« Dire la politique à la fin du Moyen Âge : la littérature allégorique et ses usages (France et États bourguignons – seconde moitié du XVe siècle) », par Anne LANDAIS sous la direction de Olivier MATTÉONI :

Engagée depuis septembre 2018 sous la direction du Professeur Olivier MATTÉONI, cette thèse poursuit des travaux entamés lors de ma scolarité à l’École Nationale des Chartes qui s’est soldée par la validation d’une édition critique du Trialogue Quieret (1461). Ce texte allégorique mettant en scène France, Prouesse et Bonne Renommée, d’après le modèle du Quadrilogue invectif d’Alain Chartier, est rédigé par un chevalier picard à l’avènement de Louis XI, et il constitue le point de départ d’une étude qui compte désormais plus de soixante-dix œuvres littéraires, allant de 1440 à la fin des années 1490, et qui ont toutes en commun d’être des expressions allégoriques de la vie politique de cette période. Vingt-quatre de ces œuvres sont inédites et ont été transcrites par mes soins. La lemmatisation de ce corpus, via la plateforme PALM mise en place par le LaMOP, a pour objectif de mener une analyse textométrique approfondie mettant en évidence les évolutions des usages du vocabulaire politique et leurs implications dans les mutations idéologiques de ce second XVe siècle. Par ailleurs, la thèse inclut l’édition de trois de ces œuvres : La Journee d’Onneur et de Prouesse d’Antoine de la Sale (1458), le Trialogue Quieret (1461), et le Discours d’Entendement et de Raison de Charles de Coëtivy (1480).

La thèse cherchera à déterminer comment l’usage de l’allégorie, un procédé littéraire par nature utopique et anhistorique, permet paradoxalement la mise en évidence très concrète des tensions politiques qui s’accentuent dans la seconde moitié du XVe siècle, et notamment la confrontation croissante entre la noblesse des princes en reconquête d’une légitimité fragilisée et un pouvoir royal qui assoit de plus en plus son autorité.

Ce travail s’articule autour de trois grands pôles de réflexion, à savoir la question de la création, de la diffusion et des lectures des œuvres du corpus, en prêtant une attention particulière aux trajectoires individuelles de leurs auteurs. La transtextualité et les dialogues intellectuels et idéologiques entre la France et les Etats bourguignons sont au cœur de cette réflexion, comprise à la fois dans une logique de transmission des savoirs mais également dans ses rapports disruptifs.

Puis l’étude s’intéressera aux relations entre les allégories et les événements politiques de ce second XVe siècle, en questionnant le rapport entre imagination et Histoire et en étudiant les mises en scène – entendues au sens propre – du jeu politique de l’époque. L’étude s’appuie sur le constat d’un paradoxe apparent : la difficile association d’un procédé littéraire par nature utopique – espace du non-lieu allégorique – et une pratique politique ancrée dans un temps et un espace délimités, définis et historicisés. Ce recours à la figuration de l’Histoire semble connaître une faveur particulière en temps de crise : de la mort du souverain aux troubles nobiliaires de la Ligue du Bien Public, ou bien les derniers soubresauts de la Guerre de Cent ans et les « nouveaux » conflits européens (guerre des Deux Roses en Angleterre, ou encore les prémices des guerres d’Italie). L’étude de l’évolution des figures allégoriques politiques – Paix, Justice, Honneur, Noblesse, Bien Public et tant d’autres – montrera comment les acteurs de la vie politique s’approprient des concepts hérités tant de la philosophie antique que de la théologie médiévale afin de les adapter aux réalités vécues par leurs contemporains.

Enfin, il s’agira de mettre en évidence les enjeux idéologiques portés par cette littérature allégorique, qui s’affirme comme terrain d’affrontement entre deux courants majeurs : l’exaltation de l’identité chevaleresque d’une part, et l’affirmation de l’autorité monarchique d’autre part, bien que ces deux pôles ne soient pas contradictoires puisque se conforte à cette époque la figure du « roi-chevalier ». Cependant, le choix fait par une partie de la noblesse de la littérature comme espace de pouvoir, même symbolique, renvoie à la mutation identitaire profonde qu’elle subit et à la concurrence à laquelle elle est soumise vis-à-vis des nouveaux professionnels du politique, essentiellement clercs et juristes. Les grands féodaux, soucieux de garder leurs prérogatives, se posent comme les défenseurs d’une tradition chevaleresque portée par ces écrits allégoriques, qui, et c’est là tout l’intérêt et le paradoxe, restructurent et réinventent de fait la nature même de ce que l’on nomme « culture chevaleresque ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search