu’est brandi le mot réforme !

Un Moyen Âge pas si réformateur que ça…
Réforme de la sécurité sociale, réforme de la justice, réforme de l’université et bien sûr réforme de la retraite… La vie politique française est régulièrement traversée par les projets de réforme de ses gouvernements – que le terme soit fièrement revendiqué ou soigneusement écarté. Certains y voient l’opportunité d’un renouvellement, d’autres entendent l’écho d’un cycle politique redondant.
Les historiennes et historiens du Moyen Âge sont familiers de ce vocable tant l’historiographie médiévale le met à l’honneur : réforme carolingienne, réforme grégorienne, réforme clunisienne et même réforme cabochienne… Une équipe de médiévistes, menée par Marie Dejoux, s’est interrogée sur le terme de “réforme” et sur la pertinence de l’appliquer au Moyen Âge. En effet, la mentalité médiévale, profondément chrétienne, ne voit pas la nouveauté d’un bon œil. C’est au contraire le retour à un idéal originel qui est désirable et désiré.
Marie Dejoux explique que “le mot réforme n’existe pas au Moyen Âge. On préfère le terme latin reformatio ou le verbe latin reformare, que les médiévaux traduisent en français par refourmement, re-former ou réformation. La forme courte de réforme apparaît à l’époque moderne, au moment où apparaît un autre concept, que ne connaissent pas les médiévaux mais qui est essentiel pour nous, la notion de progrès. À ce moment-là, la réforme devient le changement, l’amélioration pour le meilleur, pour le progrès, pour le futur.”

Des souverains à l’écoute de leurs sujets ?
La société médiévale, dès le XIIIe siècle, est en pleine mutation. Enquêtes, assemblées, réunions publiques, les souverains déploient une quantité d’instruments de gouvernement pour affirmer leurs pouvoirs législatif et judiciaire, et s’assurer du consentement de leurs administrés. Les enquêtes de Louis IX sont un exemple caractéristique de cet exercice d’équilibriste. À la veille de son premier départ en croisade, le saint roi envoie des enquêteurs à travers l’ensemble de son royaume, recueillir les griefs contre ses officiers, mais aussi contre lui-même, et verser des réparations. Si le roi entend sauver son âme avec cette entreprise inédite, les effets obtenus n’en sont pas moins pragmatiques : l’enquête promeut la justice royale et crée le consensus autour de la figure d’un roi miséricordieux.
Marie Dejoux souligne que les enquêtes de Louis IX n’ont pas vocation à blâmer le pouvoir royal ou son administration : “Il ne faut pas ouvrir la boîte de Pandore. (…) On demande simplement aux gens de venir se plaindre de biens qu’ils peuvent chiffrer. Le dialogue se fait à partir de questions imposées par celui qui sonde son peuple.”

Doléances et dialogue social au Moyen Âge
Alors que de nos jours, l’idée des cahiers de doléances est remise sur le devant de la scène, des historiennes et historiens ont rejoint Michelle Bubenicek pour observer la manière médiévale de faire du dialogue social. L’historienne rappelle que la société médiévale n’est pas muette : “Il faut écarter l’idée d’un sujet, qu’il soit médiéval ou moderne, totalement passif par rapport à un pouvoir princier ou royal arbitraire. On a (…) dès le Moyen Âge une opinion publique qui n’hésite pas à s’exprimer ; les sujets osent se plaindre.”
Même si le roi a la capacité de faire et de défaire la loi, il ne peut pas gouverner si son pouvoir n’est pas accepté. Pour Michelle Bubenicek, “la doléance ouvre un espace de communication et de négociation vis-à-vis de l’autorité. C’est donnant-donnant, négociation contre légitimation de cette autorité.” Le jeu de la négociation peut se révéler bénéfique pour le souverain, quand pointent le mécontentement et la menace séditieuse.



Citer ce billet
Nicolas Perreaux (2023, 16 mai). Podcast : Doléances et consultations, comment faire passer des réformes au Moyen Âge ? Les carnets du LaMOP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq0j

Nicolas Perreaux

Médiéviste, ingénieur de recherche à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LaMOP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search