« Aristocratie, parenté et reproduction sociale au Portugal à la fin du Moyen Âge », par Miguel Aguiar

Thèse sous la direction de Joseph Morsel et de José Augusto de Sottomayor-Pizarro.

Cette thèse porte sur l’articulation entre parenté et reproduction sociale de l’aristocratie curiale portugaise à la fin du Moyen Âge (v. 1380-1530). Nous concevons la reproduction sociale comme ce qui assure la stabilité des structures et des rapports sociaux ; dans le cas médiéval, cette reproduction signifiait aussi le maintien de la cohésion de l’aristocratie en tant que groupe dominant. Nous nous intéressons en particulier au rôle joué par la parenté dans ce processus, par le biais notamment des formes de transmission des biens et des pratiques et réseaux d’alliance.

La partie consacrée à la transmission est dissociée entre la succession et l’héritage. Les biens dits de succession étaient indivisibles et permettaient la reproduction des bases du pouvoir seigneurial de l’aristocratie ; ils sont aussi à la base de la formation d’un système à maisons. Dans ce schéma, les aînés assument un rôle prééminent ; cependant, les pratiques observées montrent que la succession passait aussi souvent par les femmes ou par les collatéraux, qui formaient un cadre de soutien indispensable à la cohésion des groupes aristocratiques. Ce cadre est aussi bien visible au niveau des biens dits d’héritage, étudiés surtout grâce à des documents tels que les testaments et les chartes de partage. Ces biens-ci étaient divisés entre tous les héritiers légitimes ; le partage assurait le maintien de tous les héritiers et la construction de réseaux d’alliances à travers les dots fournis aux femmes. En même temps, la libre disposition testamentaire du tiers de la fortune permettait aux aristocrates de « spiritualiser » une partie substantielle de leurs biens, en faisaient des donations à leurs serviteurs ou à des pauvres anonymes, mais aussi par la fondation de chapelles pour se faire enterrer et assurer les rituels nécessaires à leur salut. Bref, l’articulation entre tous ces formes de transmission entretient non seulement la reproduction des principales bases de pouvoir seigneuriale, mais aussi la cohésion du groupe aristocratique.

Néanmoins, la troisième partie de la thèse vise à démontrer que l’élément fondamental de la reproduction était moins la transmission successorale que l’alliance, car elle assurait cette cohésion en densifiant les rapports sociaux aristocratiques, d’ordre simultanément seigneurial et curial. Un premier chapitre vise à reconstituer les éléments fondamentaux des conceptions et représentations dominantes sur le mariage, étape essentielle pour rendre cohérents les choix des aristocrates, ainsi que les structures formées par l’ensemble des pratiques retracées. Un corpus d’environ cent contrats de mariage permet d’enquêter sur les pratiques de négociation, démontrant l’énorme importance de ce sujet pour l’aristocratie portugaise : le nombre d’individus engagés dans les négociations et dans les dotations de femmes, les sommes déployées, et le nombre des documents produits et conservés en témoignent. Une autre question se posait : comment l’aristocratie, un groupe théoriquement endogame, s’est-elle s’adaptée à un système matrimonial qui prône l’exogamie ? Grâce à la construction d’un vaste corpus généalogique, nous avons conclu que la plupart des mariages réunissaient des parents consanguins éloignés : sur un corpus de 253 unions, seulement 24% sont considérés comme canoniquement endogames. Simultanément, les aristocrates utilisaient fréquemment leurs réseaux d’affinité pour trouver des conjoints : c’est-à-dire, en se mariant dans la parenté par alliance d’un consanguin proche. L’exogamie consanguine et les mariages dans l’affinité formaient donc un système matrimonial qui articulaient proximité et distance, et multipliaient les rapports à l’intérieur du groupe. Organisé selon une endogamie sociale claire, ce système a produit un groupe aristocratique aux relations internes denses, sous-tendues par une présence à la cour royale. Cet aspect est fondamental car le groupe que nous avons étudié se caractérisait par un profil simultanément seigneurial et curial ; en outre, une partie substantielle de leurs pouvoirs seigneuriaux dépendait d’un encadrement monarchique, à travers surtout les seigneuries données par la couronne. De ce fait, l’entretien des rapports denses autour de la cour royale était crucial ; dans ce processus, l’alliance jouait le rôle le plus important pour assurer la stabilité de ces rapports, ainsi que la cohésion du groupe.


Nicolas Perreaux

Médiéviste, ingénieur de recherche à l'Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (LaMOP)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search