FOCUS : « Professions et formation à Rouen au Moyen Âge, entre institutions et contrats » :

François Rivière, post-doctorant, chercheur associé au LaMOP et au laboratoire ICT

Grâce à un contrat de recherches postdoctorales du LabEx HaStec pour l’année 2018-2019 (correspondant scientifique : Philippe BERNARDI), j’ai pu développer au sein du LaMOP un projet sur la formation professionnelle à Rouen du XIIIe au XVe siècle. Cette étude de cas constitue un nouveau volet de l’étude des formes de professionnalisation du second Moyen Âge, après une thèse consacrée aux institutions de métiers en Normandie, soutenue en 2017 à l’EHESS.

Apprentissage de boucher mentionnant exceptionnellement une institution de métier en 1380
Apprentissage de boucher mentionnant exceptionnellement une institution de métier en 1380

Mon doctorat visait à sortir de la focalisation sur les corporations, sans négliger les dispositifs de réglementation et d’organisation, qui peuvent s’appuyer sur des groupes professionnels sans former de corps. Des institutions médiévales qualifiées de « mestiers » émergent en Normandie à la fin du XIIIe siècle avec l’apparition d’un type de réglementation et de gardes des métiers spécifiquement chargés de l’appliquer. J’ai suivi son développement complexe dans 60 juridictions urbaines et rurales, en éclairant les relations à l’intérieur des groupes professionnels, ainsi que le degré d’autonomie envers les communautés d’habitants et les autorités. Des frontières politiques, techniques et sociales ont été mises en lumière, mais également des réseaux documentaires, économiques et urbains. Cette analyse a trouvé une prolongation grâce à l’atelier « Concevoir et construire des réseaux en Histoire du Moyen Âge » (podcast en ligne : https://bit.ly/2VOHKLQ). Les institutions de métiers peuvent réglementer l’apprentissage dès la fin du XIIIe siècle mais cet encadrement de la formation professionnelle est loin d’être attesté de manière généralisée.

Le projet mené cette année a montré que sur 76 institutions de métiers documentées en Normandie entre 1290 et 1389, seules 22 encadrent l’apprentissage, dont 17 à Rouen. L’attention aux pratiques de l’écrit permet d’affiner ce constat en prenant en compte des normes coutumières attestées par les documents de la pratique, mais aussi la moindre réglementation de la formation dans certaines activités, notamment le commerce. L’exigence d’un apprentissage effectué dans l’organisation de métier elle-même s’affirme spécifiquement dans la métropole normande dès la fin du XIIIe siècle. Il s’agit d’un moyen pour les maîtres d’obtenir un service en travail gratuit voire une rémunération monétaire, même lorsqu’il s’agit de travailleurs déjà formés, ce qui entraîne des conflits avec les professions voisines ou les migrants que l’on peut appréhender dans les délibérations urbaines ou dans les registres de la cour suprême normande, l’Échiquier. Cet aspect a été développé lors d’une intervention dans le séminaire « Histoire et anthropologie de l’économie médiévale : Valeurs. Travail contraint » du 14 novembre 2018. La reconnaissance d’apprentissages extérieurs semble être un facteur de diffusion de la notion juridique de « ville de loi » et le développement des procédures de maîtrise nous renseigne sur le contenu technique de la formation, ainsi que sur la reconnaissance des compétences transmises au sein des familles.

Un autre axe du projet en cours porte sur les stratégies individuelles révélées par le recours aux contrats écrits, grâce à des sondages dans les registres du tabellionage de Rouen conservés à partir de 1360. La formation professionnelle apparaît ainsi dans une gamme d’activités qui dépasse les métiers institutionnalisés en Normandie pour inclure ménestrels, verriers, fabricants de tasses… Si les quelques dizaines de contrats enregistrés par écrit chaque année sont dérisoires par rapport aux apprentissages effectués dans la deuxième ville la plus peuplée du royaume de France, ils correspondent aux ordres de grandeur constatés dans des villes comme Marseille ou Tours. Ils attestent une surreprésentation des orphelins, ainsi que le coût souvent élevé de la transmission des compétences. La forme des actes peut varier mais reflète majoritairement l’accent mis sur les obligations, qui peuvent être plus réciproques que dans le cas parisien étudié par Julie Claustre. Les sondages effectués seront systématisés et recoupés avec d’autres sources portant sur la formation qui échappe aux contrats écrits. Une approche comparative est développée et donnera lieu à une journée d’étude internationale organisée avec Mathieu Marraud le 3 juillet 2019, à l’EHESS 96 bd Raspail, de 9h à 18h, avec le soutien du LaMOP, du LabEx HaStec et du CRH.

Pour citer ce billet : François Rivière, "FOCUS : « Professions et formation à Rouen au Moyen Âge, entre institutions et contrats » :," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 28/05/2019, consulté le 19/08/2019, https://lamop.hypotheses.org/5584.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.