Les économies méditerranéennes après la Peste Noire

DÉFI ENVIRONNEMENTAL ET RÉSILIENCE SOCIALE : CATASTROPHES NATURELLES, DÉMOGRAPHIE, PAYSAGES.

 

1e journée d’étude : 10 mai 2022

Aubervilliers, Campus Condorcet, bâtiment Sud, Centre de colloques, 3e étage, salle 3.02 (plan interactif : https://www.campus-condorcet.fr/cartographie)

 

 

9 h 00 : Accueil des participants.

9 h 15 : Introduction

 

Climat et épidémies après la Peste Noire (1350-1450) :

9h 30 : Thomas Labbé (UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne ; Thomas.Labbe@u-bourgogne.fr) : Indices, corrélation, consilience, vulnérabilité, etc. :approches et débats récents en histoire du climat

  • Résumé : Depuis les premiers travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie à la fin des années 1950, l’histoire du climat s’est considérablement développée en France, et surtout dans les pays anglo-saxons. Mêlant science du climat et sciences sociales, un nouvel élan dans cette discipline a vu le jour depuis le début des années 2000 avec la prise de conscience du réchauffement climatique. L’histoire du climat s’est ainsi dans les dernières années d’une part imposée dans le paysage de la recherche par ses résultats, et d’autre part institutionnalisée. Elle a acquis des méthodes de travail partagées et réfléchit à partir de concepts très évolutifs que cette communication a pour objet de présenter brièvement, en même temps qu’on présentera une réflexion sur la pertinence des liens climat-société.

 

10 h 30 : Dominique Castex (univ. Bordeaux, UMR 5199 PACEA du CNRS ; Dominique Castex Dominique.Castex@u-bordeaux.fr) : Les enseignements de l’archéologie funéraire sur l’adaptation des sociétés du passé lors de la seconde pandémie de peste

 

La forêt et la chasse, moyens de subsistance

11 h 30 : Sylvain Burri (TRACES UMR 5608 CNRS- Université Toulouse Jean Jaurès ; sylvain.burri@univ-tlse2.fr) : Conjoncture économique et environnement en France méditerranéenne avant et après la peste

12 h 30 : pause déjeuner

13 h 30 : Camille Fabre (Centre Roland Mousnier ; camillfabre@yahoo.fr) : Commercialisation et fragilité : la spécialisation des espaces forestiers face à la crise de la fin du Moyen Âge

 

Les zones humides à bonifier et à conquérir

14 h 30 : Corinne Beck (ArScAn – Archéologie environnementale, UMR 7041, univ. Valencienne ; cbeck16@wanadoo.fr) : Géohistoire des zones humides : entre temporalités et territorialités

  • Résumé : Les préoccupations environnementales et paysagères actuelles interrogent l’Histoire, obligent à enraciner les problèmes contemporains dans le temps long des dynamiques sociales et naturelles. En plaçant au cœur de sa démarche, l’articulation entre le temps long, le temps intermédiaire, entre l’approche braudélienne et le renouvellement des outils et des méthodes, la géohistoire ouvre un espace pour écrire une histoire renouvelée de l’environnement et des paysages. A travers l’exemple des Zones humides, il s’agira de revenir sur la place des Zones Humides dans les recherches historiques, archéologiques, géographiques, d’inviter à une réflexion sur les approches et méthodes en géohistoire des milieux d’eaux (résolument interdisciplinaires), enfin d’évoquer l’évolution multimillénaire de l’exploitation des terres humides et leurs représentations.

15 h 30 : Dario Canzian (univ. Padoue ; dario.canzian@unipd.it) : L’exploitation des zones humides en Italie à l’époque de la construction des seigneuries urbaines et des états régionaux (14e-15e siècles)

  • Résumé : Ma contribution concerne les modalités de mise en œuvre, entre les 14e et 15e siècles, de la mise en valeur des terres et de la culture de nouvelles terres, déjà bien entamée aux 12e et 13e siècles, dans la péninsule italienne. La fin du Moyen Âge italien, en effet, a créé de nouvelles conditions pour cette action d’intervention humaine sur l’environnement. La diminution de la population a réduit la pression anthropique sur les ressources environnementales, et a facilité l’équilibre entre les terres cultivées et les zones non cultivées. En outre, les processus de simplification politique qui ont conduit à la création d'”États” multi-villes ou régionaux ont ouvert la voie à des projets de gestion spatiale plus ambitieux. Toutefois, le refroidissement climatique et l’intensité des conflits armés sont des éléments “perturbateurs” de ce tableau optimiste. Compte tenu de la variété politique et géomorphologique du contexte italien, il est difficile de dresser un tableau général. Nous nous concentrerons donc sur quelques cas particulièrement significatifs : la plaine du Pô, les plaines toscanes et le royaume de Naples.

16 h 30 : Discussion générale – Conclusions.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search