« De la tutelle provençale à la tutelle savoyarde. Gouvernement, communautés urbaines et pouvoirs princiers en pays niçois (vers 1330 – vers 1460) », par Florie Varitille, sous la codirection de Olivier Mattéoni et de Laurent Ripart :

« Aquì lou 28 de setembre dou 1388, Nissa si dounet au conte de Savòia Amedèu VII. Aquesta dedicioun cambiet lou siéu destin e renfourcet l’identità nissarda. » Tels sont les mots choisis par la mairie de Nice et inscrits sur une plaque commémorative érigée en 2019. Dans le cadre de mes recherches, cet événement fondateur du régionalisme niçois est replacé dans son contexte médiéval. Aujourd’hui encore, les Niçois en font un exemple de la possibilité des villes de « se donner » et de choisir leur prince. Or les historiens ont récemment déconstruit cette image en réaffirmant que c’est bien par conquête qu’Amédée VII de Savoie a acquis tout l’espace frontalier avec la Provence, entre Nice et Barcelonnette. Cet espace, auparavant contrôlé par les comtes de Provence (également comtes d’Anjou et rois de Naples), passe alors aux mains des Savoyards. Au-delà de l’événement et de ses enjeux historiographiques, ce changement de tutelle permet une étude comparative des deux pouvoirs princiers dans leurs relations aux communautés urbaines. Dans ce travail de thèse, je propose de confronter les modalités de domination des villes et d’examiner la solidité et les transformations des institutions communales face aux soubresauts politiques.

Tout d’abord, l’enquête concernant les liens entre cités et les Angevins, comtes de Provence, indique une forte intégration des communautés urbaines, dont Nice, au gouvernement général. Les troubles du règne de Jeanne Ire et de la guerre de l’Union d’Aix dans la deuxième moitié du XIVe siècle confèrent une plus grande liberté d’action aux villes, qui prennent part à la vie politique à travers les états de Provence. La transposition de cette problématique à la période savoyarde répond à un autre modèle : le contrôle d’abord lointain des comtes de Savoie s’affirme et se construit entre les années 1420 et 1460. La production écrite urbaine témoigne de la gestion par les communautés de ces changements de domination, notamment par la rédaction de cartulaires, pour assurer une continuité dans leurs droits et libertés.

L’importance numérique des archives princières permet d’aborder le poids des administrations et de leurs officiers, tant du point de vue des modalités d’échanges (envoi de messagers aux cités, négociations concernant les droits et privilèges communaux…) que de la place occupée par les agents du comte dans la vie locale. Alors que les comtes de Provence utilisaient les villes pour contrôler le territoire, les Savoyards connaissent peu le phénomène urbain et privilégient les liaisons avec les châtellenies. La conquête de la Provence orientale est dès lors un moment de restructuration administrative pour le pouvoir savoyard.

Enfin, le dernier thème interroge la capacité d’action des communautés et de leurs membres face à ces deux tutelles politiques. Les conseils urbains savent mobiliser les institutions nécessaires pour négocier avec le pouvoir princier : ils peuvent avoir recours aux réunions de chefs de famille, aux assemblées locales à l’échelle de la viguerie ou encore envoyer des représentants aux états de Provence ou de Savoie. Ce dialogue établi par voie institutionnelle peut néanmoins être rompu, ou redéfini, par les révoltes qui émaillent les XIVe et XVe siècles en Provence orientale. Les troubles internes à la ville remettent en cause l’équilibre des pouvoirs dans la cité (critique par les habitants de leur conseil urbain) et peuvent se doubler d’une rébellion face à la domination princière, souvent en réponse au durcissement du contrôle comtal.

Ce sujet, à la lumière des historiographies italienne et française, pose la question d’une présence aux caractéristiques étatiques des deux tutelles princières et de la représentation de l’espace dont elles sont porteuses. Il s’articule pour ce faire sur l’étude du système documentaire élaboré par les acteurs précédemment définis, pour gérer ces rapports de domination (cartulaires, privilèges, écritures pragmatiques princières et urbaines).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search