La découverte d’une édition de cartulaire oubliée : le fonds documentaire du LaMOP et le cas des dominicains de Dijon

Si les médiévistes connaissent bien la bibliothèque Halphen, la richesse documentaire du LaMOP ne se limite pourtant pas à cette dernière. De nombreuses habilitations, thèses, mais aussi des mémoires de maîtrise, de DESS, de DEA et de master sont en effet conservés dans les différentes salles de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui hébergent le laboratoire. On y trouve non seulement les travaux de nos chercheurs et enseignants-chercheurs, mais aussi ceux, peut-être plus nombreux encore, réalisés sous leur direction ou pour lesquels ils furent membres de jury.

À l’occasion de l’inventaire préparatoire de ce fonds qu’elle réalise, Françoise Bornes nous a indiqué les différents lieux où étaient stockés ces précieuses études, souvent inédites et parfois même inconnues lorsqu’il s’agit des mémoires. Au sein de ces collections, on trouve, par exemple, les très nombreux travaux réalisés sous la direction d’Édouard Perroy [1901-1974] ou encore de Michel Mollat du Jourdin [1911-1996]. Pour ce dernier directeur d’études, les plus anciens mémoires conservés au LaMOP remontent à l’année 1953 : une période à laquelle il était encore professeur à l’Université de Lille, avant son arrivée à la Sorbonne en 1958.

Pour témoigner de la richesse de cette documentation (qui va bien entendu au-delà des deux grands médiévistes précités), il suffit d’évoquer le cas d’un mémoire que nous avons pu identifier à l’occasion des repérages de Françoise Bornes. Au détour d’une armoire, en ouvrant au hasard un mémoire de 1970, nous sommes tombés nez-à-nez avec l’édition d’un cartulaire, inédite et ignorée de tous depuis 50 ans ! Il s’agit du mémoire d’Éric Coince, intitulé Le cartulaire des jacobins de Dijon (mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Monsieur le Professeur Mollat), daté de mai 1970.

Cette petite découverte est d’autant plus surprenante que nous travaillons sur la Bourgogne depuis plus de dix ans, et que, dans le cadre du projet CBMA, nous avions régulièrement évoqué avec Eliana Magnani le cas du Cartulaire des Dominicains de Dijon, que nous croyions alors inédit. Le couvent dominicain de Dijon a été fondé en 1237, et démoli à la Révolution pour faire place aux actuelles Halles de la ville. Conservé sous la cote Cart. 221 (ancien H 53) aux archives départementales de la Côte-d’Or (ADCO), ce cartulaire du XIIIe siècle (c. 1286), contenant 178 folios, avait d’ailleurs été numérisé en mode image par les ADCO, puis mis en ligne par Anthony Dumontet pour l’équipe des CBMA en juin 2012 (voir le site http://www.cbma-project.eu/manuscrits.html). Cette même année, nous avions pu le consulter aux archives, constatant ainsi son excellent état de conservation général : la sensation qui prédominait était celle d’un cartulaire vierge d’exploration scientifique. À plusieurs reprises, nous avions ensuite évoqué, avec Eliana Magnani et l’équipe des CBMA, l’intérêt de ce cartulaire pour la reconnaissance optique de caractère (HTR), car il se présente sous la forme d’un manuscrit extrêmement homogène (en particulier grâce à une réglure à la mine de plomb). En 2016, à l’occasion de 800e anniversaire de la fondation de l’ordre des dominicains, les ADCO mettait d’ailleurs en avant ce document, en le décrivant suite à sa numérisation[1].

 

Cartulaire des dominicains de Dijon (c. 1286). Dijon, ADCO 21, f. 1r, 28r, 144r, 145r, 173v. Numérisation ADCO 21 – CBMA.

 

Le travail d’Éric Coince comprend pour sa part une introduction assez riche au manuscrit, contenant diverses observations paléographiques, codicologiques, philologiques, mais surtout diplomatiques et historiques. L’édition intègre 164 actes, tous bien entendu du XIIIe siècle. La typologie des documents est variée, mais la richesse des actes pontificaux et des lettres du maître général des dominicains, Johannes von Wildeshausen [† 1252], apparaît immédiatement au lecteur, puisque ces seuls documents occupent 143 folios du cartulaire original. Les actes spécifiques au couvent de Dijon (outre le document de fondation), en latin et en français, sont quant à eux relégués essentiellement dans la dernière partie du volume. Plus qu’un cartulaire au sens strict, le manuscrit est donc plutôt un recueil-bullaire. La qualité du tapuscrit de l’édition d’Éric Coince permettra que ce texte soit intégré à la base des CBMA, soit par OCRisation, soit par saisie manuelle. Il viendra ainsi s’ajouter à ce grand corpus documentaire, et permettra de jeter une lumière limitée mais originale sur les pratiques diplomatiques en Bourgogne, mais aussi sur l’histoire urbaine et institutionnelle de Dijon au XIIIe siècle.

 

Éric Coince (éd.), Le cartulaire des jacobins de Dijon (mémoire de maîtrise préparé sous la direction de Monsieur le Professeur Mollat), Paris, 1970 (mémoire inédit, conservé au LaMOP).

 

Le dernier folio du manuscrit renferme par ailleurs une longue note de la fin du XVIIIe siècle décrivant le contenu du manuscrit, que nous éditons ici :

01/ Ce volume est bien entier.

02/ Cet antique manuscrit est vraiment précieux

03/ pour nous, parce qu’il est du premier siècle

04/ de la fondation de l’ordre et de la maison, desquels

05/ il présente des titres et privilèges, conservés en

06/ originaux, ou copies authentiques, dans le depost

07/ de ce couvent. Les pièces que ce volume contient

08/ sont de trois sortes.

09/ 1° Les bulles des papes depuis la première année du

10/ pontificat d’Alexandre IV. C’est-à-dire, depuis 1254 ; ou plus tôt,

11/ depuis Grégoire IX, c’est-à-dire 1227, jusqu’au temps où le copiste

12/ écrivoit, et il paroit que c’étoit en 1286. Il n’a point suivi

13/ l’ordre chronologique dans l’arrangement des pièces, c’est ce

14/ qui fait qu’on voit qu’Alexandre IV est à la tête du volume avant

15/ Innocent IV, qui doit le précéder. Voici la suite des pages dont

16/ il existe des bulles dans ce volume : Grégoire IX, 1227 anno primo ;

17/ Innocent IV, 1243 ; Alexandre IV, 1254 ; Urbain IV, 1261 ; Clément IV,

18/ 1265 ; Grégoire X, 1271 ; Nicolas III, 1277 ; Martin IV, 1281.

19/ 2° Beaucoup de lettres de notre général Jean le Theutonique (sic), 1241,

20/ du cardinale Hugues de St Cher, 124[…] – des formules de lettres

21/ patentes visitées dans l’ordre et une petite chronique de l’ordre

22/ depuis 1203 jusqu’à 1264.

23/ 3° Un catalogue de la bibliothèque du couvent de Dijon fait

24/ à peu près en 1307[2]. Lequel n’est pas de même main.

25/ Le nombre des volumes monte à 140 – St Thomas y

26/ est encore désigné sous le nom de frater Thomas.

27/ En 1773, la bibliothèque du couvent possède sept ou huit mille

28/ volumes.

29/ 3° (sic) Une exacte copie de nos anciens titres, depuis 1237, jusqu’à

30/ 1285. On voit par ce volume, que nous n’avons rien perdu.

31/ Voiez à cet égard le catalogue raisonné du depost.

 

On constate dès lors que l’intérêt de ce recueil-bullaire va au-delà des actes qu’il contient, et qu’une exploration systématique de son contenu à l’aide de l’édition d’Éric Coince se révélerait probablement intéressante. Dans l’attente de travail, nous tenions encore à souligner la richesse des collections documentaires du LaMOP – et l’importance de l’inventaire que mène actuellement Françoise Bornes sur ces fonds.

 

Nicolas Perreaux

[1] https://archives.cotedor.fr/v2/site/AD21/web/media/03_decouvrir/03_document_mois/2016/une_062016_brochure.pdf

[2] Le catalogue est édité dans Antoine Dondaine, « La bibliothèque du couvent des Dominicains de Dijon au début quatorzième siècle (1307) », dans AFP, t. 7, 1937, p. 112-133, ici p. 126-133. On trouvera une édition revue, corrigée et annotée par Martin Morard, sur le site Libraria.fr (janvier 2013).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search