“Le Monde en Sphères” à la BnF : une exposition pour les médiévistes !

Le Monde en Sphère” est l’histoire d’un monde clos et parfait sous le regard de Dieu, brutalement ouvert à l’époque moderne et projeté dans l’immensité de l’univers ; c’est l’histoire d’extraordinaires observations astronomiques commencées dès la plus haute Antiquité, transmises, traduites, développées par les passeurs et les savants d’Orient et d’Occident ; c’est l’histoire d’un symbole, le globe, à la fois forme idéale et signe du passage du temps, de la Fortune et de la fragilité humaine.

La bibliothèque nationale de France offre une magnifique et singulière exposition sur les globes célestes et terrestres, et la représentation sphérique du monde, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. 2500 d’art et d’histoire des sciences nous sont dévoilés à travers des manuscrits, des pièces de monnaies et des médailles, des œuvres peintes et sculptées, et 40 globes et sphères souvent uniques, provenant des collections de la BnF mais aussi de fonds étrangers ou privés.

Embrassant une très longue période, l’exposition consacre néanmoins une très belle partie aux savoirs du monde dans la chrétienté et le monde islamique au Moyen Age. Après une explication des complexes héritages antiques en astronomie et en géographie, cette deuxième partie donne à voir des globes célestes et terrestres produits dans le monde musulman, mais aussi une très riche iconographie de la sphère du monde dans des manuscrits orientaux et occidentaux. La symbolique impériale du globe tenu à la main par le souverain trouve un écho dans l’iconographie chrétienne du Christ en majesté et du Dieu créateur et géomètre, mesurant la sphère terrestre avec un compas.

Saint Augustin, De Civitate Dei , traduit en français par Raoul de Presles, 2 volumes (Livre I-X ; XI-XXII),
1375-1377 , Paris, BnF, Français 22913, f. 2v

La troisième et la quatrième parties sont consacrées à la “révolution copernicienne”, et aux changements de paradigmes scientifiques et moraux que représentent, d’une part, le passage du système géocentrique au système héliocentrique, d’autre part, notre conscience actuelle de l’infinité de l’univers et de la fragilité de notre planète. Dès le 16e siècle le globe est ainsi associé aux allégories de la vanité du monde, qui résonnent jusqu’aux œuvres d’aujourd’hui. Mais le globe est aussi devenu un instrument pédagogique, qui fait partie des outils ordinaires de la géographie.

La scénographie toute en subtilités est magnifique, tout au long d’un parcours balisé par des sphères qui conduisent le public dans une pénombre bleutée. Des schémas explicatifs, des installations vidéo et des cartes viennent compléter l’explication des objets.

Voici une belle exposition qu’il faut absolument voir, du 16 avril au 21 juillet

Le Monde en sphères, Paris, Sous la direction de Catherine Hofmann et de François Nawrocki, Éditions de la BnF, 2019 (Avec la collaboration d’Emmanuelle Vagnon pour la partie médiévale) .



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.