Focus Thèse : « Scripturalité, gestion du patrimoine monastique et changement social au Mont-Cassin, Xe-XIIe siècle »

par Gilles TEXIER, sous la direction de Laurent FELLER

Aux Xe et XIe siècles, l’Italie centro-méridionale connaît de très profondes évolutions. Après une période de crise caractérisée par une forte instabilité politique et de nombreuses destructions, cette région est marquée par une dynamique de réorganisation socio-spatiale dans le cadre de ce que Pierre Toubert a appelé l’incastellamento. La polarisation de la société par les castra correspond à un important bouleversement des rapports sociaux : des vieilles élites lombardes aux Normands en passant par les grands monastères et bien sûr le monde paysan, tous les acteurs voient leurs relations se transformer en quelques décennies.

“Dédicace de la Chronique du Mont-Cassin à saint Benoît, cod. cas. 99 (1072)”

Si le processus d’incastellamento a fait l’objet de certaines études locales et avant tout dans le Latium – pour lequel le concept a été forgé – ses modalités demeurent néanmoins mal connues dans les grands établissements monastiques qui jouent un grand rôle en Campanie et dans les Abruzzes. Le Xe siècle est une période de reconstruction pour les puissantes abbayes comme celle du Mont-Cassin (que les moines réinvestissent à partir des années 930), qui gagnent en influence au cours du XIe siècle. Le Mont-Cassin est par exemple un pôle ecclesiastique de premier ordre, qui fournit plusieurs clercs de haut rang impliqués dans le mouvement de réforme de l’Église dans la seconde moitié du XIe siècle.

Cette thèse s’intéresse donc aux transformations sociales de l’Italie centro-méridionale à partir d’un pôle qu’est le monastère du Mont-Cassin. Il s’agit de voir comment les abbés réorganisent le patrimoine pour affermir leur domination sur les hommes et les terres, notamment dans la Terra sancti Benedicti, qui concentre une grande partie des possessions cassinésiennes. L’évolution des rapports sociaux au cours de la période est ainsi appréciée dans le cadre de la construction d’une seigneurie monastique, et à travers la documentation produite par les moines.

La documentation cassinésienne est effectivement très riche, et pourtant peu exploitée. Elle comprend pour la période concernée des milliers d’actes conservés à l’Archivio du Mont-Cassin, ainsi que deux importants documents. D’une part la longue Chronique de l’abbaye rédigée entre la fin du XIe et les années 1130 ; d’autre part le Registre de Pierre Diacre : un cartulaire compilé dans les années 1130 dans lequel ont été copiés environ 640 actes de divers types.

Récemment édité, ce cartulaire permet de s’interroger sur la signification sociale et les conditions de production de l’écriture monastique. En effet, les principes de sélection et de classement des chartes et des diplômes qu’il contient invite à questionner plus largement les logiques qui gouvernent l’activité scripturale au Mont-Cassin. Pourquoi enregistrer les actes et/ou les recopier sur d’autres supports documentaires ? Quelle relation entre la narration de la Chronique et la compilation du Registre ? Comment l’activité du scriptorium participe-t-elle de la mise en valeur du patrimoine du saint ? Comment prendre en compte cette dimension de l’écriture monastique dans le cadre d’une approche d’histoire sociale ?

Cette étude suit trois directions principales. D’abord il s’agit de saisir l’écriture monastique comme une pratique sociale et de mieux cerner ses implications, avant de procéder à son interprétation, en mobilisant notamment des méthodes lexicométriques (usage et sens des termes relatifs aux rapports de domination, mais également mise en récit de l’intervention des moines dans leur environnement). Ensuite, analyser à partir du Registre puis d’autres actes la manière dont les abbés structurent et gèrent leurs possessions (nature des transactions, rôle et poids des prélèvements, organisation géographique du patrimoine et modalités de gestion des terres, etc.). Enfin, à partir d’études de cas locales, appréhender plus finement les relations entre les paysans et les seigneurs-abbés, ainsi que leur évolution entre la phase de reconstruction du patrimoine au Xe siècle et le premier tiers du XIIe siècle (époque à partir de laquelle le Mont-Cassin commence à perdre son influence face à la montée en puissance de la monarchie normande). On étudiera ainsi à une échelle locale la diversité des stratégies abbatiales pour administrer le monde paysan en fonction des besoins du Mont-Cassin (diversité des statuts, importation de main-d’oeuvre, structuration de l’espace productif et mutations des formes d’exploitation des terres et des hommes).

Pour citer ce billet : Gilles Texier, "Focus Thèse : « Scripturalité, gestion du patrimoine monastique et changement social au Mont-Cassin, Xe-XIIe siècle »," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 29/05/2019, consulté le 19/08/2019, https://lamop.hypotheses.org/5511.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.