(Séminaire) La prosopographie : objets et méthodes

Séminaire de recherche pluridisciplinaire

Organisé par le LAMOP, l’UMR Triangle et les Archives nationales, avec le soutien du LabEx HaStec, d’ANHIMA et de l’IHMC.

Responsables : Thierry Kouamé, Catherine Mérot et Emmanuelle Picard, avec la collaboration de Cécile FABRIS, Édith Pirio et Geneviève Profit.

 

Alors que se multiplient les travaux revendiquant une approche prosopographique, ce séminaire de recherche propose d’interroger la méthode elle-même en analysant les travaux réalisés ou en cours, sous un angle scientifique (construction de l’enquête) et méthodologique (du choix des sources à la restitution des résultats). Ces questionnements favorisent la confrontation des différentes sciences sociales qui recourent à la prosopographie, ainsi que les réflexions utiles aux recherches futures. Ce lieu de rencontre permet aussi d’approfondir le dialogue entre chercheurs et archivistes, ainsi qu’entre historiens des quatre périodes, en mettant en évidence des gisements de sources mal connus ou inédits et en revenant sur les modalités d’usage les plus fécondes. Visant un public large, le séminaire se déroule à la Sorbonne, tout en s’adossant à un carnet de recherche Hypothèses. Chacune des séances est organisée de manière thématique et réunit deux à trois interventions.

 

Le séminaire a lieu le vendredi de 14 h à 17 h, en présentiel à la Sorbonne (14, rue Cujas – Paris Ve – galerie J.-B. Dumas, esc. R, salle Perroy) et en distanciel sur Zoom :

https://zoom.univ-paris1.fr/j/94911051290?pwd=MDlxaUpCTVdwT2p5OXVTRjZ6MVpadz09

ID de réunion : 949 1105 1290

Code : 2021

 

 

Dixième année (2021-2022) : Questions de recherche

La dixième année du séminaire consacrera ses travaux à poursuivre et approfondir la réflexion engagée sur les questions de recherche auxquelles la prosopographie peut aider à répondre. Tous les objets ou toutes les hypothèses ne peuvent en effet tirer profit d’une telle approche, que ce soit par défaut de sources ou par la nature même des interrogations envisagées. Dans d’autres cas au contraire, la prosopographie non prévue initialement semble finalement s’imposer comme la seule méthode propre à résoudre certaines questions. Enfin, une prosopographie planifiée pour répondre à certains types de questionnement peut finalement produire des données qui iront bien au-delà des résultats attendus et ouvriront de nouvelles pistes. C’est donc autour des questions de recherche qui fondent ou qui résultent du recours à la prosopographie que le séminaire se propose de construire son travail annuel.

 

 

Télécharger le programme au format PDF.

 

Programme des séances

22 octobre 2021 : Les femmes artistes

– Anne Debrosse (Univ. de Poitiers / FoReLLIS), Les poétesses grecques de l’Antiquité ou comment un groupe est constitué par la réception

– Suzanne Rochefort (EHESS / CRH), La professionnalisation des comédiennes à Paris dans le second xviiie siècle : ce qu’apporte la prosopographie

– Emmanuelle Delattre-Destemberg (UPHF / CRISS), Quand la prosopographie permet de lire les corps : le cas du rat d’Opéra au xixe siècle

 

26 novembre 2021 : Les gens de savoir

– Marjolaine Lémeillat (UPEC / CRHEC), Tout dépouiller et archiver : trouver, classer et analyser les gens de savoir en Bretagne à la fin du Moyen Âge (fin xiiie-xve siècle)

– Denis Reynaud (Univ. Lyon 2 / IHRIM), Le Dictionnaire des journalistes 1600-1789 : du projet éditorial à l’édition en ligne

– Guillaume Tronchet (ENS / IHMC), Étudiants français et étrangers de la Cité interna-tionale universitaire de Paris (années 1920-années 1950) : un premier bilan de l’ANR Global Youth

 

14 janvier 2022 : Les enseignants des écoles

– Isabelle Bretthauer, Édith Pirio (Arch. nat.), Les fonds des Archives nationales sur les petites écoles du Moyen Âge à nos jours

– Côme Simien (Univ. Paris 1 / IHMC), Les maîtres d’écoles villageois dans la France des Lumières

– Amandine Charvet (Université de Paris / CERLIS), Les enseignants et enseignantes des écoles primaires supérieures de la Troisième République (académies d’Aix, Grenoble et Alger)

 

4 février 2022 : Les aristocraties

– Robinson Baudry (Univ. Paris-Nanterre / ArScAn), L’aristocratie romaine sous le principat d’Auguste

– Marie Guérin (Sorbonne Univ. / Orient et Méditerranée), Les dames de la Morée franque du xiiie au xve siècle

– Hervé Joly (CNRS / Triangle), Les polytechniciens de la Belle Époque : un titre de noblesse républicain ?

 

11 mars 2022 : La prosopographie des musiciens

– Jacques Szpirglas (Univ. de Tours / CESR), Les musiciens des Saintes-Chapelles de Paris et de Bourges (xiiie-xviie siècle)

– Youri Carbonnier (Univ. d’Artois / CREHS), Le Projet Muséfrem sur les musiciens d’Église en France à l’époque moderne

– Marie Duchêne-Thégarid (ANR HEMEF), Les élèves étrangers des écoles de musique parisiennes pendant l’entre-deux-guerres


Nicolas Perreaux

Médiéviste, ingénieur de recherche à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LaMOP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search