Atelier Enfermements IVBoîte de nonne, cellule de religieuse, beatiho… Écrire l’histoire des maquettes produites dans les couvents féminins (XVIIIe-XXe siècle)

© Trésors de ferveur

Paris, 19 novembre 2020

Campus Condorcet, bâtiment de recherche Nord, étage 4, salle 4083

Atelier organisé dans le cadre du programme de recherche Enfermements (enfermements.fr), 4e étape : Travail en milieux clos

Organisatrices: Élisabeth Lusset (CNRS – LaMOP UMR 8589, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne Ardenne)

Entre le XVIIIe siècle et le premier tiers du XXe siècle, des milliers de religieuses cloîtrées de Bourgogne, de Provence, de Bavière, de Suisse ou encore de la péninsule Ibérique ont communiqué avec leurs parents en produisant des maquettes ou dioramas, dans des boîtes vitrées, des œufs et même des coquilles de noix, qu’elles offraient à leur famille. Les religieuses s’y représentent sous une forme miniaturisée, petites poupées en prière enfermées dans leur cellule, entourées des objets de leur quotidien minutieusement reconstitué (lit, bénitier, crucifix, balai, corbeille à ouvrage, images pieuses, parfois cilice et discipline). Insolites et ambigües, ces boîtes dévoilent l’intimité d’un lieu protégé par le secret de la clôture… Elles sont autant d’autoportraits de religieuses vouées, en théorie, à l’oubli d’elles-mêmes. À côté des maquettes reproduisant la cellule individuelle, on trouve également des scènes collectives (infirmerie, chapelle…) et plus rarement des maquettes de l’ensemble du couvent. Ces maquettes ont suscité l’intérêt des collectionneurs et des artistes dès la fin du XIXe siècle, notamment du poète Frédéric Mistral qui les considère dans leur dimension ethnographique. Certaines sont conservées au Museon Arlaten, au Musée d’Art Sacré de Pont-Saint-Esprit, à l’Hôtel d’Agar de Cavaillon, au Musée d’art et d’histoire de Fribourg, mais également chez des collectionneurs privés (association Trésors de ferveur à Chalon)[1]. En mettant ces objets en série et en croisant les analyses des historiens, des historiens de l’art et de l’architecture, des littéraires, des ethnologues, des collectionneurs et des restaurateurs, cette journée d’étude entend « rendre son épaisseur d’histoire »[2] à ces objets méconnus alors qu’ils ont été produits en masse dans les couvents féminins européen pendant plusieurs siècles.

[1] Thierry Pinette et Laure Monnier (dir.), Catalogue « Cellules de nonnes » de la collection Trésors de Ferveur, Musée du Hiéron, Paray-Le-Monial, 2018.

[2] Marie Lezowski et Laurent Tatarenko (dir.), Façonner l’objet de dévotion chrétien. Fabrication, commerce et circulations (XVIe-XIXe siècle), Archives de sciences sociales des religions, 183, 2018.

Programme 

Introductions

9h30-10h – Élisabeth Lusset (CNRS), Introduction : historiographie, sources et inventaire

10h-10h30 – Thierry Pinette (association Trésor de ferveur), « Ma première cellule »

Matinée – Réinscrire l’objet dans le contexte du couvent : artisanat monastique et pratiques conventuelles

Discutant : Antoine Roullet (CNRS)

10h45-11h15 – Ghislain Tranié (Sorbonne Université), Les « cellules de nonnes », paradigmes de la performance du travail en milieu clos (XVIIe-XVIIIe siècles) ?

11h15-11h45 – Marie-Elisabeth Henneau (Université de Liège), Jeux de poupées au couvent (titre à confirmer)

Déjeuner

Après-midi – Réinscrire les boîtes de nonnes dans les pratiques sociales des XVIIIe-XXe siècles

Discutante : Isabelle Heullant-Donat (Université Reims Champagne Ardenne)

14h-14h30 : Anne Jusseaume (Université d’Artois), Boîtes de nonnes et vie religieuse féminine, XIXe-XXesiècles. 

14h45-15h15 : Manuel Charpy (CNRS) : Des poupées et des nonnes. Les mondes en miniatures féminins au XIXe siècle

15h30-17h30- Table-ronde conclusive

Inès Anrich (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Marie Lezowski (Université d’Angers)

Raphael Bories (Mucem, Pôle croyances et religion)

Antoinette Gimaret (Université de Limoges)

Campus Condorcet, bâtiment de recherche Nord, étage 4, salle 4083

Contact : elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search