Séminaire Locus [2018-2019] : compte rendu

Amorcé en 2016, « Locus » est un séminaire transversal, réunissant des historiens, membres du LAMOP ou extérieurs à celui-ci, autour de la question de la spatialité dans les sources et les méthodes des médiévistes. Il s’agit d’explorer la diversité des pratiques et des représentations de l’espace au Moyen Âge en tentant de se démarquer d’une approche classique qui réduit l’espace à un cadre géographique donné et objectif, préalable à l’histoire. L’espace, ce sont des pratiques, des représentations, des noms de lieux, des lexiques, des images, variables selon les contextes ; la question du « lieu », à la fois plus restreinte et plus souple que celle « d’espace », explore également la manière de nommer, de recenser, de comprendre cet espace médiéval. Ainsi la question des lieux s’inscrit-elle dans le champ des études de toponymie, d’histoire de la cartographie ou de reconstitutions géographiques, mais concerne aussi, plus largement, la plupart des recherches des médiévistes dès lors qu’ils s’intéressent aux lieux et à la dimension spatiale des phénomènes historiques. Le « locus » pourrait devenir ainsi un « lieu commun », un carrefour permettant aux historiens de croiser et confronter leurs recherches et leurs méthodes.Le séminaire prend la forme d’un atelier présentant des sources inédites, permettant de discuter de travaux en cours, de mûrir un article et de découvrir une bibliographie. Il a pour caractéristique un débat assez libre sur l’importance de la spatialité à travers des exemples précis tirés de nos recherches.Cette année 2018-2019, les communications porteront plus particulièrement sur l’histoire sociale des lieux et des communautés, l’apport de l’archéologie, et la valorisation culturelle des documents cartographiques médiévaux.

Télécharger l’archive du séminaire :

LOCUS 2018-2019 (fichiers audio Mp3 et présentations PDF, bibliographies Docx)

SOMMAIRE

  • Séance du 9 novembre 2018
    • Lieux licites et lieux illicites d’échange dans les villes de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle). Judicaël Pétrowiste (Paris, Université Paris-Diderot)
  • Séance du 14 décembre 2018
    • Locus judeorum ? Entre coexistence et ségrégation spatiale dans la Couronne d’Aragon des XIVe-XVe siècles  Ingrid Houssaye Michienzi (Paris, CNRS-UMR Orient &Méditerranée), Claire Soussen (Université de Cergy-Pontoise)
    • La nomination des lieux habités et lieux-dits dans le sud du Portugal aux XII-XIVe siècles. Stéphane Boissellier (Université de Poitiers)
  • Séance du 25 janvier 2019
    • Aimantation castrale et polarisation des pouvoirs de l’aristocratie laïque en Lotharingie méridionale aux Xe et XIe s. Tristan Martine, (Lyon III-CIHAM)
    • De Christaller à Higounet : une lecture spatiale des lieux du haut Moyen Âge. Jens Schneider, (UPEM-IHA )
  • Séance du 15 mars 2019
    • L’apport de l’aire d’ensilage de Taxo-Les Gavarettes (VIIIe-XIe s.) (Pyrénées-Orientales) à notre perception de l’espace médiéval. Carole Puig (Toulouse, FRAMESPA)
    • Les lieux de l’activité artisanale à Paris aux 14e-15e s. : logiques productives et géographiques. Léa Hermenault (Paris, Laboratoire ArScAn, équipe “Archéologies environnementales”)
  • Séance du 24 mai 2019
    • Présentation de l’exposition « Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français au Moyen Age et à la Renaissance » (Archives Nationales). Juliette Dumasy (Université d’Orléans, POLEN), Camille Serchuk (Southern Connecticut State University)
    • Présentation du Film documentaire La Fabrique de l’océan Indien. Emmanuelle Vagnon (CNRS, LAMOP) et Céline Ferlita (CNRS- Culture-Langues-Textes)

Séance du 9 novembre 2018


Judicaël Pétrowiste ( Paris, Université Paris-Diderot)

Lieux licites et lieux illicites d’échange dans les villes de la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècle)

Le marché, lieu de vente et d’achat des productions agricoles et artisanales, est un lieu de vie particulièrement actif dans les villes et les bourgs médiévaux. La création d’un locus spécifique pour les échanges est une conséquence spatiale de l’organisation économique de la société. C’est à partir du XIIe siècle que l’on observe une progressive fixation d’un lieu pour des activités d’échanges de plus en plus spécifiques. Le mot « marché » (mercato, mercadal) désigne un lieu fermé et des équipements particuliers, une réalité matérielle marquée dans la toponymie : tout village a sa « place du marché ». Pour les premiers penseurs de l’économie libérale (Turgot mais aussi Adam Smith), le marché est le lieu par excellence de la norme et du carcan règlementaire, une entrave à la liberté du commerce. Mais en réalité les échanges peuvent de faire partout, et échappent souvent à la volonté de contrôle des autorités. L’exposé traite tout à tour de la formation économique et juridique des marchés urbains et de leur développement, puis de leur emprise dans le tissu urbain : la place du marché devient un pôle important de ces villes, mais il existe aussi de plus en plus des rues spécialisées dans tel ou tel commerce. Enfin, à l’aide de nombreux exemples tirés des archives, J. Peérowiste analyse les raisons de cette fixation du marché dans des lieux spécifiques. Il s’agit toujours d’assurer la confiance dans les transactions par le contrôle des autorités. La localisation des échanges et leur règlementation permettent ainsi de faciliter le prélèvement fiscal et le contrôles de prix et le contrôle de la qualité des denrées (en particulier pour la boucherie ou pour la draperie) ; d’assurer la publicité des échanges pour que les usagers puissent comparer et contrôler prix et la qualité ; de favoriser l’approvisionnement urbain et de sécuriser les transactions par un dispositif de surveillance policière et le contrôle des poids et mesures. La conclusion souligne que la localisation du marché en centre de bourg conduit rapidement à un engorgement. L’externalisation du marché au-delà des portes conduit souvent à la création de nouveaux pôles urbains. Par ailleurs, il existe une tension fréquente entre la volonté de centralisation et la réalité d’un commerce foisonnant qui est plus commode hors du contrôle des autorités. Dans les faits le système demeure assez souple, et les contournements de la loi, selon les circonstances, sont souvent tolérés.

Séance du 14 décembre 2018


Ingrid Houssaye Michienzi (Paris, CNRS-UMR Orient &Méditerranée), Claire Soussen (Université de Cergy-Pontoise)

Locus judeorum?
Entre coexistence et ségrégation spatiale dans la Couronne d’Aragon des XIVe-XVe siècles 

L’entité juive reconnue juridiquement et institutionnellement dans la Couronne d’Aragon à travers les communautés locales dites aljamas, est aussi pourvue d’un corps, dont la forme, l’importance et le nom diffèrent selon les contextes et les lieux : il s’agit du quartier juif, appelé le plus souvent « call » ou « juderia ». Expression ou résultat du réflexe ou du besoin de se rassembler commun à tous les groupes minoritaires ou particuliers, le fait est qu’il existe bien un lieu des juifs identifié dans la topographie urbaine par plusieurs espaces (rue des juifs, quartiers juifs en fonction de l’importance numérique de la population) ou par des infrastructures spécifiques requises notamment par les particularités du rite religieux (synagogues, mikvaot ou bains rituels, cimetières, espaces à vocation alimentaire). De ce fait, la communauté juive se distingue visiblement, dans l’espace public, aux yeux des juifs et des non-juifs. L’existence de ces lieux proprement juifs est la garantie pour la communauté de la possibilité de vivre son judaïsme de façon conforme aux prescriptions halakhiques. Mais l’existence de ces lieux proprement juifs, en cas de tension, est également un danger, car ces infrastructures signalent la minorité juive à d’éventuels agresseurs. 

télécharger le Powerpoint Ingrid Houssaye Michienzi Locus judeorum? (PDF)

__________________________________

Stéphane Boissellier (Université de Poitiers)

La nomination des lieux habités et lieux-dits dans le sud du Portugal aux XII-XIVe siècles

L’analyse des mots employés pour désigner des entités aussi complexes et évolutives que des habitats relève d’approches philologique et sociologique. Dans le Portugal méridional de la Reconquête, cette analyse se décline dans deux modalités particulières : le passage d’une culture andalouse à une culture latino-chrétienne, avec un remplacement assez massif du lexique arabe par un lexique roman, et un bouleversement considérable du peuplement, impliquant des mutations sur un temps assez court et selon un modèle relativement uniforme. Dans ce contexte de mutation, l’identité culturelle des acteurs de la nomination (colons « vieux chrétiens » ou plutôt « vieux latins », indigènes de tradition mozarabe, mudéjares et convertis) revêt une importance particulière. L’emploi des mots ne dépend pas seulement d’une norme (imposée par les décideurs) mais encore plus de l’usage par l’ensemble des acteurs du territoire, ce qui fait appel à des processus culturels lourds.Je vais me contenter d’inventorier et de commenter, dans une logique diachronique, l’évolution des principaux vocables désignant les habitats à partir de l’ensemble de la documentation dans les années 1150-1300 : le lexique arabe des fortifications, puis le lexique latino-roman de tous les types d’habitats (civitas, cidade, castrum, vila, aldeia, villa, alcaria, locus/logo) ; puis je développerai une analyse plus relationnelle des habitats, à partir d’un répertoire synchronique systématique de lieux (ou utilisable en tant que tel) fourni par un inventaire des possessions et juridictions de l’Ordre militaire de Santiago élaboré vers 1314-1325 – qui éclaire d’ailleurs beaucoup plus la logique du système mis en place par la colonisation chrétienne que la transition du Gharb al-Andalus vers le Portugal.

Séance du 25 janvier 2019


Tristan Martine, (Lyon III-CIHAM)

Aimantation castrale et polarisation des pouvoirs de l’aristocratie laïque en Lotharingie méridionale aux Xe et XIe s

écouter : Tristan Martine

visualiser le diaporama Tristan Martine, Aimantation castrale et polarisation (PDF)

__________________________________

Jens Schneider, (UPEM-IHA )

De Christaller à Higounet : une lecture spatiale des lieux du haut Moyen Âge

écouter : Jens Schneider De Christaller à Higounet : une lecture spatiale des lieux du haut Moyen Âge

visualiser le diaporama : Jens Schneider, De Christaller à Higounet (PDF)

télécharger la bibliographie : Bibliographie (146 Kb)

Séance du 15 mars 2019


Carole Puig (Toulouse, FRAMESPA)

L’apport de l’aire d’ensilage de Taxo-Les Gavarettes (VIIIe-XIe s.) (Pyrénées-Orientales) à notre perception de l’espace médiéval.

écouter : Carole Puig

visualiser le diaporama : Carole Puig, L’apport de l’aire d’ensilage de Taxo-Les Gavarettes (PDF)

__________________________________


Léa Hermenault (Paris, Laboratoire ArScAn, équipe “Archéologies environnementales”)

Les lieux de l’activité artisanale à Paris aux 14e-15e s. : logiques productives et géographiques

écouter : Léa Hermenault

visualiser le diaporama : Lea Hermenault, Les lieux de l’activité artisanale à Paris(PDF)

Séance du 24 mai 2019


La séance est consacrée plus particulièrement à deux projets de valorisation et de médiatisation de la recherche, tous deux en rapport avec la cartographie du Moyen Âge et de la Renaissance. Lors de cette séance, nous aborderons non seulement le propos scientifique de ces projets et leur rapport avec la spatialité, le « LOCUS », mais aussi plus concrètement, les moyens mis en œuvre pour réaliser ces projets (support audiovisuel, partenariats, budgets et conditions matérielles de réalisation, et aussi les questions de temps). Nous voulons aussi nous interroger sur les objectifs de cette valorisation, et sur le public (« l’audience » disent les anglo-saxons) de telles réalisations. Il s’agit en effet d’utiliser les moyens de nouveaux médias pour toucher un public plus large que le cercle des chercheurs médiévistes, et d’intéresser ainsi, d’attirer le regard et l’attention, de faire passer un message historique. La portée pédagogique est aussi un élément essentiel de ces projets, et le public visé est dans certains cas un public de professeurs du secondaire et d’élèves. La question posée est la suivante : comment mesurer l’impact de telles réalisations et l’écho qu’elles peuvent avoir réellement auprès du public ?

Juliette Dumasy (Université d’Orléans, POLEN), Camille Serchuk (Southern Connecticut State University)

Présentation de l’exposition « Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français au Moyen Age et à la Renaissance » (Archives Nationales)

Pendant longtemps, les historiens ont soutenu que peu voire aucune carte à grande échelle n’avait été produite avant l’époque moderne. Des travaux récents ont démontré que des centaines de cartes à grande échelle sont repérables rien qu’en France, un chiffre sans doute comparable dans d’autres régions d’Europe. Pourtant, ces riches documents iconographiques sont encore peu connus. Pour cette séance du séminaire Locus, Camille Serchuk et Juliette Dumasy ont présenté l’état de la recherche et les dernières découvertes sur la question, dans la perspective de l’exposition qui se tiendra aux Archives Nationales (Hôtel Soubise) du 25 septembre 2019 au 7 janvier 2020 : “Quand les artistes dessinaient les cartes. Vues et figures de l’espace français, Moyen Âge et Renaissance. L’exposition sera accompagnée d’un colloque, les 15 et 16 octobre 2019, aux Archives Nationales et à l’Université d’Orléans. 

écouter : Juliette Dumasy

visualiser le diaporama : Juliette Dumasy (PDF)

__________________________________

écouter : Camille Serchuk

visualiser le diaporama : Camille Serchuk

__________________________________

Présentation du Film documentaire La Fabrique de l’océan Indien
Emmanuelle Vagnon (CNRS, LAMOP) et Céline Ferlita (CNRS- Culture-Langues-Textes)

Que savons-nous de l’océan Indien ? Il n’est pas le fruit d’une découverte extraordinaire mais plutôt de successions d’explorations et d’échanges entre les civilisations de l’Occident et de l’Orient. Des historiens nous racontent l’histoire de sa représentation à travers l’étude de cartes maritime de l’antiquité jusqu’au XVIIIe siècle. Ils nous montrent ainsi que le récit de sa fabrication est intimement lié à sa représentation et qu’au fil du temps les cartes ont ainsi contribué à donner à cet océan un sens et une cohérence.Nous reviendrons sur l’expérience de réalisation d’un film documentaire à partir du livre La Fabrique de l’océan Indien et sur les moyens mis en oeuvre pour monter un tel projet

Le film documentaire est disponible et utilisable en accès libre ici :    https://videotheque.cnrs.fr/doc=6630  Un autre projet de films brefs sur des documents cartographiques de la BnF (format 3 mn), bientôt visibles sur internet, est également en cours de réalisation.

écouter Emmanuelle Vagnon et Céline Ferlita

visualiser le diaporama : Présentation du Film documentaire La Fabrique de l’océan Indien par Emmanuelle Vagnon et Céline Ferlitat(PDF)

La Fabrique de l’océan Indien

(film intégral)

crédit photographique : Image à la Une : Bible d’Holkham (c. 1327-1335), Londres, British Library, Add. Ms 47682, f. 2r. crédit British Library

Pour citer ce billet : lamop, "Séminaire Locus [2018-2019] : compte rendu," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 09/07/2019, consulté le 19/08/2019, https://lamop.hypotheses.org/5665.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.