« Des traces aux échos d’une révolte : études sur la Jacquerie de 1358 », par Gaëtan BONNOT, sous la direction de Patrick BOUCHERON et de Ghislain BRUNEL

D’après les Grandes Chroniques de France, la Jacquerie éclate le 28 mai 1358 à Saint-Leu-d’Ésserent, localité située sur les bords de l’Oise entre Chantilly et Creil. Achevé le 9 juin après la bataille de Mello, ce mouvement « d’une brutalité et d’une brièveté exceptionnelles », pour rendre les termes de Raymond Cazelles, a concerné les sociétés rurales d’un large bassin parisien, de la Picardie, de la Normandie et de la Champagne. Les facteurs déclenchant à court terme semblent tant relever des pillages qui ont lieu durant la première phase de la guerre de Cent Ans que d’un sentiment d’hostilité vis-à-vis des nobles, dont les abus et l’incapacité à défendre le royaume ont amené des historiens à évoquer la rupture d’un « contrat social ».

L’analyse des productions documentaires émanant de la Chancellerie royale et du Parlement de Paris constitue l’axe central, pivot des deux autres volets de cette thèse. Avec les chroniques, les écrits de ces deux institutions constituent les sources traditionnelles pour appréhender la plupart des phénomènes rébellionnaires de la fin du Moyen Âge. Au total, ces actes ou copies d’actes forment un ensemble massif si on le compare à d’autres mouvements de la seconde moitié du XIVe siècle : on dénombre, sur près de quarante années, plus de deux cent rémissions et plus d’une centaine de pièces permettant de reconstituer environ soixante-dix procédures engagées au Parlement. L’étude des dynamiques spatio-temporelles révèle un glissement de la fonction accordée à ces documents : marques politiques de la reprise en main de l’Île-de-France dès août 1358, les pardons reprennent ensuite une fonction plus classique d’expression de la justice retenue. Ce constat est appuyé par des analyses textométriques qui soulignent des inflexions langagières des grâces : le modèle stéréotypé qui émerge rapidement et s’impose en1358, disparaît progressivement dès 1359 avec des pièces plus détaillées et singularisées, conjointement à l’apparition de procédures au Parlement civil. S’élabore une grammaire pour englober un ensemble de faits rébellionnaires caractérisés par une diversité manifeste, tant spatiale qu’en termes de répertoires d’action mobilisés, contribuant à construire l’« événement Jacquerie ».

Ces éléments mènent à un deuxième axe, relatif à la mémoire et à l’écriture de l’histoire de la Jacquerie. Cet axe interroge l’insertion et la perception de la Jacquerie au sein de récits historiques, retraçant notamment les années 1356-1358, scandées par la bataille de Poitiers, les assemblées d’états, le mouvement navarrais et la révolte parisienne d’Étienne Marcel. Étudier la disponibilité de la Jacquerie comme ressource discursive conduit à s’intéresser à la constitution progressive d’un ensemble archivistique mobilisé, sorte de « genèse documentaire » de la révolte. Si les chroniques médiévales, notamment Froissart, représentent sans surprise, jusqu’au XVIIe siècle, le socle du réservoir langagier pour en écrire l’histoire, peu à peu, apparaissent les actes diplomatiques, notamment sous l’impulsion des collections et des écrits d’érudits, comme Jean Antoine Léré, Charles-François Afforty, Denis-François Secousse ou encore Jean-Baptiste Bucquet. Cette trame d’interdiscusivité se retrouve dans les réactivations et les évocations de la Jacquerie, débordant le récit des historiens, aux XIXe et XXe siècles, et plus récemment dans les réappropriations présentes sur le web.

Enfin, en mobilisant un corpus documentaire augmenté ainsi que les renouvellements récents de l’historiographie médiévale relative aux mouvements rébellionnaires médiévaux, un troisième axe de ce travail tente d’apporter des éléments nouveaux quant à la compréhension de la révolte. Les documents du Parlement s’avèrent plus prolixes que le discours stéréotypé des lettres de pardon, laissant entrevoir la complexité de la grammaire de l’action collective, allant de l’insulte au meurtre en passant par diverses formes d’atteintes aux biens. Ceux-ci permettent aussi de mieux comprendre les mécanismes de résolution de la conflictualité qui courent parfois sur plusieurs générations et qui impliquent des réseaux interpersonnels au-delà des acteurs de la révolte.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search