Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (XIIIe-XXe siècle), 2017

dir. Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset et Falk Bretschneider, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017.

Pourquoi conçoit-on des lieux fermés pour les hommes et d’autres pour les femmes ? En quoi les discours autour du genre ont-ils influencé l’émergence et la perpétuation de dispositifs de clôture pour affirmer les différences sociales entre hommes et femmes ? Quelles formes prennent les rapports entre les sexes dans les milieux clos ? Associant des approches historiques et sociologiques, cet ouvrage explore les interactions entre les différentes formes d’enfermements et le genre, ce qui induit une réflexion sur le féminin, sur le masculin et sur leurs interrelations dans les conditions créées par une séparation plus ou moins rigoureuse du monde. Les études de cas rassemblées dans ce volume entendent comprendre tant les effets que la clôture a produits et produit sur les conceptions du genre que, à l’inverse, les effets que le genre a produits et produit sur la clôture. Les rapports qu’entretiennent genre et enfermement sont envisagés sur la longue durée de l’histoire européenne, depuis les monastères médiévaux et les hôpitaux d’Ancien Régime jusqu’aux institutions pénitentiaires, bagnes et camps contemporains. L’ouvrage montre également leur résonance dans des territoires coloniaux d’Amérique et dans le monde chrétien de la Méditerranée orientale. Il révèle ainsi que les lieux clos sont des lieux matriciels où se sont élaborés et s’élaborent des pratiques, des techniques et des savoirs autour du féminin et du masculin.

ISBN 2-85944-986-8, 19 €

Table des matières

  • Michelle Perrot, « Préface. Le genre enfermé »
  • Falk Bretschneider, Julie Claustre, Isabelle Heullant-Donat, Élisabeth Lusset, « Introduction »

Femmes enfermées

  • Corinne Rostaing, « La non-mixité des établissements pénitentiaires et ses effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique »
  • Sylvie Duval, « De la réclusion volontaire. Étude sur l’enfermement des religieuses entre Moyen Âge et époque moderne »
  • Xenia von Tippelskirch, « Spiritualités en captivité et circulation d’écrits sur le cloître à l’époque moderne »
  • Bernard Heyberger, « Clôture féminine, violences, rapports de genres et crise de l’autorité. La congrégation des religieuses du Sacré-Cœur (Liban, 1750-1786) »

Rapports de genre en milieu clos

  • Marine Coquet, « Coloniser par la voie pénale : de l’idéal familial à la réalité coloniale des rapports entre les sexes dans la colonie pénitentiaire du Maroni, Guyane française (XIXe-XXe siècle) »
  • Claire Garnier, « Comment une religieuse soigne-t-elle le corps d’un homme ? Clôture religieuse et action hospitalière dans l’espace français, XVIIe-XVIIIe siècle »
  • Veerle Massin, « De l’usage de l’enfermement comme outil d’intervention et de savoir sur le sexe. L’enfermement des jeunes délinquantes (Belgique, 1920-1970) »

Comparer les genres en situation d’enfermement

  • Christian Knudsen, « Genre, sexe et pénitences dans les monastères anglais à la fin du Moyen Âge »
  • Régis Schlagdenhauffen, « Genre et sexualité dans l’univers concentrationnaire nazi »

Didier Lett, « Conclusions. La différence des sexes est-elle soluble en milieu clos ? »

Pour citer ce billet : Elisabeth Lusset, "Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (XIIIe-XXe siècle), 2017," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 15/02/2019, consulté le 19/09/2019, https://lamop.hypotheses.org/5147.

Résumés

Femmes enfermées

Corinne Rostaing, « La non mixité des établissements pénitentiaires et leurs effets sur les conceptions de genre : une approche sociologique », p. 33-52. Contrairement à la plupart des institutions comme l’école ou l’hôpital, la prison est encore de nos jours l’une des rares institutions mono-sexuées, avec des quartiers ou des établissements réservés à l’un ou l’autre sexe. Sous l’Ancien Régime, les détenus étaient mélangés quel que soit leur âge ou leur sexe et c’est au XIXe siècle que le processus de séparation a été entrepris. On cherchera d’abord à comprendre le double processus par lequel, tant du côté des personnels que du côté des détenus, un entre soi féminin se crée au sein des détentions féminines. La séparation des sexes contribue à produire des « organisations genrées », c’est-à-dire non neutres du point de vue des identités sexuées, s’appuyant sur des conceptions codifiées du masculin et du féminin, qu’elles contribuent à reproduire. Seront ainsi analysés les effets de la non mixité des prisons sur les structures carcérales. Si certaines spécificités comme l’existence de petits quartiers au sein de prisons d’hommes peuvent s’expliquer par la sous-représentation des femmes en prison, puisqu’elles représentent l’exception parmi une majorité masculine, d’autres sont liées aux stéréotypes genrés. On s’intéressera en particulier aux effets des conceptions de genre sur l’enfermement féminin à partir des formations, des activités ou du type de travail proposés aux femmes. L’enfermement n’est donc pas conçu de la même manière par l’administration qui gère les établissements pour femmes et pour hommes. / The prison is, contrary to most of the institutions as school or hospital, one of the uncommon mono-sexual institutions, with districts or establishments reserved for the one or the other sex. Before the French Revolution, the prisoners were mixed whatever are their age or their sex. In the 19th century, the process of separation was realized. We shall try, at first, to understand the double process by which, both the staffs and the prisoners, one feminine entresoi builds up itself within the feminine detentions. The separation of the sexes contributes to produce gendered organizations, that is not neutral from the point of view of the sexual identities, leaning on conceptions codified by the male and by the feminine, which they contribute to reproduce. The effects of the non-mixity in prisons will be analysed on the penitentiary structures. If certain specificities as the existence of small districts within masculine prisons can be understandable by the sub-representation of the women in prison, others are bound to gender stereotypes. We shall be interested in particular in the last part to the effects of the conceptions of gender on the feminine confinement in trainings, activities or labor type. The confinement is not thus designed in the same way by the administration which manages establishments for women and for men.

Sylvie Duval, « De la réclusion volontaire. Étude sur l’enfermement des religieuses entre Moyen Âge et époque moderne», p. 51-69. Durant l’époque moderne, dans les pays catholiques, le nombre de religieuses (en majorité issues des classes aisées de la société) est très élevé. Celles-ci vivent pour la plupart à l’intérieur de monastères strictement clos souvent situés à l’intérieur même des villes. Cet enfermement « massif » des femmes non mariées s’explique pas la convergence de facteurs religieux, sociaux et culturels vers la définition d’une vertu spécifiquement féminine de l’enfermement. Il s’agit en fait de la remise en valeur d’une vertu bien plus ancienne, celle de la virginité. La clôture des monastères féminins, de fait, est assimilée à une barrière protégeant non seulement la pureté des religieuses, mais aussi la moralité de la société les entourant. L’assimilation par les femmes elles-mêmes de cette vertu de l’enfermement attachée à leur sexe rend possible leur réclusion « volontaire » dès la fin du Moyen Age, lorsque les réformes monastiques observantes prônent la stricte clôture des monastères. Le « consentement » féminin s’appuie aussi sur la mise en valeur du statut sacré de la religieuse, et sur l’obéissance universellement due au père de famille dans la société d’Ancien Régime. La contrainte exercée sur les jeunes filles sans vocation est cependant reconnue et dénoncée, jusqu’au XIXe siècle, époque qui voit progressivement s’éteindre le phénomène. /             During Modern ages in catholic countries the number of religious women (mainly coming from the upper classes) is very high. They mainly live within strictly enclosed monasteries located inside the cities. This « massive » confinement of non-married women can be explained by the convergence of religious, social and cultural factors towards the definition of a specific female virtue of confinement. This is, in fact, a new proposal for a more ancient virtue, that of virginity. The enclosure of female monasteries is indeed considered as a barrier which protects not only the purity of religious women, but also the morality of the nearby society. The assimilation by women themselves of this virtue of confinement attached to their sex makes possible their « voluntary » reclusion since the end of the Middle Ages, when monastic observant reforms promote strict enclosure for the monasteries. The female « consent » rely also on the recognition of the sacred status of nuns and on the obedience universally due to fathers during the Ancien Régime. The pressure put on young girls lacking religious vocation is however acknowledged and denouced, until the XIXth century, during which this phenomenon progressively disappears.

Xenia von Tippelskirch, « Spiritualités en captivité et circulation d’écrits sur le cloître à l’époque moderne», p. 71-85. On peut concevoir les couvents comme des endroits où, à l’époque moderne, des femmes ont bénéficié d’un accès privilégié à la culture et à des savoirs. Mais s’agissait-il aussi de savoirs spécifiques sur les rapports de genre, donc sur le rôle des femmes en tant que femmes, sur les rapports des femmes entre elles et sur les rapports entre hommes et femmes? Des recherches récentes émergent trois axes possibles d’une réponse à cette question: tout en tenant compte du fait que les murs étaient perméables on peut distinguer des savoirs qui circulaient à l’intérieur des couvents et qui servaient à la création d’un comportement de moniale idéale; des projections qui étaient activées dans la controverse religieuse qui attaquait la moniale en tant que femme et enfin, des savoirs accumulés par des femmes qui ne passaient que très peu de temps à l’intérieur des couvents, mais qui contribuaient activement à la construction d’un imaginaire selon lequel le couvent ne pouvait pas servir à la perfection spirituelle. / Convents may be thought of as places where in Early Modern Europe women could benefit from a privileged access to culture and knowledge. But could we conceive this as a specific knowledge about gender? i.e. about the specific role of women, about the relationships between only women and between men and women? From recent research three aspects emerge: we have to take into account the permeability of the convent walls, but it seems possible to distinguish a knowledge that circulated in between the walls of convents aiming at the creation of a perfect nun; then: projections that were activated in religious controversies were attacking the nun as a woman. Finally, we can speak of gender knowledge of women who passed only short time of their lives in convents, but who contributed actively to the construction of an imaginary. Their personal experience that they tried to circulate rather widely pushed them to sustain that convent live could not lead to spiritual perfection.

Bernard Heyberger, « Clôture féminine, violences, rapports de genres et crise de l’autorité. La congrégation des religieuses du Sacré-Cœur (Liban, 1750-1786)», p. 87-102. Des cas de dérive sectaire et de violence extrême dans un monastère féminin, comme la tragédie qui s’est déroulée dans le monastère du Sacré-Cœur de Jésus au Mont Liban (1750-1786), bien documentée, nous permettent de réfléchir sur le fonctionnement (et le dysfonctionnement) de la clôture féminine. Un monastère féminin reste toujours en interaction avec l’extérieur, à travers les attaches familiales et la reproduction des hiérarchies sociales dans le cloître, à travers aussi le rôle attribué aux instances de contrôle masculines, l’évêque ordinaire et les confesseurs. Les conflits qui déchirent l’Eglise et la société hors du couvent ont alors des répercussions directes sur la vie de la communauté. Un monastère féminin est une tentative de recréer une société à part, échappant aux liens, aux règles et aux querelles mondains. Mais cet idéal n’est pas toujours atteint. Lorsqu’il est sous la conduite d’une mystique visionnaire, dont la communication directe avec le Christ est reconnue par son entourage,  les religieuses tombent sous la coupe du pouvoir absolu de cette dernière. Lorsque les hommes chargés de contrôler et d’encadrer la vie religieuse des femmes révèrent l’inspiration mystique de la  « sainte », ils deviennent eux-mêmes dépendants de celle-ci et incapables d’exercer leur autorité. La confession devient alors un instrument de domination totale et de manipulation des consciences aux mains  de la « sainte ».  Celles qui s’opposent à elle sont diabolisées et deviennent les victimes d’une fuite en avant sectaire qui peut conduire jusqu’à l’assassinat, justifié par l’inspiration divine. / Cases of sectarian abuses and utter violence in a female monastery, as the well documented tragedy which happened in the monastery of the Holy Heart of Jesus in Mount Lebanon( 1750-1786), can help to reflect on the functioning (and the possible disfunction) of the female closure.A monastery of women stays always in interaction with the outside, through family ties and the reproduction of the social distinctions within the cloister, as well as through the role allocated to the male authorities, the bishop and the confessors, over the nuns. Conflicts which arise within the Church and the society could therefore have direct effects on the life of the cloistered community. A female monastery is an attempt to create a society of exception, which escapes the wordly ties, rules and disputes. But this ideal is hard to join. When the monastery is under the leading of a mystic visionary, whose direct communication with Jesus Christ is admitted by people around her, the nuns fall under her thumb. If the men who are in charge of controlling and supervising the life of the nuns, believe into the mystic inspiration of the visionary, they become themselves dependent of her, and unable to exert their authority. Confession becomes an instrument in the hands of the « saint », for domination and manipulation of the consciences of the nuns. These who contest her mystic union and her charismatic authority are demonized and have to undergo harassment and violences, justified by a divine inspiration.

Rapports de genre en milieu clos

Marine Coquet, « Coloniser par la voie pénale : de l’idéal familial à la réalité coloniale des rapports entre les sexes dans la colonie pénitentiaire du Maroni (Guyane française,XIXe-XXe siècle)», p. 105-125. À dater de la seconde moitié du XIXe siècle, le territoire pénitentiaire du Maroni, situé à l’ouest de la Guyane française, est alloué à la gestion de la transportation des condamnés aux travaux forcés. L’administration du bagne est chargée d’y expérimenter les préceptes de la colonisation par la voie pénale, posés par la loi du 8 mai 1854. Parmi ses outils, les rapports entre les sexes sont organisés afin de construire ex nihilo un foyer de peuplement, à même de répondre aux attentes des parlementaires. Le foyer doit non seulement être le moyen de moraliser les bagnards et les bagnardes mais il est également le nécessaire dispositif économique et démographique sans lequel la colonisation pénale ne peut espérer d’avenir. Manipulée par l’administration du bagne, l’organisation des rapports de pouvoir de sexe, comme ceux de classe et de « race », ne se comprend qu’à la lumière du caractère pénal et colonial de l’implantation française au Maroni. Ce territoire est à la fois ouvert et fermé, il est soumis à des temporalités qui, sur près d’un siècle, contraignent sa raison d’être : la colonisation pénale. Les rapports entre les sexes se meuvent et s’articulent à d’autres rapports de pouvoir qui, même s’ils sont parfois mis à mal et souvent remaniés, assurent à la domination administrative sa maîtrise du territoire et de ses habitants. / As from the second half of the nineteenth century, the prison territory of Maroni, situated in the West of French Guiana, is only assigned to manage the transportation of the convicts condemned to penal labour. The administration of the penal colony is charged to experiment the general principles of penal colonization, described by the law of May 8th, 1854. Among its tools, gender relations are organized in order to build ex nihilo a settlement that can satisfy Parliament’s expectations. Family has to be the way to moralize the convicts, men and women, but it is also an economic and demographic necessity without which the penal colonization cannot have any future. The analysis of classes, “races” and gender relationships has to take into account the penal and colonial dimensions of the French imperialism policy. This territory, closed and opened in the same time, is submitted to different temporalities which constrain during almost a century its reason of being: colonization by convicts. Linked to others power relations, gender relations are always adjusted and necessarily in movement, so that the colonial administration can continue to exercise its domination on territory and people.

Claire Garnier, « Comment une religieuse soigne-t-elle le corps d’un homme ? Clôture religieuse et action hospitalière dans l’espace français (XVIIe-XVIIIe siècle)», p. 127-144. La clôture des Hospitalières constitue une forme d’enfermement présente dans les hôpitaux d’Ancien Régime. Alors que la clôture masculine peut être contournée pour les hommes, en choisissant la voie du clergé séculier, l’Église impose par le décrétale Periculoso en 1298, puis par le concile de Trente en 1563, la nécessité pour les femmes religieuses de vivre cloîtrées. L’adaptation de cette clôture à l’activité hospitalière, à laquelle se consacrent de nombreuses femmes dans le courant de la Réforme catholique est l’objet de cette contribution. À partir des écrits de Vincent de Paul et de sources issues d’hôpitaux parisiens, auvergnat et canadiens, il s’agit de montrer de quelles manières la clôture féminine s’adapte à l’action hospitalière, et comment ces adaptations rendent possible, pour des femmes, de soigner des corps d’hommes malades. / The Hospitalières’s enclosure is a type of confinement extant in Ancien Régime hospitals. Religious men could circumvent enclosure by opting for secular orders. However, the Periculoso decretal of 1298 and the 1563 Council of Trent imposed full enclosure for religious women. This study examines how the principle of enclosure adapted to hospital activity to which, following the Catholic Reformation, many religious women dedicated their lives. It examines the writings of Vincent de Paul and sources from Parisian, Auvergnat, and Canadian hospitals and demonstrates how the principle of female enclosure adapted to hospital activity. It further shows how these adaptations made it possible for women to care for the bodies of sick men. 

Veerle Massin, «De l’usage de l’enfermement comme outil d’intervention et de savoir sur le sexe. L’enfermement des jeunes délinquantes (Belgique, 1920-1970)», p. 143-163. L’enfermement semble être plus légitime pour les filles de justice que pour les garçons. Pourquoi ? Cette contribution s’intéresse à la manière dont un discours orienté sur le sexe et la sexualité des filles a pu être mobilisé pour légitimer l’enfermement des jeunes délinquantes en Belgique et justifier certaines de ses pratiques. Le sexe et la sexualité verbalisés seraient des « outils » permettant d’agir sur une certaine catégorie de population, les filles de justice. L’article repose sur une recherche portant sur les parcours et l’expérience des filles enfermées, le contexte judiciaire et social dans lequel ces parcours se sont insérés et les pratiques institutionnelles intra-muros mobilisées. Nous souhaitons mieux comprendre comment la « fille délinquante » peut être une création discursive, quel rapport le discours entretient avec le sexe et la sexualité des filles et comment ce discours s’articule avec les pratiques. Cette étude est donc l’occasion de s’interroger sur la construction de l’identité de la fille délinquante à travers la mesure d’enfermement. / Confinement seems to be more legitimate for delinquent girls than for delinquent boys. Why? This paper focuses on how a discourse on sex and sexuality was mobilised to concretise and legitimate the confinement of delinquent girls in Belgium (1920–1970) and to justify some confinement practices. Sex and sexuality verbalised would be tools allowing to act on a certain category of the population, in this case delinquent girls. The paper is based on research that focused on the trajectories of confined delinquent girls, the social and judicial contexts of these trajectories, institutional practices (intra-muros), and the experience of these confined girls. We try to understand how the “delinquent girl” can be a discursive creation, the link between this discourse and a girl’s sexuality, and how this discourse is articulated with practices. This study is an opportunity to question the identity of the delinquent girl through confinement.

Comparer les genres en situation d’enfermement

Christian Knudsen, «Genre, sexe et pénitences dans les monastères anglais à la fin du Moyen Âge», p. 165-177. L’obligation du célibat était tout aussi importante pour les moniales que pour les moines. Ce sont pourtant les premières qui ont focalisé l’attention des autorités ecclésiastiques. En effet, la fornication avec une religieuse était classée parmi les maiora crimina et était durement sanctionnée par l’Église médiévale. Si la législation épiscopale insiste sur la culpabilité des partenaires sexuels des religieuses, elle en dit peu sur les religieuses elles-mêmes et sur leur punition. En outre, bien que les écrits monastiques de la fin du Moyen Âge insistent moins sur la chasteté des moines, ces derniers n’y sont pas moins astreints. Dans cet article, je montrerai que, bien que la fornication, et en particulier celle avec une moniale, soit condamnée par l’Église, les inconduites sexuelles des moines et des moniales ne sont pas punies particulièrement sévèrement. En outre, malgré l’insistance de la législation sur la préservation de la chasteté féminine, les pénitences imposées aux religieux, qu’ils soient hommes ou femmes, sont tout à fait similaires. Cependant, alors que les moniales sont moins souvent accusées d’incontinence que les moines, elles sont plus facilement reconnues coupables et soumises à une pénitence. Ce paradoxe semble résulter d’une plus grande difficulté pour les femmes à se disculper par le biais de la purgation canonique, en raison notamment de la preuve accablante que pouvait constituer une grossesse. / While the requirement of celibacy was important for both monks and nuns – it is the former which traditionally received more notice from ecclesiastical authorities. Indeed, while fornication of any sort was condemned by the medieval Church, fornication with a nun was classified as one of the maiora crimina which incurred the highest ecclesiastical legal condemnation. However, while legislative sources emphasize the culpability of the sexual partners of nuns, they tell us very little about the degree of guilt attributed to the nuns themselves, and the punishment assigned to them. Similarly, although the physical chastity of monks was de-emphasized in comparison to nuns in monastic writings of the later Middle Ages, it was still expected of them. In this essay, I will demonstrate that although ecclesiastical discourse treated fornication seriously – particularly fornication with a nun, ultimately, the consequences of sexual misconduct were not particularly severe for either sex. Moreover, despite the greater weight legislative sources place on female chastity, the types of penance allocated to religious men and women were remarkable similar. However, despite being accused less, nuns were far more likely to be convicted of sexual misconduct and be allocated penance as a result. This discrepancy seems to be the result of a greater difficulty for women to clear themselves by compurgation which could be negated by affirmative evidence such as pregnancy.

Régis Schlagdenhauffen, « Genre et sexualité dans l’univers concentrationnaire nazi», p. 179-192. S’appuyant sur des témoignages d’hommes et de femmes déportés en camps de concentration nazis, cet article porte sur la manière dont le genre est institué en tant que catégorie classificatoire à l’intérieur d’un groupe de même sexe. Pour ce faire, nous analyserons successivement la façon dont les relations intimes et affectives sont évoquées dans les camps d’hommes puis de femmes. Les différences qu’il est possible d’établir entre les différentes façons de penser les relations entre personnes de même sexe nous permettent de mieux comprendre comment le genre et le sexe (selon l’opposition masculin/féminin) participent d’une co-construction des représentations de l’univers concentrationnaire et des sociabilités recluses en situation extrême. / Supported by declarations of men and women deported to Nazi concentration camps, the purpose of this article is to inquire on how gender can be established as a classificatory category within a single sex group. In this article I shall analyze successively how men and women’s intimate and emotional relationships are lived in former concentration camps. Some differences were noticed in this context, as far as gendered ways of thinking intimate relationships between the same sex persons are concerned. The aim of such an analysis is to provide a better understanding of how gender and sex (male as female) play an important part in the co-construction of representations of concentration camps. It shall also highlight what has been more generally known as “recluse sociability” in extreme situations.

Pour citer ce billet : Elisabeth Lusset, "Enfermements III. Le genre enfermé. Hommes et femmes en milieux clos (XIIIe-XXe siècle), 2017," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 15/02/2019, consulté le 19/09/2019, https://lamop.hypotheses.org/5147.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.