« Les pouvoirs urbains et les territoires de l’eau de la plaine du Pô : une hydrohistoire (IXe siècle-XIIe siècle) » par Hugo VIDON, sous la direction de Patrick BOUCHERON

Dans la lignée de l’hydrohistoire telle qu’elle a été définie par Patrick Fournier et Vincent Lemire, ma thèse aborde au prisme de l’eau les sociétés de la plaine du Pô, de la conquête par les Carolingiens jusqu’à l’autonomie des communes italiennes après la paix de Constance de 1183. Cette approche combine les apports de deux historiographies, particulièrement riches sur l’Italie du nord. D’une part, l’histoire environnementale, qui s’est principalement concentrée sur les questions agraires et plus récemment sur la question du paysage. D’autre part, l’histoire des pouvoirs qui recoupe celle du fait urbain et qui est l’un des sujets les plus étudiés par les historiennes et les historiens d’Italie, qui donne le cadre géographique de mon sujet puisqu’il se concentre sur cinq villes et leur territoire rural : Plaisance, Crémone, Parme, Reggio d’Émilie et Mantoue. Ces deux courants donnent les grands axes de cette étude qui s’intéresse tant aux espaces ruraux qu’urbains et qui cherche à proposer une histoire sociale en lien avec les transformations de l’environnement. Cette double approche permet de considérer l’organisation des sociétés et les conflits entre groupes sociaux au regard du rapport avec la « nature » et singulièrement avec la ressource omniprésente et essentielle qu’est l’eau.

Afin d’offrir une histoire la plus complète possible, ce travail se construit à partir de sources diversifiées. La majeure partie d’entre elles sont fournies par les actes de la pratiques issus des archives publiques et ecclésiastiques des villes étudiées, ainsi que d’autres acteurs comme les empereurs germaniques ou différents monastères, dont les chartes sont souvent éditées. Tous ces documents sont intégrés dans une base de donnée relationnelle afin de faire émerger les acteurs majeurs du gouvernement de l’eau, mais aussi les rivières les plus présentes et les différentes modalités d’aménagement de ces cours d’eau. Plusieurs types documentaires sont également mis à contribution afin de mieux comprendre les mentalités médiévales : l’hagiographie, les textes scientifiques et littéraires dont nombre de chroniques, et les corpus juridiques qui visent à codifier le droit sur l’eau. En plus de cette documentation écrite, la question de l’espace est abordée plus directement grâce à des cartes (bien qu’elles datent souvent de l’époque moderne), des relevés topographiques et pédologiques, ou les résultats de fouilles archéologiques. Tous ces documents sont étudiés en relation les uns avec les autres, afin de donner un panorama complet des usages de l’eau dans la région. Ces données permettent aussi de réaliser une production cartographique grâce à un logiciel de SIG, qui sert à la fois à illustrer le propos mais aussi et surtout à faire émerger de nouvelles modalités de compréhension de ces sociétés.

Ces usages permettent de faire apparaître plusieurs grandes thématiques. L’eau est gérée comme une ressource économique, et participe aux dynamiques de production et de consommation dans de nombreux aspects de la société. Se joue ici une lutte quant aux usages de l’eau, entre les différentes activités mais surtout entre les différents acteurs, où le clivage entre usagers et possesseurs des droits sur l’eau est particulièrement fort. Sur le plan politique également l’eau est un enjeu crucial dans le rapport de force entre les différents pouvoirs, qui cherchent à s’en assurer le contrôle pour des raisons aussi bien fiscales que stratégiques et militaires. C’est ici la question de la souveraineté qui se pose, ce dont témoignent les nombreuses interrogations dans le domaine du droit. La question du territoire est au cœur de cette recherche, puisque l’eau est un facteur essentiel de l’organisation de l’espace, tant par les aménagements anthropiques que par les évolutions hydrologiques à court et long terme. L’eau joue également un rôle majeur dans la culture médiévale, par exemple pour définir les identités de communautés familiales, urbaines ou ecclésiastiques, ce dont témoigne son rôle dans de nombreux récits. Au croisement de tous ces questionnements, l’eau apparaît surtout comme un élément difficilement appropriable mais toujours convoité, ce qui entraîne la mise en place de nombreuses stratégies visant à s’en assurer le contrôle et l’utilisation, selon des modalités variables dans le temps et en fonction des acteurs sociaux dominants



Citer ce billet
Nicolas Perreaux (2023, 26 janvier). « Les pouvoirs urbains et les territoires de l’eau de la plaine du Pô : une hydrohistoire (IXe siècle-XIIe siècle) » par Hugo VIDON, sous la direction de Patrick BOUCHERON. Les carnets du LaMOP. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qq04

Nicolas Perreaux

Médiéviste, ingénieur de recherche à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LaMOP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search