Focus : « Ainsi furent chevaliers fet : la pratique de l’adoubement chevaleresque dans les aristocraties laïques de la France, de l’Angleterre et de l’Italie du Nord (1175-1300) »

par Arnaud MONTREUIL, sous la direction de Joseph MORSEL et de Kouky FIANU.

L’adoubement chevaleresque était la pratique sociale au cours par laquelle un individu, généralement un jeune homme issu des rangs de l’aristocratie, recevait des armes équestres et intégrait le groupe social des chevaliers. Ce faisant, l’adoubement contribuait à faire exister les chevaliers en tant que groupe social, tout en distinguant ce groupe de tous les autres. C’est à ce titre qu’il m’apparaît nécessaire de l’étudier afin de mieux comprendre le phénomène médiéval de la chevalerie, que l’adoubement concourait à réaliser, à rendre réel.

L’adoubement a depuis longtemps retenu l’attention des historiens de part et d’autre de la Manche, notamment de Georges DUBY, de Maurice KEEN, de Jean FLORI et de Dominique BARTHÉLÉMY, pour ne citer qu’eux. Cependant, la majorité des travaux cible les XIe et XIIe siècles ou les XIVe et XVe siècles, et elle porte surtout sur la France du Nord. Il m’apparaît donc essentiel du point de vue historiographique d’étudier l’adoubement au XIIIe siècle -qui est en quelque sorte un chaînon manquant de l’histoire de cette pratique sociale – non seulement dans la France entre Loire-et-Rhin, mais aussi, dans une perspective de comparaisons et de variations d’échelles, en Angleterre, dans le Midi et en Italie du Nord. Mon objectif est de comprendre l’évolution du sens social de la pratique de l’adoubement chevaleresque, et d’analyser pourquoi et comment les aristocraties laïques de ces différents espaces s’en servaient pour assurer leur cohésion sociale et la reproduction de leur cohésion sociale.

Ma thèse comporte trois parties. La première offre une étude approfondie des documents faisant référence à l’adoubement. Cette étude est rendue nécessaire par le fait que les mentions d’adoubements appartiennent à de nombreux types de documents (chartes, chroniques, romans, chansons de geste, lais, comptes, etc.), et que chacun de ces types construit une image différente du sens de la pratique étudiée. Les trois premiers chapitres de la thèse constituent une série de trois analyses du corpus pris dans sa totalité, avec une focale placée tour à tour sur les genres documentaires, le lexique employé pour parler de l’adoubement, et les discours dans lesquels la pratique étudiée est le plus souvent mobilisée. Les observations effectuées au fil de ces trois chapitres servent d’assises documentaires au reste de mon travail doctoral.

La seconde partie de la thèse s’intéresse à la pratique elle-même. Elle vise dans un premier temps à décrire, de manière positiviste et évènementielle, l’histoire de l’adoubement entre 1175 et 1300 dans les différents espaces étudiés. Cela me permet dans un second temps d’analyser la façon dont les médiévaux eux-mêmes concevaient et classaient l’adoubement avant de proposer une interprétation structurelle de son fonctionnement.

La troisième partie de la thèse, thématique, part de la pratique de l’adoubement comprise comme un nœud de relations sociales pour appréhender successivement les rapports entre les chevaliers et les autres groupes de la société médiévale : les jeunes (valets, écuyers) et les femmes, les pouvoirs monarchiques, l’Église et les clercs, et enfin les vilains. L’étude de chacun de ces rapports, qui permet de mieux comprendre le rôle joué par l’adoubement et la chevalerie dans la société médiévale, offre d’ailleurs l’occasion de prendre position dans la plupart des débats historiographiques de l’acte de magie sociale au moyen duquel on fabriquait des chevaliers.

Au total, j’espère avec cette thèse contribuer à une meilleure compréhension du phénomène chevaleresque non seulement par ses acquis empiriques, mais aussi par les hypothèses et les questions qu’elle suscite.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search