Séminaire Locus [2017-2018] – Compte rendu

Séminaire de recherche du LaMOP organisé par Emmanuelle Vagnon (CNRS, LaMOP), Chris Fletcher (CNRS, LaMOP), Geneviève Bührer-Thierry (Paris 1, LaMOP)

Amorcé début 2017, « Locus » est un séminaire transversal, réunissant des historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations de l’espace au Moyen Âge en tentant de se démarquer d’une approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes. Le séminaire prend la forme d’un atelier présentant des sources inédites, permettant de discuter de travaux en cours, de mûrir un article et de découvrir une bibliographie. Il a pour caractéristique un débat assez libre sur l’importance de la spatialité à travers des exemples précis tirés de nos recherches. En quoi le lieu participe-t-il de la compréhension d’un événement ou d’un phénomène historique ? Les lieux n’ont-ils pas une signification culturelle, religieuse, symbolique, sociologique, qu’il convient de comppetrendre et d’élucider comme autant d’indices ? Lieux du crime et lieux de la justice, lieux du voyage et choix des étapes, lieux sacrés, sanctuaires et lieux de pèlerinage, lieux de vie et lieux du conflit…de très nombreux thèmes sont ainsi abordés, avec pour point commun un questionnement sur les dénominations et les usages de l’espace au Moyen Âge. 

Les premières séances, de février à juin 2017, ont permis d’introduire le sujet des “lieux dans l’histoire médiévale”, par une approche historiographique et une première analyse de l’utilisation du mot “locus”. Après une mise au point historiographique, nous avons abordé les questions suivantes : les lieux d’étapes dans les récits de voyage ou de pèlerinage confrontés aux cartes ; l’importance des lieux pour l’administration seigneuriale anglaise, les “lieux de la justice“, la question de “l’espace ecclésial“, pour finir par “l’espace dans et de l’image“, ainsi que l’approche des géographes sur les questions de spatialité.

Télécharger l’archive du séminaire :

LOCUS 2017-2018 (fichiers audio Mp3 et présentations PDF, bibliographies Docx)

SOMMAIRE

  • Séance du 3 février 2017
    • Introduction historiographique et méthodologique : « La pertinence des lieux en histoire médiévale ». Emmanuelle Vagnon (CNRS, LaMOP), Chris Fletcher (CNRS, LaMOP), Geneviève Bührer-Thierry (Paris 1, LaMOP)
  • Séance du 3 mars 2017
    • Lieux d’étapes, lieux de voyages,  lieux de pèlerinages.Emmanuelle Vagnon (CNRS, LaMOP), Davide Gherdevich (Paris 1, LaMOP), Christine Gadrat (CNRS LA3M)
  • Séance du 21 avril 2017
    • Le lieu dans la pratique administrative anglaise, XIIe-XIVe s. Harmony Dewez (Université de Namur) et Fanny Madeline (Fondation Thiers)
  • Séance du 12 mai 2017
    • Les “lieux de la justice” : lieux d’enfermement, lieux du crime. Julie Claustre (Paris 1 LaMOP), Chris Fletcher (CNRS LaMOP)
  • Séance du 9 juin 2017
    • Histoire et spatialités, approches convergentes. Didier Méhu (Université de Laval, Québec), Hélène Noizet (Paris 1, LaMOP, IUF), Patrick Poncet (UNIL, Lausanne)
  • Séance du 15 décembre 2017
    • Le locus controversus. Juliette Dumasy (Université d’Orléan, CESFiMA ) et Représentation du lieu et réception de l’image.Raphaële Skupien (Université de Picardie, Jules Verne)
  • Séance du 12 janvier 2018
    • Espace de vie – espace de jeu : étude de cas. Darwin Smith (CNRS, LaMOP)
  • Séance du 9 février 2018
    • Locus: le mot et son environnement dans les chartes de Bourgogne (CBMA) . Eliana Magnani (CNRS, LaMOP)
  • Séance du 9 mars 2018
    • Les lieux de pendaison au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire. Mathieu Vivas (Université de Lille, IRHIS)
  • Séance du 23 mars 2018
    • Nommer et géolocaliser lieux et lieux-dits dans la documentation de gestion des Cisterciens. Marlène Hélias (CNRS, IRHT) ; Webdocumentaire Le cloître et la prison. Une réflexion sur les continuités et les ruptures dans les usages des lieux d’enfermement. Elisabeth Lusset (CNRS LaMOP)
  • Séance du 6 avril 2018
    • Locus, Espace, espaces dans la rhétorique du XIIIe siècle. Autour de Boncompagno. Benoît Grévin (CNRS, LaMOP) ; Histoire des lieux et topographie historique dans la géographie humaniste (Italie, XVe siècle). Nathalie Bouloux (Université de Tour, CESR)
  • Séance du 1er juin 2018
    • Le Locus figuré : l’Iconographie de l’offrande au XIIe s. Mathieu Beaud (INHA)

Séance du 3 février 2017


Introduction historiographique et méthodologique : « La pertinence des lieux en histoire médiévale »

 Emmanuelle Vagnon (CNRS, LaMOP), Chris Fletcher (CNRS, LaMOP),
Geneviève Bührer-Thierry (Paris 1, LaMOP)

La première séance était consacrée à un point historiographique et bibliographique sur la question de la spatialité et du lieu, pour définir dans quelle mesure et par quelles approches le locus peut être l’objet d’un champ de recherche. 

__________________________________

Emmanuelle Vagnon pose la question du traitement des noms de lieux rencontrés dans les sources, et les méthodes d’analyse possibles  : relevé, identification, localisation, inventaire, classification, cartographie de ces noms de lieux. Il s’agit tout d’abord d’étudier de quelle manière ces noms apparaissent dans les textes (listes, contiguïtés, situation ; mais aussi description, itinéraires ; le lieu peut appartenir à un ensemble plus vaste, ou n’être qu’une simple mention ponctuelle sans autre explication). Ensuite se pose la question de l’herméneutique du lieu, son interprétation historique : en quoi ce nom est-il historiquement important ? dans quel contexte apparait-il ? plusieurs éléments sont envisagés : la signification symbolique, la fonction de ce nom de lieu dans les sources, mais aussi sa postérité, l’épaisseur historique attachée à ce lieu dans une certaine tradition textuelle. Dans la bibliographie, l’étude des lieux entre dans le champ plus large de l’étude de la spatialité. Deux approches complémentaires apparaissent : 1) l’analyse des informations des documents en termes de spatialité, pour établir par exemple la cartographie des abbayes clunisiennes, la cartographie des réseaux de marchands, la cartographie des lieux de science, pour distinguer des relations entre différents pôles, avec des centres et des périphéries. L’espace n’est ici pas considéré comme une surface, un continuum euclidien où se situerait les événements, mais comme un système de relations (avec des réseaux, des centres et des périphéries etc.) : on élabore une base de données et on en tire des informations sur des relations dans l’espace et dans le temps. Cette démarche est fortement liée au spatial turn des années 1980 : non pas seulement « tout est texte », mais aussi « tout s’inscrit dans un espace et dans des relations spatialisées ». L’espace devient une structure de compréhension, une grille d’analyse. 2) l’étude des utilisations et représentations de l’espace propres au Moyen Âge et le discours médiéval porté sur ces représentations.  Là encore plusieurs approches coexistent : a) il existe une longue tradition de liens entre la géographie et l’histoire (la géographie comme « œil de l’histoire », et l’histoire comme mémoire des lieux). L’identification philologique des noms de lieux remonte au moins à la Renaissance ; b) l’histoire des lieux comme fondement de la géographie historique : l’étude de la toponymie, l’histoire de la création à l’époque médiévale de lieux, d’un ancrage territorial, donc de choix de sites et de noms. Il faut aussi évoquer le déplacement ou la disparition des lieux : villages désertés, « lost villages » ; c) enfin, il existe aussi les lieux « subjectifs » = des lieux non objectivement localisables, mais pourtant signalés, parce qu’un sujet y prend place, y agit. Il s’agit d’un espace « approprié », par exemple : « la maison », « la forêt ». La discussion porte sur « ce qui fait lieu », comment un site donné, ou un élément spatial (un bâtiment, un puits…), peuvent-être envisagés différemment selon les approches des historiens. Par exemple, un certain pont sera étudié selon les cas comme un élément architectural du paysage, un lieu de passage articulant deux ou plusieurs espaces économiques, un lieu de péage, le lieu d’une légende particulière etc…C’est la pratique qui donne sa signification à l’objet comme au lieu.  

__________________________________

Chris Fletcher propose une analyse de l’historiographie des lieux par bibliométrie des mots « lieu » et « espace ». Le lieu, terrain de choix des géographes, a été souvent défini par cette discipline. Mais que devient-il dans la perspective historique et comment les approches des historiens, géographes, urbanistes, sociologues et anthropologues, se recoupent et se différencient ? On observe un décollage du sujet à la fin des années 1980, fin 90 , liés à l’archéologie du paysage (landscape archeology).Avant 1980’s les citations sont beaucoup plus dispersées, sans thématique identifiée en tant que telle. La spatialité est surtout étudiée du point de vue de l’urbanisme, de l’histoire urbaine, de l’architecture, et dans une moindre mesure dans l’histoire de la cartographie et l’archéologie. L’idée que l’espace est une construction sociale et est liée à la notion de pouvoir, développée par exemple dans l’école de Francfort, est étudiée d’abord par les urbanistes et les architectes. L’espace n’est pas neutre : il est signifiant et fait l’objet de symboles et d’appropriations.

On observe un effet de citation-boomerang entre l’Europe et les Etats-Unis : Henri Lefebvre ( La production de l’espace, 1974) traduit en anglais en 1991, est de plus en plus cité à partir des années 2000, en particulier autour de l’ouvrage Medieval practices of space, dir. Barbara Hanawalt et Michal Kobialka, coll Medieval Cultures, vol. 23, Londres-Minneapolis, 2000.(cf. le résumé en ligne de ce livre : The contributors to this volume cross disciplinary and theoretical boundaries to read the words, metaphors, images, signs, poetic illusions, and identities with which medieval men and women used space and place to add meaning to the world. https://www.upress.umn.edu/book-division/books/medieval-practices-of-space)

__________________________________

Geneviève Buhrer-Thierry : la pertinence des lieux dans l’historiographie du haut Moyen Âge.Partons de la définition de l’espace analysée par Alain Guerreau : l’espace médiéval serait un espace polarisé, constitué de « points » reliés entre eux. Le point en question c’est bien le « lieu » tel qu’il apparaît dans les sources. La bibliographie est examiné autour de trois thèmes : les lieux sacrés, les lieux de pouvoir, les lieux de construction d’un territoire. Dans le premier thème, l’espace et le temps sont fortement liés pour attribuer à un lieu une fonction ou une symbolique sacrée ; dans le deuxième thème, les lieux de pouvoir sont autant d’ancrages qui ponctuent l’espace par des édifices à forte charge symbolique ; dans le 3e thème, l’accent est particulièrement mis sur la spatialisation des rapports sociaux. 

Séance du 3 mars 2017


Lieux d’étapes, lieux de voyages,  lieux de pèlerinages

Emmanuelle Vagnon (CNRS, LaMOP), Davide Gherdevich (Paris 1, LaMOP), Christine Gadrat (CNRS LA3M)

Christine Gadrat analyse le rôle des noms de lieux dans plusieurs récits de voyages médiévaux, et montre qu’ils ne se réfèrent pas toujours, et même rarement, à une localisation précise selon les méthodes géographiques actuelles et à plus forte raison lorsqu’on s’éloigne des régions connues. Parfois les noms de lieux sont accompagnés d’indications géographiques qui permettent de les situer dans une carte mentale du monde, par référence à un fleuve, une montagne célèbres, ou par contiguïté avec d’autres régions. Mais le plus souvent, le nom n’a qu’un pouvoir évocateur, renvoyant à une mémoire collective et à une intertextualité (ex : les portes Caspiennes évoquent la légende d’Alexandre le Grand, sans besoin de localisation précise).

télécharger le diaporama de Christine Gadrat (PDF 746Ko)

__________________________________

Davide Gherdevich propose une étude de cas d’un récit de pèlerinage italien du XIVe siècle (Michele da Rabatta), rédigé sous la forme d’un itinéraire maritime le long de la côte de la mer Adriatique, puis d’un itinéraire en Terre sainte, énumérant les différentes étapes, les événements bibliques et les indulgences qui leur sont associés. Il reconstitue par SIG une cartographie actuelle de ces itinéraires, et établit une typologie des noms de lieux et facteurs de description : étapes maritimes, lieux saints, lieux de pouvoir. Par ailleurs, le manuscrit étudié par Davide Gherdevich contient des représentations de certains lieux cités, sous forme de vignettes urbaines et de croquis : la discussion porte sur le rôle de ces dessins et leur complémentarité par rapport au récit. 

télécharger le diaporama de Davide Gherdevich (2 Mo)

Emmanuelle Vagnon rapproche le récit de voyage maritime et de pèlerinage avec la cartographie marine et les cartes de Terre sainte du XIVe siècle. Les croquis du récit de pèlerinage de Michele da Rabatta sont stylistiquement très proches des vignettes urbaines que l’on trouve sur les cartes médiévales. La discussion porte alors sur les modalités de représentation des lieux par le texte et par l’image, leur localisation dans un espace géographique mesurable (dans une carte dotée d’une échelle), des conventions de représentation de ces lieux selon leur importance symbolique, politique ou religieuse. L’importance des « lieux de mémoire » est soulignée : les vignettes et les noms restituent une mémoire des lieux et permettent également de la transmettre et de la mémoriser. Le nom et l’image s’associent pour suggérer les événements liés aux lieux sacrés et pour les fixer dans l’espace représenté. (cf. Maurice HALBWACHS, La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective, éd. par M. JAISSON, Paris, PUF, [1941] 2008).

télécharger le diaporama d’E. Vagnon Des noms de lieux aux images des lieux (PDF)

Séance du 21 avril 2017


Harmony Dewez (Université de Namur) et Fanny Madeline (Fondation Thiers)

Le lieu dans la pratique administrative anglaise, XIIe-XIVe s.

L’exposé porte sur le rapport entre territoire et pouvoir, et la manière dont la territorialisation du pouvoir s’observe dans les sources à travers l’usage des noms de lieux. Une mise au point préalable permettait de rappeler les noms spécifiques utilisés en Angleterre pour définir des divisions territoriales (hundreds, shires, earldom, mais aussi wapentakes, rapes, rides, et au niveau local hides, tithings, virgates…), et les hiérarchies seigneuriales et ecclésiastiques complexes maillant le territoire de l’Angleterre médiévale. L’apparition de comptabilités personnelles à la fin du Moyen Âge fournit des sources très intéressantes aux historiens. La fonction des lieux dans la pratique administrative semble en premier lieu essentiellement classificatoire. La signature d’une charte comprend fréquemment le nom du lieu d’émission, plus souvent encore que la date, permettant de cartographier les intérêts du roi, voire dans certains cas, ses déplacements. Dans la documentation comptable, en revanche, le nom du manoir apparait comme une « étiquette » pour un dossier. Le plus souvent, les biens sont énumérés pour évaluer la productivité ou comme assiette fiscale, mais très peu d’informations sont réellement localisées. Les descriptions sont standardisées, et la tenure est définie par le nom du tenancier, pas par l’endroit où elle se trouve. Une même logique classificatoire apparaît dans les listes ecclésiastiques. La question essentielle est celle des modalités de la taxation : si l’impôt porte sur les personnes, il n’est pas besoin de limites très strictes, et une même personne peut dépendre de plusieurs juridictions. Mais si la taxe dépend de la valeur des terres, alors il faut fixer des limites, d’où des sources judiciaires sur des contentieux de limites. Ainsi, la grande diversité des sources administratives et comptables, ainsi que leur présentation matérielle sont un précieux moyen de nous renseigner sur les manières de classer, penser et rationaliser l’espace. 

Séance du 12 mai 2017


Julie Claustre (Paris 1 LaMOP), Chris Fletcher (CNRS LaMOP)

Les “lieux de la justice” : lieux d’enfermement, lieux du crime

La double séance a permis de découvrir d’une part le travail dirigé par Julie Claustre et Isabelle Heullant-Donat sur les lieux d’enfermement et de clôture, par une comparaison anthropologique, sur le long terme entre la prison et le monastère. Ce sont deux manières entièrement différentes d’envisager la claustration, l’une comme punition, l’autre comme rédemption, et pourtant les lieux mêmes, et leurs structures spatiales et temporelles (portes, espaces de promenade, temps de la journée) sont étrangement similaires. Julie Clasutre insiste également sur des sources qui témoignent du ressenti de ce lieu clos, de l’effroyable douleur physique et morale des personnes enfermées. 

Chris Fletcher intervient quant à lui sur la dialectique de l’intérieur et de l’extérieur, ou de l’espace privé et de l’espace public dans l’analyse et le règlement de contentieux dans des villages ou des petites villes de l’Angleterre médiévale. Une distinction juridique, mais pas toujours très claire dans les faits, apparaît dans la notion d’un outrage à la loi qui serait sur la place publique par opposition à un conflit domestique, à l’abri des regards dans la maison. 

Séance du 9 juin 2017


Histoire et spatialités, approches convergentes

Didier Méhu (Université de Laval, Québec).

Les lieux de l’église. L’usage du lieu et de l’espace par les médiévistes (historiens de l’art, archéologues et historiens)

Didier Méhu retrace l’historiographie de « l’espace ecclésial » et les définitions multiples du « lieu de culte ». L’église médiévale s’inscrit dans un espace qui a sa propre histoire et sa propre logique fonctionnelle ; elle détermine un lieu de culte et polarise un espace social (à l’échelle de la ville ou du pays). Par ailleurs, l’église est elle-même un espace architectural où se déroule l’action liturgique. L’église médiévale est un exemple d’endroit où se nouent les rapports entre le « locus », le lieu fixe, (matérialisé par l’architecture et le nom de lieu), et l’« iter «  (les déplacements vers l’église lors des pèlerinages, ou dans l’église, par des processions par exemple).   

Les lieux de l’église : télécharger la Bibliographie

__________________________________

Hélène Noizet (Paris 1, LaMOP, IUF) et le géographe Patrick Poncet (UNIL, Lausanne) :

Les usages des notions d’espace et de spatialité en géographie et en histoire

Patrick Poncet, en dialogue avec H. Noizet, pose la question suivante : les théories spatiales des géographes, ancrées dans le présent, permettent-elles de comprendre l’espace médiéval ? Les outils des sciences sociales en matière de spatialité peuvent-ils éclairer notre approche de médiéviste ? P. Poncet souligne un certain arbitraire des définitions de concepts, mais aussi l’indispensable usage de ces concepts pour décrire des phénomènes sociaux. Le formalisme des géographes actuels (tels Lévy et Lussault), volontairement anachronique, tend à fournir une explication logique, structurelle, atemporelle, qui pourrait transcender les formes historiques. Par exemple, le rapport à différentes échelles, entre des lieux, des territoires et le besoin de relations entre les espaces (créant des réseaux) peut expliquer, au moyen de formules, le développement du tissu urbain observé par les historiens. A l’épreuve des études des historiens sur les villes médiévales (tels les travaux de l’équipe Alpage), la discussion a porté sur la pertinence de cette formalisation pour expliquer le développement d’une ville comme Paris.Cf. Patrick Poncet, Intelligences spatiales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2017.

Séance du 15 décembre 2017


Juliette Dumasy (Université d’Orléan, CESFiMA )

Le locus controversus dans les vues figurées françaises, XIVe-XVIe siècles.

À partir du XIVe siècle, les conflits à propos de droits territoriaux donnent fréquemment lieu à la production d’une figure du locus controversus, c’est-à-dire d’une représentation figurée du lieu disputé, sous forme de carte, de plan, de vue du lieu de la dispute. Réalisée par un peintre ou une personne qualifiée sous le contrôle des parties impliquées et de la cour de justice, elle joue un rôle important dans le règlement du conflit. Comment le lieu et l’espace qui l’entoure sont-ils représentés dans ces figures ? Selon quelles techniques et quelles conventions sont-ils restitués, quelles sont les informations et les détails retenus ? Dans quelle mesure le lieu est-il figuré dans sa réalité, ou bien est-il reconstruit par le regard du figureur et des parties en présence, par les impératifs de la production et la finalité de la démarche ? In fine, que nous apprennent ces représentations sur la façon dont on définit et conçoit le locus dans ce cadre particulier ?

Le locus controversus : télécharger la bibliographie

__________________________________

Raphaële Skupien (Université de Picardie, Jules Verne)

Représentation du lieu et réception de l’image. La fabrique de la “figure universelle” de la forêt de Thelle d’après le procès-verbal de sa confection (1541)

Les figures de lieux (moulins, forêts, seigneuries…) sont généralement produites dans un cadre juridique pour régler ou pour prévenir les conflits mais elles peuvent également susciter des controverses inattendues entre les parties comme en témoignent les comptes rendus et les procès-verbaux joints au dossier d’instruction. Confrontées pour la première fois à la représentation de lieux familiers, les parties prennent conscience de l’étendue relative de leur domaine et donc de leurs droits. Un exemplaire de la figure universelle de la forêt de Thelle, levée par deux peintres dans le cadre d’une procédure d’enquête sur le partage des droits de gruerie dans le domaine royal, a été conservé avec le procès-verbal de sa confection daté du mois de juin 1541. Le notaire a consigné les différentes étapes de la fabrication de la figure. C’est à la Table de Marbre à Paris – là où les parties durent s’accorder sur la forme définitive à donner de la forêt à partir des premiers relevés effectués lors de la visite des lieux – que les débats furent les plus vifs. L’image de la forêt apparaît comme le véritable lieu de la controverse puisque c’est le lieu figuré qui permet de visualiser les limites des droits des seigneurs et de leurs descendants. À une période où cette pratique n’est pas encore normalisée, comment garantir aux parties que les peintres n’altéreront pas cette figure en la mettant au net ? Le soin mis à sa confection est-il lié à des usages spécifiques ? Quel est le statut de la figure universelle de la forêt de Thelle ?

écouter : Raphaële Skupien

Séance du 12 janvier 2018


Darwin Smith (CNRS, LaMOP)

Espace de vie – espace de jeu : étude de cas. Questions et interprétations sur les flux et mouvements, 1° au couvent de la Santissma Annunziata de Florence, d’après le registre du prieur (1478-1483), 2° dans l’espace théâtral de la Passion d’Arnoul Gréban (1452). 

écouter : Darwin Smith ( partie 1 )
écouter : Darwin Smith ( Partie 2 )

visualiser le cas n°1 : la Santissma Annunziata de Florence (1478-1483)
visualiser le cas n° 2
: la Passion d’Arnoul Gréban (1452).

Séance du 9 février 2018


Eliana Magnani (CNRS, LaMOP)

Locus: le mot et son environnement dans les chartes de Bourgogne (CBMA) 

écouter : Eliana Magnani

visualiser le diaporama Locus : le mot et son environnement dans les chartes de Bourgogne (CBMA)

Séance du 9 mars 2018


Mathieu Vivas (Université de Lille, IRHIS)

Les lieux de pendaison au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire.

Séance du 23 mars 2018


Marlène Hélias (CNRS, IRHT)

Nommer et géolocaliser lieux et lieux-dits dans la documentation de gestion des Cisterciens franciliens au XIVe siècle.

Elisabeth Lusset (CNRS LaMOP)

Webdocumentaire Le cloître et la prison. Une réflexion sur les continuités et les ruptures dans les usages des lieux d’enfermement.

Depuis 2014, l’équipe du programme de recherche « Enfermements » travaille à la production du webdocumentaire Le cloître et la prison. Les espaces de l’enfermement. S’appuyant sur le cas de l’abbaye de Clairvaux transformée en prison au début du début 19e siècle, le webdocumentaire propose une visite interactive de neuf lieux-clés de l’abbaye-prison de Clairvaux (mur, porte, bâtiment des convers, réfectoire, église, dortoir, grand cloître, quartier disciplinaire et infirmerie) et examine à travers elle l’histoire des espaces de l’enfermement du Moyen Âge aux années 1930.

Le webdocumentaire mobilise plus de 300 documents historiques présentés et commentés (textes, enluminures, plans, photographies, etc.) et propose à l’utilisateur une visite à travers des textes, des vidéos, des diaporamas, des lectures sonores et des photographies.

Séance du 6 avril 2018


Benoît Grévin (CNRS, LaMOP)

Locus, Espace, espaces dans la rhétorique du XIIIe siècle. Autour de Boncompagno.

écouter : Benoît Grévin

visualiser le diaporama Locus, Espace, espaces dans la rhétorique du XIIIe s. (PDF)


Nathalie Bouloux (Université de Tour, CESR)

Histoire des lieux et topographie historique dans la géographie humaniste (Italie, XVe siècle).

Séance du 1er juin 2018


Mathieu Beaud (INHA)

Le Locus figuré : l’Iconographie de l’offrande au XIIe s

Depuis trois décennies maintenant, l’Histoire médiévale a conçu, affiné et proposé à la Médiévistique un paradigme spatial, celui d’un espace social à la fois polarisé, hétérogène et discontinu, concept développé aussi bien par l’anthropologie historique que par l’histoire sémantique. Cette communication observe selon quelles modalités ce paradigme pourrait s’appliquer à l’étude de l’image médiévale. L’image est en effet une construction spatiale qui propose simultanément à celui que la regarde un espace perceptif (l’espace vécu) et un espace projeté (l’espace mis en discours). Autrement dit, l’image est spatialement construite sur son support et propose ainsi une construction mentale de l’espace, une version intelligible (ordonné) de l’espace perceptif. Expérience, production, perception et expression de l’espace sont ainsi présentes dans l’image, riche d’information si l’on sait l’interroger. Partant de l’iconographie de l’offrande, nous appliquons plusieurs concepts forgés par l’histoire médiévale (locus, iter, peregrinatio et transitus) à l’analyse de plusieurs exemples : une initiale du Sacramentaire de Drogon (Paris, BnF, Latin 9428, ca. 845 et 855), une miniature des Péricopes d’Henri II (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 4452 ca. 1007-1012), le tympan de l’église de Mervillier (Eure-et-Loire, 1ère moitié du XIIe s.), un chapiteau de la cathédrale de Tarragone (fin XIIe s.) et le Vitrail de l’Enfance de Chartres (1145-1150). Dans ces exemples, le Locus est observé comme le lieu du transitus. Ontologiquement celui-ci est à la fois vertical, sublimant l’offrande terrestre pour qu’elle traverse l’intervalle (spatium) entre ciel et terre, mais également horizontal, la peregrinatio étant elle même un cheminement sur terre pouvant avoir un impact spirituel. Ce locus comme lieu du transitus (entre mundus et caelo) pose également la question du changement d’état de celui qui se meut  et passe par ce lieu, selon les règles d’un espace médiéval profondément spiritualisé.

écouter : Mathieu Beaud

visualiser le diaporama Le Locus figuré : l’Iconographie de l’offrande au XIIe s. (PDF)

crédit photographique : Image à la Une : Miscellany on the life of St. Edmund, England, Bury St Edmunds (ca. 1130), MS M.736 fol. 7r . crédit The Morgan Library & Museum

Pour citer ce billet : lamop, "Séminaire Locus [2017-2018] – Compte rendu," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 09/07/2019, consulté le 14/11/2019, https://lamop.hypotheses.org/5678.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.