« Les fratries dans le haut Moyen Âge (vers 650 – vers 1000) » par Justine AUDEBRAND

Présentation d’un travail de thèse en cours

Les fratries dans le haut Moyen Âge (vers 650 – vers 1000) » par Justine AUDEBRAND, sous la direction de Geneviève BUHRER-THIERRY.


Les médiévistes, fortement influencés par l’anthropologie, s’intéressent depuis une trentaine d’années à la famille. Mais si les questions de filiation et d’alliance ont été amplement traitées, les relations horizontales entre frères et sœurs, entre adelphes, restent encore largement sous-étudiées. Ma thèse s’intéresse donc à cette question pour le haut Moyen Âge, et cherche en outre à inclure les plus récentes avancées en histoire du genre pour cerner au mieux les relations au sein des fratries. L’approche est résolument comparatiste et s’intéresse aux espaces franc et germanique, les plus souvent étudiés dans les recherches sur la famille et la parenté, mais inclut également le monde anglo-saxon, qui connaît des évolutions sociales et documentaires différentes et constitue donc un contrepoint intéressant.

Pour comprendre les fratries du haut Moyen Âge, il est nécessaire de brasser un vaste ensemble de sources, aussi bien narratives que diplomatiques : cette volonté de croiser les types de sources est originale puisque certaines thèses sur la famille au début du Moyen Âge utilisent principalement les sources narratives (I. RÉAL, L. LELEU). Les actes de la pratique, s’ils offrent un éclairage utile sur les actions des familles royales, permettent aussi et surtout de saisir les fratries d’une autre frange de la population, celle de la petite aristocratie (la documentation altomédiévale ne permet pas de comprendre les classes inférieures de la société), et donc d’envisager un jeu d’échelle entre les familles impériales et celles des notables locaux. Le croisement des sources rend également plus aisée l’approche par le genre : les sœurs sont assez absentes des grandes chroniques royales mais apparaissent régulièrement dans les chartes. Enfin, il est nécessaire de prendre aussi en compte les productions littéraires et artistiques de ces sœurs, qui portent parfois un regard différent sur leurs relations adelphiques.

L’idée est donc de faire en quelque sorte une « histoire totale » des fratries du haut Moyen Âge, en explorant toutes les facettes des relations adelphiques. Pour ce faire, il convient avant tout de cerner précisément les contours des fratries : les évolutions de vocabulaire (le passage global de la racine germanus/a aux mots frater/soror en latin, avec néanmoins des exceptions notables) nous renseignent sur cet aspect, mais il faut aussi interroger la taille de la fratrie et l’inclusion – ou non – de certains membres à celle-ci. Ce travail de définition rend ensuite possible un parcours thématique : de l’enfance, si mal connue pour le haut Moyen Âge, à la mort et aux réactions qu’elle entraîne pour le reste de la fratrie, les relations adelphiques connaissent différents stades et différentes modalités. Au sortir de l’enfance, le statut des individus, entre mariage ou entrée dans les ordres, fixe de manière durable des normes de comportement adelphique : ainsi, les femmes abbesses restent beaucoup plus proches de leurs frères que les femmes mariées et jouent un rôle essentiel aussi bien dans leurs stratégies de pouvoir que dans leur mémoire. Le décès des parents entraîne une partition de l’héritage et soulève la question épineuse de la succession : ces problématiques, très visibles dans les sources diplomatiques, supposent parfois une redéfinition de la fratrie en temps de crise. Les successions au sein de la fratrie, en particulier en Angleterre, constituent un aspect original. De même, il faut considérer les logiques à l’œuvre dans les fondations monastiques par un groupe d’adelphes, et la manière dont ces fondations renforcent le pouvoir et l’aura des familles.

Cette approche thématique permet enfin de mettre en évidence des thèmes transversaux : les conflits, l’histoire des émotions, les normes et les pratiques, et bien sûr le genre et la classe sociale, seront ainsi l’objet d’attentions particulières. Il s’agit aussi de considérer les évolutions des fratries dans un temps long, qui est celui de mutations profondes de la famille : si la parenté est relativement horizontale, organisée autour de larges groupements familiaux (les Sippen), au début de la période, la fin du monde carolingien verrait un resserrement général autour d’une relation plus verticale, dans un monde qui se féodalise peu à peu. Cela influence nécessairement les relations adelphiques et invite donc à porter un autre regard sur ces mutations structurelles, d’autant que les relations fraternelles, horizontales, demeurent fortes au début de la période féodale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.