Enfermements II. Règles et dérèglements en milieux clos (IVe-XIXe siècle), 2015

dir. Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset et Falk Bretschneider, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

D’évidence, il n’y a pas d’enfermement sans règle. L’un des traits communs aux mondes clos est que ceux qui y vivent doivent obéir à des normes fortes, qu’il s’agisse de la règle monastique, de la règle hospitalière ou du règlement de prison. Reprenant l’étude comparée des enfermements religieux et carcéraux esquissée par les sciences sociales dans les années 1960 et 1970, le présent ouvrage, qui fait suite au volume Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) publié en 2011, explore la place que prennent les règlements et les normes dans les cloîtres comme dans les prisons. Par une méthode comparée systématique, il montre toutes les nuances de cette histoire sur la longue durée, entre ive et XIXe siècles, et dans toute l’Europe, des Iles Britanniques à la péninsule ibérique. À cet effet, il interroge la nature de la règle et historicise sa mise en texte, avant de comparer les modes de production de l’obéissance et les dérèglements qui surgissent dans les milieux clos. L’un des enjeux de cette étude comparée des règles et dérèglements en milieux clos est de comprendre et de réévaluer le rôle que la discipline régulière religieuse a pu jouer dans la mise en place des systèmes carcéraux occidentaux.

ISBN 978-2-85944-924-7, 28 €

Table des matières

  • Jean-François Leroux, « Avant-propos »
  • Falk Bretschneider, Julie Claustre, Isabelle Heullant-Donat, Élisabeth Lusset, « Introduction »

Définir les règles

  • Valentina Toneatto, « Des règles à géométrie variable : modulation de la règle et pouvoir de l’abbé (IVe-VIIe siècle) »
  • Hinda Hedhili-Azema, « Règles de droit et règlements pénitentiaires en France au XIXe siècle »
  • Julie Claustre, « Les règlements de geôle médiévaux. Jalons pour l’étude d’un genre »
  • Isabelle Cochelin, « Deux cuisines pour les moines : coquinae dans les coutumiers du XIe siècle »
  • Gordon Blennemann, « Hagiographie : une norme narrée. Regards sur les Vitae de Jutta de Sponheim et de Hildegarde de Bingen, et sur le Liber visionum d’Élisabeth de Schöna »

Le développement de l’écriture règlementaire

  • Martin Scheutz, « Hôpital et règlement en Autriche à l’époque moderne »
  • Ludovic Maugué, « Règles et règlements dans la maison centrale de détention d’Embrun (1803-1815) : négociation, diffusion et limites d’un modèle normatif »
  • Florent Cygler, « Unité des cœurs » et « uniformité des mœurs » au défi de l’espace et du temps : les statuts des ordres religieux au Moyen Âge »
  • Daniel-Odon Hurel, « De la règle de saint Benoît à la pratique réglementaire pénitentielle chez les bénédictins et bénédictines des XVIe-XIXe siècles : traductions, relectures et interprétation »

Discipline et obéissance

  • Albrecht Diem, « L’espace, la grâce et la discipline dans les règles monastiques du haut Moyen Âge »
  • Antoine Roullet, « La régulation de la ferveur. Discipliner les pénitences des carmélites déchaussées (Espagne, ca 1560-ca 1630) »
  • Falk Bretschneider, « Violence et obéissance. La place et le rôle des châtiments corporels dans les établissements d’enfermement aux XVIIIe et XIXe siècles »
  • Axelle Neyrinck, « Infractions à la règle ou débordements réglés ? Le jour des Saints-Innocents dans les Casus Sancti Galli d’Ekkehard IV

Dérèglements

  • Harmony Dewez, « Obedientiales et claustrales. Clôture, argent et contrôle chez les bénédictins anglais au XIIIe siècle »
  • Ana Rodríguez, « Entre des conflits internes et des agents externes : clôture et monastères féminins au Moyen Âge dans le royaume de Castille-et-León »
  • Guy Geltner, « Clôture et déclôture. Ordres mendiants et menace du scandale à la fin du Moyen Âge »
  • Kristjan Toomaspoeg, « Manquements et dérèglements dans l’ordre Teutonique (XIIe-XVe siècle) »
  • Laurence Guignard, « Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline »
  • Aude Fauvel, « Psychiatrie et désobéissance. Écrire à l’asile : la France, la Grande-Bretagne et l’exception écossaise (XIXe siècle) »

Dominique Iogna-Prat, « Conclusions. Clôtures régulières, clôtures régulées »

Pour citer ce billet : Elisabeth Lusset, "Enfermements II. Règles et dérèglements en milieux clos (IVe-XIXe siècle), 2015," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 08/02/2019, consulté le 20/05/2019, https://lamop.hypotheses.org/5107.

Résumés /Abstracts

Valentina Toneatto – Des règles à géométrie variable : modulation de la règle et pouvoir de l’abbé (IVe-VIIe siècle), p. 31-48. Les règles monastiques qui voient le jour entre le IVe et le VIIe siècle témoignent d’un nouveau type de normativité qui vise à organiser le quotidien d’une communauté en conditionnant les conduites individuelles. Tout en semblant indiquer les normes positives qui fondent la communauté, les règles des moines ne sont pas un dispositif normatif fonctionnant comme une règle de droit classique. Elles codifient le rapport du moine au temps, à l’espace et aux biens matériels et soumettent au contrôle des supérieurs même la sphère intime des pensées individuelles. Or, décrivant minutieusement la vie au monastère, la règle postule une infinité virtuelle de degrés d’application. Pour être pratiquée, elle nécessite de l’intervention constante d’une autorité apte à évaluer la réalité, dans ses aspects tant intimes que matériels. Les principes de l’évaluation et de la modulation (des peines, du travail, du jeûne…) fondent l’autorité du supérieur sur les moines et définissent les formes et les domaines de son exercice, en équiparant ces derniers à des res confiées par Dieu en gestion à l’abbé. Dans les règles se dessine ainsi une conception administrative du pouvoir et du gouvernement qui s’applique à la vie humaine dans son intégralité et qui ramène à quelque chose de mesurable même la sphère intime des individus et leurs pensées / The monastic rules that emerge between the 4th and 7th century show a new type of normativity which aims to organize the life of a community conditioning individual behaviors. While seeming to indicate the positive norms that build the community, rules are not a normative device operating as Roman law. They codify the monk relation to time, space and material goods and submit even the intimate sphere of individual thoughts to the control of superiors. Now, carefully describing life at the monastery, the rule postulates a virtual infinity of degrees of application. To be performed, it requires the constant intervention of an authority able to assess the reality in both its private and material aspects. The principles of evaluation and modulation (of punishments, work, fasting, …) establish the authority of the superior over his monks and define shapes and fields of its exercise, making monks equivalent to things entrusted by God to the management of the abbot. In this way monastic rules draw an administrative conception of power and government that is applied to human life in its entirety, reducing to something measurable even the private sphere of individuals and their thoughts.

Hinda Hedhili-Azéma – Règles de droit et règlements pénitentiaires en France au XIXe siècle, p. 49-62. Le système pénitentiaire français est historiquement conçu comme un ensemble de règles et d’institutions destinées à assurer la réforme du condamné. Le condamné serait à travers le parcours pénitentiaire réformé de l’intérieur et prêt à retrouver sa liberté au sein de la société. Les membres de la doctrine pénitentiaire ont ainsi, tout au long du XIXe siècle, précisé la nature des règles du système : administrative, morale et juridique. De nouveaux lieux d’enfermement sont créés, les établissements publics pénitentiaires clos et ouverts. Il y règne un ordre, une obéissance et une discipline. La puissance disciplinaire se matérialise aussi par le pouvoir du directeur et par la force des règlements intérieurs écrits, à valeur contraignante.  L’uniformité de ces règlements nécessitera pourtant un temps très long. La règle pénitentiaire dépassera ici ses règlements-types et s’incarnera bientôt dans le contrôle administratif et judiciaire de ces mêmes établissements. Plus proche du sens contemporain, la règle pénitentiaire devient la bonne exécution d’un règlement protecteur du condamné. Dès le début de la Troisième République, on parle dès lors de statut du condamné et de véritable droit pénitentiaire / Prison became the penalty of the French system after the Revolution. French lawers were influenced by the Age of Enlightenment, Liberalism and by the innovations of the new world. A lot of rules follow from the French system. First prison represents a new way to punish by the solitary confinement. Second prison is an option to reform the person. The criminal will be saved by the system and free after his prison sentence. With this penitentiary philosophy, the French lawers tried to reform the administrative institutions. The regulation act represents this penal order but not only for the closed prisons. In fact, the French system included some old penalty likes deportation, relegation or irons. The penitentiary regulation represents also a discipline, specially obedience to the director of the prison. This administrative act must be written, uniform and obligatory to be just. The French history demonstrates that the ideal of justice is difficult to realize. The penitentiary rules become progressively an instrument for the lawers to defend the prisoner through a control of the power, a control of the sanctions and a protection of the prisoners’ rights by the judge. This new discipline is called “droit penitentiaire”.

Julie Claustre – Les règlements de geôles médiévales. Jalons pour l’étude d’un genre, p. 63-87. Les premiers règlements de prison conservés dans l’espace français datent des XIIIe et XIVe siècle. Ils concernent aussi bien des prisons royales, municipales, seigneuriales qu’ecclésiastiques. Contemporains des premiers registres d’écrous et des premières pièces comptables issues des prisons, mais plus nombreux qu’eux dans la documentation qui nous est parvenue, ils constituent ensemble des instruments importants de l’organisation des prisons dont l’usage se diffuse et se diversifie au cours de ces deux siècles. On se propose ici de poser quelques jalons pour étudier l’émergence médiévale de ce genre en s’appuyant sur les textes franciliens, particulièrement nombreux, et sur ceux de l’espace français septentrional (Lille, Cambrai, Orléans). On évoque d’abord l’histoire de la découverte de ce type de textes et son apport à l’historiographie des prisons anciennes ainsi que les conditions de leur transmission. On s’intéresse ensuite à la structure de ces règlements et à leur contenu. Leur objet et usage premier semble tenir à la tarification des revenus du geôlier. Mais il ne s’y limite pas et se déploie pour préciser les obligations du geôlier et de ses hommes à l’égard des détenus, ainsi que certaines règles auxquelles ceux-ci doivent se conformer. Ces règlements de geôle, qui oscillent entre la « sollicitude » due aux détenus et la « diligence » attendue des geôliers, constituaient des pièces importantes du droit citadin et de la mise en ordre des sociétés urbaines / The first prisons rules which are kept in the French space date from the XIIIth and the XIVth century. They concern as well royal, municipal, seigneurial and clerical prisons. They are contemporaries of the first registers of inmates and of the first prison accounts, but they are more numerous in the documentation which reached us. They constitute together important instruments of the organization of the prisons, the use of which spreads and diversifies during these two centuries. I try here to lay the groundwork towards a study of the medieval emergence of this genre, building upon texts coming from Ile-de-France and northern French space (Lille, Cambrai, Orléans). I evoke at first the history of the discovery of this type of texts and its contribution to the historiography of the former prisons as well as the conditions of their transmission. I am then interested in the structure of these rules and in their contents. Their object and first use seems to be the pricing for the income of the gaoler. But it did not limit itself to this and specified the obligations of the gaoler and his people towards the prisoners, as well as certain rules to which these have to conform. These prison rules, which oscillate between the « care » due to the prisoners and the « diligence » expected from the gaolers, were important parts of the city law and made huge contributions to the urban social structuration.

Isabelle Cochelin – Deux cuisines pour les moines : coquinae dans les coutumiers du XIe siècle, p. 89-113. À partir de quelques coutumiers monastiques du XIe siècle, cet article démontre que divers monastères de l’époque (Fleury, Cluny, Fruttuaria et Hirsau) possédaient deux cuisines pour desservir le réfectoire des moines, une où les moines cuisaient fèves et légumes à tour de rôle, et une autre où des serviteurs laïques apprêtaient pour eux tous les autres plats (œufs, fromages, poissons, etc.). Hormis peut-être pour Cluny, le fait est peu connu des chercheurs parce que les moines eux-mêmes furent étonnamment peu diserts sur cette « autre » cuisine. Certes, elle semblait peu en accord avec la règle de Benoît et leur silence partiel pourrait simplement s’expliquer de la sorte, mais il est aussi possible qu’ils ne la voyaient pas vraiment parce qu’ils avaient suffisamment intériorisé les règlements les encourageant à ne pas « voir » le monde laïque.  À l’aide du plan de Saint-Gall et de deux commentaires de la règle de Benoît du IXe siècle (de Smaragde et d’Hildemar), ainsi que de trois analyses archéologiques récentes (San Vincenzo al Volturno aux VIIIe et IXe siècles, Landévennec des VIIIe au XVe siècles et Saint-Philibert de Tournus pour les Xe-XVe siècle) il est aussi possible d’entrevoir comment la fonction relative de ces deux cuisines évolua dramatiquement au fil des siècles / On the basis of some eleventh-century customaries, this article demonstrates that various monasteries (Fleury, Cluny, Fruttuaria et Hirsau) were using two kitchens to prepare the food destined to the monks’ refectory : one where monks cooked in turn beans and vegetables, and one where lay servants prepared all the remaining dishes, such as eggs, cheeses, and fish. The fact is little known by scholars (except maybe for Cluny) because monks themselves were not forthcoming on the topic. It is true that this second kitchen did not seem to fit the Benedictine ideal and the monks’ partial silence around it might simply be explained this way, but it is also possible that they did not really « see » it because they had sufficiently interiorized the regulations encouraging them to ignore the lay world around them. With the help of the plan of St Gall, two commentaries of the rule of St Benedict (by Smaragdus and Hildemar), as well as three recent archeological studies, of the abbeys of San Vincenzo al Volturno in the 8th and 9th centuries,  Landévennec in the 8th to 15th, and Saint-Philibert de Tournus in the 10th to 15th, it becomes also possible to guess partly how the relative function of the two kitchens evolved drastically through time and space.

Gordon Blennemann – Hagiographie : une norme narrée. Regards sur les Vitae de Jutta de Sponheim et d’Hildegarde de Bingen, et sur le Liber visionum d’Élisabeth de Schönau, p. 115-127. À travers les récits hagiographiques et visionnaires de trois religieuses du XIIe siècle (Jutta de Sponheim, Hildegarde de Bingen et Élisabeth de Schönau), l’article attire l’attention sur un élément trop sous-estimé du discours normatif monastique : celui de l’hagiographie comme norme narrée. Les trois textes étudiés montrent qu’à travers un jeu narratif, l’hagiographie oppose à la rigidité nécessaire de la règle (comprise comme un terme générique) une certaine souplesse et une dynamique. L’une et l’autre découlent de l’introduction, dans un discours normatif, du personnage saint comme acteur et comme référence qui pouvait susciter tant l’appropriation que la prise de distance du public (lecteurs et/ou auditeurs). Le lecteur du texte était capable de suivre le parcours d’un acteur modèle individualisé par rapport à la norme, en l’occurrence celle, cruciale, touchant à la place accordée à l’individu au sein de la communauté monastique. En tant que genre susceptible d’accueillir des projections de toutes sortes, l’hagiographie fut donc un complément herméneutique de la règle dans la mesure où elle put rendre compte de la distance nécessaire entre une référence normative et son application au quotidien, une distance reliée à une autre : celle entre le modèle du saint et de son imitateur potentiel / Using hagiographical and visionary narratives about three religious women of the 12th century as examples (Jutta of Sponheim, Hildegard of Bingen and Élisabeth of Schönau), the article draws attention to hagiography as a rather underestimated element of a monastic normative discourse and suggests to analyse it as a narrative norm. The three texts show that as a narrative play hagiography opposes an element of subtlety and dynamic to the inevitable rigidity of the rule (in a generic sense) as it introduces the saint as an actor within the monastic discourse about norms as well as a role model open both to appropriation and refusal. The reader of such texts is able to follow the life and the experiences of a figure of exemplary and individualized quality with regard to the norm. In this respect, the texts tackle above all the crucial question how to deal with the tension between the individual and the monastic community. As a narrative surface of multiple forms of projection hagiography functioned as a hermeneutic complement to the rule as it helped to consider the obvious gap between a normative reference and its application in every day life in an livelier way and link it to the more abstract distance between the saints exemplarity and its potential imitator.

Martin Scheutz – Hôpital et règlement en Autriche à l’époque moderne, p. 131-152. Les hôpitaux de la pré-modernité constituaient dans de nombreuses villes, depuis le Moyen Âge central et tardif, l’« entreprise » communale la plus importante. Pour qu’un hôpital puisse exister, il était essentiel qu’il dispose d’une dotation suffisante, comprenant des propriétés, des revenus (par exemple ceux de taxes indirectes) et un cheptel. Les hôpitaux devaient en effet pouvoir subvenir à leurs propres besoins économiques ; c’est pourquoi leurs résidents étaient le plus souvent tenus de payer un droit d’entrée, et les possessions de l’établissement étaient exploitées avec méthode. Depuis la fin du Moyen Âge, on consacra beaucoup de soin, dans l’esprit de la « bonne police », à fixer par écrit les règlements, comme en témoignent ceux qui sont conservés dans les archives des hôpitaux autrichiens. Fidèle à l’idée de la « maisonnée », la « bonne ordonnance » de cet établissement multifonctionnel était également censée en soigner l’image à l’extérieur : le conseil de ville pouvait ainsi faire passer le message symbolique de son « bon gouvernement », les soins prodigués aux citoyens âgés étant en effet au cœur des obligations des dirigeants urbains.Par ce moyen, les autorités des villes signifiaient par écrit des règles et des instructions à l’usage aussi bien des résidents que des employés qui pouvaient être assez nombreux ; elles exerçaient également un contrôle précis sur la vie quotidienne de l’hôpital. Les normes étaient élaborées par une négociation triangulaire entre le corps de ville, les employés de l’hôpital et les résidents – ces derniers disposant toujours de la possibilité de se plaindre directement auprès du conseil de ville des ecclésiastiques et des administrateurs de l’hospice. Les princes territoriaux eux aussi cherchèrent à acquérir une influence accrue sur l’hôpital, à l’époque moderne, en multipliant les visites d’inspection. Le grand nombre de prières obligatoires, qui devaient être minutieusement observées chaque jour, revêtaient une importance cruciale : les résidents qui refusaient de s’en acquitter étaient contraints de quitter l’établissement. Conçu sur le modèle du monastère, l’hôpital servait d’« antichambre de la mort », les prescriptions normatives bannissaient querelles et disputes de ce lieu dont les portes étaient chaque soir fermées à double tour. Toutefois, dans la pratique, on peut voir que les hôpitaux abritaient de nombreux conflits autour des ressources disponibles et des positions sociales des uns et des autres / A forthcoming edition of Austrian Hospital orders will show on the one hand conditions of the origin of this type of texts. A triangulation of powers (interacting empowerment) played an important role: the centre of administration (i. e. sovereign and his officers), local office bearer and the inmates were involved in establishing house orders. On the other hand different levels of order in these spiritual Houses are important: The order of clergy and clergymen (clerical order of the year) was in the wake of the house order (time regime, labour regime and the order of the house) and finally the material order of food (following Christian year, fasting period). Periodical the house orders were posted publicly, the master of the hospital had to proclaim the house orders in front of the inmates. A system of checks and balances was the premiss for house orders in order to implement orders in everyday life of the inmates. Mutual control of inmates, but also mutual controls of secular and clerical attendants are characteristic of Austrian hospitals. Control of the material sources of Hospitals was a key function of the hospital master which was adjusted by written instructions and also by inventories. Especially the town council would observe all financial matters of the hospitals exactly. From the starting point of 18th century the early modern state tried to control the richness of hospital orders. New centralised house orders should establish centralised control in the Austrian hospitals, the Early Modern hospital were stronger influenced by governmental commissions.

Ludovic Maugué – Règles et règlements dans la maison centrale de détention d’Embrun (1803-1815) : négociation, diffusion et généralisation d’un modèle normatif, p. 153-169.Parmi les typologies de lieux d’enfermement progressivement établies sous le Directoire, le Consulat puis l’Empire, les maisons centrales de détention méritent une attention particulière, puisqu’elles constituent, selon l’historien de la prison Jacques-Guy Petit la principale réalisation pénitentiaire française du xixe siècle. Première maison centrale de détention établie sur sol français (après Gand et Vilvorde en Belgique annexée), Embrun (Hautes-Alpes) présente toutes les caractéristiques d’un tel établissement : une forte population de détenus condamnés à des peines généralement longues, astreints à un travail carcéral dans des ateliers confiés à la gestion d’entrepreneurs privés. En l’absence de dispositions normatives communes régissant le quotidien de ces sortes d’établissements, le préfet du département des Hautes-Alpes Jean-Charles François Ladoucette rédige un premier règlement en décembre 1803. S’il définit les prérogatives et les devoirs du personnel de la prison, et bien qu’il régissedes pans essentiels du quotidien des détenus (lever, repas, coucher, peines et récompenses, etc.), le règlement ne codifie pas le travail en atelier. Confiée à un entrepreneur qui aspire à administrer le labeur carcéral à sa guise, la gestion de la manufacture fait l’objet d’une autre réglementation, consignée dans les traités et cahiers des charges passés entre le préfet du département et l’entrepreneur. Après avoir examiné la nature et le contenu des règles et règlements qui scandent le quotidien de la centrale, il s’agira d’en mesurer les limites, puis de restituer un triple processus d’élaboration d’un modèle normatif : la négociation du règlement entre les acteurs institutionnels, sa diffusion à d’autres établissements de détention, et enfin son éventuelle unification à l’échelle nationale/ Within the different penitentiary systems gradually established under the Directory, the Consulate and the Empire, Central prisons (maisons centrales de detention) deserve special attention, as they are, according to prisons historian Jacques-Guy Petit, the main achievement in the French penitentiary system during the nineteenth century. The first central prison born in France (after Ghent and Vilvoorde in annexed Belgium), Embrun (Hautes-Alpes) has all the characteristics of such a facility: a large population of prisoners generally serving long sentences, forced into prison labor through workshops entrusted to the management of private contractors. Without common regulatory provisions put in place to govern the lives of these prisons, the prefect of the Hautes-Alpes Jean-Charles François Ladoucette proposes a first set of regulations in December 1803. The regulations define the prerogatives and duties of the prison employees, and set rules for the prisoners’ daily life in the prison (waking up, meals, going to bed, rewards and punishments…), however it does not regulate prison labor. Prison labor laws & regulation being entrusted to the sole will of an entrepreneur, the factory management is subject to a different set of rules, included in the agreement & contract specifications shared between the prefect of the department and the contractor. After examining the nature and content of the rules and regulations that dictate daily activities, we will gauge their limits, and then describe the 3-steps process of developing a normative model: the negotiation of rules between institutional parties, the extension of the model to other places of detention, and eventually how to harmonize this process at the state level.

Florent Cygler –  « Unité des cœurs » et « uniformité des mœurs » au défi de l’espace et du temps : les statuts des ordres religieux au Moyen Âge, p. 171-188. À compter du XIIe siècle, les religieux eurent recours, sous les appellations les plus diverses, à un nouveau type de normes et de textes normatifs : les statuts, qui venaient compléter leurs règles et leurs éventuelles coutumes, souvent fixées dans des coutumiers. Avec le temps, les statuts devinrent durablement le principal pilier de leur ius particulare, toujours en évolution. Il s’agissait de dispositions de droit propre formulées de façon générale et prospective qui avaient été adoptées en commun lors des sessions de leurs chapitres généraux, étaient dûment promulguées et pouvaient être amendées à tout moment. Au sens large, il s’agissait aussi et surtout de recueils officiels de telles dispositions, lesquels furent rapidement conçus comme de véritables codes de droit. Les statuts sont l’un des produits les plus marquants du mouvement de diversification poussée de la vita religiosa de l’Occident chrétien en ordres religieux selon le modèle des cisterciens, c’est-à-dire en réseaux structurés de monastères constituant des sujets et objets de droit qui consciemment se différenciaient des autres et étaient gouvernés de façon transpersonnelle / From the twelfth century onward, the religious made recourse, under the most diverse names, to a new kind of norm and normative text : statutes, which came to complete their rules and, if they had some, also their customs, which had often been written down into customaries. With time, the statutes would permanently become the main pilar of their ever evolving ius particulare. They were regulations of their own law formulated in a general and prospective manner which had been passed conjointly on the occasion of their general chapter sessions, which were duly promulgated, and which could be amended at any time. In a broader sense, statutes were also, and perhaps most importantly, official written records of such regulations which were rapidly conceived as veritable codes of law. They are one of the most striking products of the movement of wider diversification of Western vita religiosa in the form of religious orders by the model of the Cistercians, that is in the form of structured networks of monasteries which constituted legal subjects and objects consciously differentiating themselves from the others and which were governed in a transpersonal fashion.

Daniel-Odon Hurel – De la règle de saint Benoît à la pratique réglementaire pénitentielle chez les bénédictins et bénédictines des XVIe-XIXe siècles : traductions, relectures et interprétations, p. 189-211. La réglementation en termes de fautes et de pénitences a longtemps été négligée par les historiens du monachisme moderne. Pourtant, les documents normatifs produits par les réformateurs et réformatrices bénédictins dans ce domaine sont loin d’être négligeables. Dans leur esprit, ces textes sont fidèles à la Règle, mettant en valeur une graduation des fautes et une volonté d’adapter des formules générales aux individus fautifs. En  mettant en perspective la responsabilité des supérieurs dans ce domaine, ces textes et ces commentaires en font un des fondements de l’équilibre communautaire tant en milieu masculin que féminin. De même, ils révèlent les difficultés que les communautés, de tout temps, ont eu à résoudre les problèmes posés par les religieux désignés comme « rebelles, opiniâtres, fugitifs et apostats » / The rules and regulation when it comes to mistakes and penitence has long been neglected by historians of modern monasticism.  However, normative documents produced by Benedictine reformers in this area are far from negligible. In their minds, these texts are faithful to the Rule, highlighting a scale by which faults are measured and a willingness to apply a general and standard rule to faulty individuals. By putting the prime responsibility of the leadership in perspective, these texts and comments are a cornerstone of community balance both in male and female contexts. Similarly, they reveal the difficulties that communities at all times have had to solve problems posed by religious designated as « rebels, stubborn, fugitives and apostates. »

Albrecht Diem – L’espace, la grâce et la discipline dans les règles monastiques du haut Moyen Âge, p. 215-238. Cet article étudie comment les différentes règles du haut Moyen Âge (les règles de Césaire, d’Aurélien, de Benoît, de Colomban et la Regula cuiusdam ad virgines) relèvent le défi d’« organiser » la sainteté collective et de produire des prières d’intercession efficaces, en dépit du postulat d’Augustin selon lequel tout être humain est inévitablement voué au péché et totalement dépendant de la grâce divine. Chaque règle conçoit de façon différente la discipline monastique comme un outil pour atteindre le salut. Certaines règles (en particulier celles de Césaire et d’Aurélien) insistent sur la clôture et la nécessaire séparation de l’espace monastique par rapport au monde environnant où sévit le péché ; d’autres règles (celles de Benoît et de Colomban) font de l’obéissance, de l’humilité et de la confession régulière des péchés, les instruments principaux du salut. La Regula cuiusdam ad virgines du VIIe siècle établit le système disciplinaire le plus élaboré, combinant la clôture, la soumission et la confession régulière / This article analyzes how different early medieval monastic rules (the Rules of Caesarius, Aurelian, Benedict, Columbanus and the Regula cuiusdam ad virgines) deal with the challenge of organizing collective sanctity and producing effective intercessory prayer despite the Augustinan postulate that every human is inevitably sinful and fully dependent on divine grace. Every rule develops different concepts of monastic discipline as tool for approaching a salvation. Some rules (especially those of Caesarius and Aurelian) put a strong emphasis on enclosure and separation of the monastic space from the sinful and polluting outside world; other rules (those of Benedict and Columban) use obedience, humility and the permanent confession of sins as main instruments for attaining salvation. The seventh-century Regula cuiusdam ad virgines provides the most elaborate disciplinary system, which combines the concept of enclosure with that of submission and permanent confession.

Antoine Roullet – La régulation de la ferveur. Discipliner les pénitences des carmélites déchaussées (Espagne, v. 1560 – v. 1630), p. 239-252. La réforme du carmel menée par Thérèse d’Avila à partir de 1562 s’appuie sur une revendication d’obéissance quasi servile au texte de la règle. Mais les Constitutions qui la complètent, les cérémoniaux et les manuels ne forment pas un ensemble de normes cohérentes. Leur rédaction laborieuse porte le poids des tensions internes qui ont jalonné la constitution de l’ordre et leurs inévitables lacunes autorisent un jeu bien conscient avec la norme. Ce jeu est indissociable de la double contrainte qui pèse sur les religieuses : elles doivent être à la fois les plus observantes et les plus réglées possibles tout en étant les plus zélées. Les normes écrites ou coutumières qui règlent la vie des carmélites offrent des opportunités pour contourner la règle tout en prétendant la servir. L’exemple des pratiques de mortification des religieuses, étudiées à partir des chroniques conventuelles et de l’hagiographie, démontre que la vie communautaire permet d’arbitrer entre ces contradictions. À partir de l’exemple de leurs supérieures, certaines religieuses négocient un rapport et un écart acceptable à la norme. Cette régulation sociale de la ferveur est remise en cause à partir de la fin des années 1580, quand la branche masculine de l’ordre entreprend d’encadrer plus rigoureusement les inventions pénitentielles des religieuses / This article analyses the way conventual chronicles enhance self-flogging and mortification in the first two generations of the discalced Carmelite order, whose reform was led by Teresa de Ávila fom the 1560s to the 1580’s. Her monastic reform was built in the same time on a very strict obedience to rule and the new Constitutions and on an urging call for a more zealous mortification. In hagiographical writing processes as well as in everyday life, mortification is a double binding duty and desire which is supposed to be simultaneously zealous and moderate, secret and edifying for the others. Even though they obviously raise fears and scruples among the nuns, these tensions and the changing meaning they give of the same penitential behavior, once condemned and once praised, are a key factor to understand the struggle for power inside the community and the way the nuns used to circumvent and get over the contradictions of the rule. At the end of the sixteenth century, the taste for bloody and harsh penance which singled out some of the most prominent nuns of the order had to be moderated by their masculine superiors.

Falk Bretschneider – Violence et obéissance. La place et le rôle des châtiments corporels dans les établissements d’enfermement aux XVIIIe et XIXe siècles, p. 253-291. La violence a-t-elle disparu de la prison moderne devenue, partout en Europe, le mode de punition généralisé à l’aube du XIXe siècle ? En partant du modèle, défendu par Michel Foucault, du basculement vers 1800 d’un régime pénal centré sur le supplice à un régime d’enfer­mement mu par le travail discret des disciplines, l’article s’interroge sur la réalité de la violence comme moyen légal du maintien de l’ordre et de l’imposition des règles dans les lieux d’enfermement allemands aux XVIIIe et XIXe siècles. À cet effet, il étudie d’abord le rôle des châtiments corporels dans la société allemande avant et après 1800. Puis, en s’appuyant sur l’exemple de la Saxe, le texte cherche à répondre aux questions suivantes : Quelle place la violence occupait-elle dans les pratiques concrètes au sein du monde de l’enfermement ? Quels effets produisait-elle auprès de ceux qui avaient à la subir, et quel fut par conséquent son rôle dans la fabrication de l’obéissance ? Comment, enfin, faut-il interpréter cette violence si nous nous plaçons au niveau plus global des stratégies de stabilisation des ordres institutionnels au sein desquels elle a été mise en œuvre ? L’argumentation fait ressortir la persistance, voire l’intensification, des pratiques violentes dans les prisons allemandes après 1800. Les atteintes portées au corps et donc la violence dans sa forme directe, personnalisée et charnelle ont toujours constitué une option possible (même si ce fut en fonction des conjonctures politiques). Cette violence, pourtant, apparaît moins comme un moyen efficace de produire un quotidien réglé que comme une stratégie parmi d’autres pour inscrire dans la durée un dispositif institutionnel ancré dans la précarité et l’instabilité des configurations sociales sur lesquelles il reposait. En d’autres termes, la violence ne produisait pas de l’obéissance, mais sons sens social fut de dissimuler le caractère processuel et contradictoire d’une obéissance constituant le point d’interconnexion entre une multitude de rapports de force traversant ce corps social qu’est la prison. / Has violence disappeared from the modern prison when, all over Europe, it had been the most widespread mode of punishment at the turn of the nineteenth cen- tury? Starting from the model advocated by Michel Foucault of a shift around 1800 of a criminal system centered around torture to a system of imprisonment though the discrete work of disciplines, this article questions the reality of violence as legal means of policing and enforcing rules in German detention centres in the eighteenth and nineteenth centuries. To this end, the article first examines the role of corporal punishment in German society before and after 1800. Then, through the example of Saxony, the text seeks to answer the following questions: What place does violence occupy in the concrete practices within the world of confinement? What effects does violence produce in those who have been subjected to it, and therefore what is its role in the production of obedience? Finally, how should we interpret this violence if we place ourselves at the global level of stabilization strategies of the institutional orders in which this violence was implemented? This argument highlights the persistence, even the intensification, of violent practices in German prisons after 1800. Violence in its direct, personalized and corporal form, as well as the damage it inflicts upon the body, has always been a possible option (though its use is dependent on political circumstances). This violence, however, appears less as an effective way to produce a regular daily routine as one strategy among many employed over time by an institutional arrangement anchored in the insecurity and instability of the social configurations on which it was based. In other words, violence did not produce obedience but its social role was to conceal the procedural and contradictory nature of an obedience that constituted the point of interconnection between the many power relations in the social body that is the prison.

Axelle Neyrinck – Infractions à la règle ou débordements réglés ? Le jour des Saints-Innocents dans les Casus Sancti Galli d’Ekkehard IV, p. 293-305. Dans les Casus Sancti Galli, chronique du monastère de Saint-Gall, Ekkehard IV (v. 980-1057) relate deux anecdotes se rapportant aux événements du 28 décembre, jour des Saints-Innocents. Ces extraits ont souvent été commentés dans l’historiographie, à l’appui d’études sur les monastères du haut Moyen Âge, sur la place des écoles et des enfants à l’intérieur de leurs murs, ou encore sur l’aspect précocement déviant de la fête des Saints-Innocents. Cependant, comme cette source rapporte des événements du Xe siècle sous forme de chronique, il a rarement été souligné à quel point, en raison de sa nature, cette source était marquée par le contexte des années 1050, époque de sa composition. L’article se propose de réévaluer les extraits en question sous l’angle de la normativité d’un texte produit à destination des moines au tout début de la réforme dite grégorienne. Une analyse de la construction typologique du texte montre que celui-ci, loin d’être anecdotique, établit une image idéale de la communauté que l’auteur semble vouloir préserver des évolutions majeures du temps, qu’il s’agisse de la question du recrutement dans les monastères (déclin de l’oblation, accaparement des charges monastiques par les séculiers) ou de la condamnation de la simonie. Le cadre temporel des « anecdotes » étudiées, la fête des Saints-Innocents, permet une construction dialectique au service des desseins de l’auteur et montre que toute règle contient en elle la possibilité de sa transgression. / In the Casus Sancti Galli, the chronicle of Saint Gall monastery, Ekkehard IV (ca. 980-1057) recounts two anecdotes referring to the events of December 28th Feast of the Holy Innocents. These excerpts have received much commentary in the historiography of High Middle Ages monasteries, cloistral schools, oblates, and some early deviant aspects of the Feast of the Holy Innocents. This source, being a chronicle, has been read as a faithful report of the events. This article aims at emphasizing the strong influence of the context of the 1050’s in which the chronicle was written. This study offers a re-evaluation based on a normative approach of the text addressed to monks at the very beginning of the Gregorian Reforms. Far from being only anecdotal, Ekkehard’s typological construction establishes an ideal reflection of the community which the author attempts to preserve from the great changes of the time: the slow disappearance of child oblation, monastic offices being taken over by secular clerics, increasing control over simony… The temporal framework of the studied « anecdotes », the Feast of the Holy Innocents, allows to highlight a dialectic composition of the source. From that result, it appears that every rule contains in itself the possibility of its transgression.

Harmony Dewez – Obedientiales et claustrales. Clôture, argent et contrôle chez les bénédictins anglais au XIIIe siècle, p. 309-322. L’essor documentaire normatif du XIIIe siècle permet d’étudier la mise en texte, à différents niveaux de l’Église, des mesures à l’intention des Bénédictins nouvellement constitués en provinces monastiques par le concile de Latran IV. Alors que la décentralisation progressive des finances multiplia le nombre de moines pourvus de responsabilités financières et susceptibles de sortir de leur monastère dans le cadre de l’administration du patrimoine de leur office, la reprise en faire-valoir direct des manoirs au tournant du XIIIe siècle renforça les contraintes de l’administration domaniale tandis que l’endettement de nombreuses communautés et le relâchement de l’idéal de pauvreté individuelle devenaient un sujet de préoccupation pour la hiérarchie ecclésiastique. Les choix administratifs des monastères aiguisèrent ainsi le problème des sorties des moines hors du cloître et celui de la propriété. Définir les offices monastiques comme obédiences et distinguer strictement les moines obédienciers des moines claustraux apparut comme un moyen de libérer les seconds pour la prière, en concentrant sur les premiers les risques moraux et disciplinaires, tout en assurant un contrôle renforcé des obédienciers par la reddition de comptes. Ce système, cependant, ne permit pas de réformer durablement les communautés face aux évolutions du monachisme bénédictin. / The reforming endeavours of the Church, regarding the Black Monks in the Thirteenth Century, were supported by an increasing production of written statutes and injunctions in the wake of the Fourth Lateran Council. This stratification of normative texts progressively defined monastic officers as obedientiaries, in opposition to cloister monks, as a response to the threats posed to monastic life by the administration of decentralized finances and of manors in demesne-farming. A closer view of these numerous sources provides a more precise articulation of how individual property, the burden of business and the necessity to exit the cloister played into the definition of this partition of the monastic community. This attempt to contain the ills of financial decentralisation worked alongside the moves towards the financial centralisation of individual houses, but did not decisively withstand the evolutions of Benedictine monasticism.

Ana Rodriguez – Entre des conflits internes et des agents externes : clôture et monastères féminins au Moyen Âge au royaume de Castille-Léon, p. 323-340. Dans le royaume de Castille-Léon au cours des siècles centraux du Moyen Âge, la fondation de monastères pour des femmes constituait la clé de voûte des stratégies visant à la préservation du patrimoine et à la reproduction sociale des familles nobles. Dans ce contexte, ont été fondés de nombreux monastères féminins qui jouissaient d’un pouvoir et de richesses significativement plus élevés que ce que l’on connaît pour d’autres régions pour la même époque. On analysera les caractéristiques spécifiques du monachisme féminin en Castille-Léon au cours des siècles XIIe-XIIIe siècle, ainsi que les types de conflits qui éclatent à l’intérieur des murs, conflits dans lesquels les prêtres dont dépendent les moniales jouent un rôle très important. L’analyse portera sur certains cas spécifiques, tels que les conflits dans le monastère cistercien de Las Huelgas de Burgos ou dans le couvent dominicain de Las Dueñas de Zamora au cours du XIIIe siècle. On considèrera en particulier l’impact de ces conflits dans et en dehors des monastères. En raison de la puissance des moniales, les affrontements avec les abbés des monastères auxquels les moniales étaient soumises ou avec les évêques des villes dans lesquelles leurs monastères se trouvaient, ont été probablement bien plus courants que ne le laisse deviner la documentation. / During the central centuries of the Middle Ages the establishment and foundation of monasteries for women in the Kingdom of Castile and Leon, was the keystone in the development and implementation of strategies for the family lineage to preserve their heritage and to assure their social reproduction. In that context they were founded many monasteries for women which enjoyed the resources of power and wealth significantly higher than what is known in other regions for the same time. The specific characteristics of female monasticism will be analyzed for the twelfth and thirteenth centuries in Castile-Leon, as well as the types of conflicts that broke out inside them, taking into account the important role played by the involvement of priests of whom the nuns depended. The analysis will focus on some specific cases, such as the conflict in the Cistercian monastery of Las Huelgas of Burgos or in the Dominican convent of Las Dueñas of Zamora, in particular the impact of these conflicts their social environment. Because of their power, conflicts with the abbots of monasteries to which the nuns were subject or with the bishops of the cities where their convents were located, were probably very common, more than allows to guess the preserved documentation.

Guy Geltner – Clôture et « dé-clôture » : les ordres mendiants du Moyen Âge et la menace du scandale, p. 341-351. En raison de leurs errances et de leurs contacts fréquents avec le monde extérieur, il fut difficile de contrôler le comportement des frères mendiants durant le Moyen Âge. En revanche, leur image publique, elle, fut soumise à une étroite surveillance, particulièrement si on compare leur situation à celle des moines cloîtrés traditionnels. En outre, les Mendiants agirent souvent dans un environnement urbain lettré, en proie aux luttes de factions dans lesquelles, bon gré mal gré, ils se trouvaient impliqués, comme d’ailleurs dans des conflits locaux et régionaux, de sorte qu’il est possible que leurs écarts de conduites occasionnels aient été enregistrés, voire même fabriqués dans la documentation à des fins diverses. Autrement dit, la présence et la mobilité des frères dans le monde, qui leur valait une grande popularité, accrut également pour eux le risque de tomber en disgrâce et de provoquer un scandale. Mieux on connaît la dure réalité du mode de vie des Mendiants qui n’avaient pas vocation à être cloîtrés en permanence, plus on a tendance à considérer les critiques de leurs contemporains contre leurs écarts de conduite comme des réactions déformées, voire inscrites dans une perspective apocalyptique, et non comme ce qu’elles furent en réalité : des réponses à la violation, réelle ou supposée, des normes sociales. / Medieval friars’ wandering (errores) and their frequent contacts with the world outside their convents rendered their behavior difficult to monitor and their public image open to scrutiny, especially by comparison with traditional, cloistered monks. The mendicants, moreover, often operated in a rather factional and literate urban environment, where local and regional struggles involved them willy-nilly, and where their occasional misbehavior was more likely to be recorded or fabricated for diverse purposes. In sum, what made the brethren’s mission necessary and even popular increased their chances to fall into disgrace and precipitate scandal. Recognizing the biting reality of the mendicants’ uncloistered lifestyle challenges a tendency to see the brethren’s misbehavior and its contemporary critiques as apocalyptically driven rather than in terms of a response to the violation of social norms.

Kristjan Toomaspoeg – Manquements et dérèglements dans l’Ordre teutonique (XIIe-XVe siècle), p. 353-373. Les Teutoniques constituent un cas très particulier d’une communauté qui, tout en étant un ordre religieux, vivait dans un espace « semi-clos ». La communication propose quelques considérations sur le rapport entre les normes et la réalité quotidienne des Teutoniques et sur l’efficacité des actes normatifs de l’ordre afin de comprendre dans quelle mesure une règle ou des statuts peuvent préserver l’intégrité d’une communauté religieuse fortement influencée par le monde laïc. Dans une première partie est présenté le corpus normatif de l’ordre, composé de la règle, des « lois », des coutumes et de quelques textes normatifs supplémentaires. Par la suite, il s’agit d’étudier ces normes afin de percevoir comment la législation fut adaptée aux exigences de la vie quotidienne des Teutoniques, en partant notamment du cas du chapitre Des frères qui vont en chemin. Dans la partie centrale de la communication sont analysés les transgressions et les châtiments prévus par les textes normatifs teutoniques, inspirés par les constitutions des Prêcheurs. Enfin, une dernière partie observe l’application de ces normes à partir de l’exemple des possessions de l’ordre dans la péninsule italienne. Les statuts teutoniques constituent un exemple très perfectionné de la législation statutaire médiévale qui cherche de s’adapter à la multiplicité des activités exercées par l’ordre et à concilier le principe de l’obéissance et de la discipline avec les principes de collégialité et de solidarité entre les frères. Toutefois, comme l’indique la comparaison avec les actes de la pratique, ces textes normatifs n’étaient pas suffisants pour faire face aux transformations de l’ordre et à ses divisions internes. / The Teutonic Knights represent a very special case of members of a religious order, living in a “semi-closed” space. The paper proposes some considerations on the relationship between the normative acts and the daily reality of the Knights, willing to understand, to what extent a rule or statutes may preserve the integrity a religious community heavily influenced by the secular world. The first part presents the statutes of the Teutonic Order, consisting in rule, “laws”, customs and some additional standards. Subsequently, the question is to perceive how the Teutonic law was adapted to the necessities of everyday life of the Knights, examining first of all the chapter Des freres qui vont en chemin of their rule. The central part of the communication studies the transgressions and punishments provided by the Teutonic statutes, inspired by the constitutions of the Dominican Order. Finally, the last section looks at the application of these standards, starting from the example of the possessions of the Teutonic Order in the Italian peninsula. The statutes of the Teutonic Knights are a very sophisticated example of medieval statutory legislation, that seeks to adapt itself to the multiplicity of actions of the Knights and unites the concept of obedience and discipline with the principles of collegiality and solidarity. However, as indicated by the comparative sources, this was not enough to face the changes and difficulties of the Order and its internal divisions.

Laurence Guignard – Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline, p. 375-391. La prison pénale rencontre la question du suicide carcéral dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il en résulte, à partir des années 1860, la mise en place d’une politique de prévention rigoureuse dont les résultats paraissent achopper sur l’accroissement continu du nombre des suicides tout autant que la radicalisation des modes opératoires. S’appuyant sur une série de rapports administratifs consécutifs à des suicides, et sur la production légale et réglementaire, cet article veut montrer que la manière dont l’institution pénitentiaire appréhende les gestes suicidaires éclaire en retour la nature de l’enfermement dans le cadre de la prison républicaine : si certaines analyses sensibles attribuent ces suicides au désespoir des détenus, pour l’administration pénitentiaire, ils s’assimilent exclusivement à des formes d’insoumission ou d’ultime évasion et justifient donc le renforcement du joug disciplinaire. Il en découle une politique de prévention qui privilégie le contrôle et la surveillance de « ceux dont on craint le suicide ». Jusqu’à mobiliser les formes extrêmes de coercition que sont la cellule de sûreté et la camisole de force, au prix, finalement, d’un fort accroissement du nombre des suicidés. / During the second half of the nineteenth century, the extension of penal jail raised the question of the suicide of prisoners. The creation of a strict prevention policy in the 1860s did not prevent the continuous increase in the number of deaths; nor did it stop more radical ways of committing suicide. Using a series of administrative reports drawn after suicides, as well as legal and regulatory texts, this article seeks to demonstrate how the way the penitential institution dealt with suicide may contribute to our understanding of the nature of confinement within republican jails. Some sensitive analysts were aware of the fact that the despair of detainees could lead to suicide; the penitentiary administration, however, considered suicide exclusively as a form of rebelliousness or even as a kind of ultimate escape. This justified the reinforcement of disciplinary measures, and led to a higher control and surveillance of « those who were held at risk of committing suicide ». This justified some extreme forms of coercion such as the security cell and the straightjacket, with a higher number of suicides as a result.

Aude Fauvel – Psychiatrie et désobéissance. Écrire à l’asile : la France, la Grande-Bretagne et l’exception écossaise (XIXe siècle), p. 393-407. Un siècle avant les anti-psychiatres, les anti-aliénistes s’interrogeaient déjà sur la nature de la médecine mentale, étonnés de ce que les fous ne semblaient pas guérir dans les asiles. Plutôt que d’entendre le discours des aliénistes, ils recherchèrent celui les aliénés, jugeant qu’il fallait les écouter pour y voir plus clair. Or autant les historiens se sont intéressés au « pouvoir psychiatrique », autant cette question du désordre psychiatrique et de la désobéissance des patients a moins attiré l’attention. C’est donc la notion de dérèglement asilaire que cette contribution vise à éclairer, en explorant tout d’abord les éléments communs de la contestation anti-aliéniste dans les pays leaders du XIXe siècle en matière psychiatrique (la France et la Grande-Bretagne) et en s’attardant ensuite sur le cas de l’Écosse. En effet, au lieu de rejeter les critiques comme leurs confrères, les médecins écossais choisirent plutôt de les écouter et allèrent même jusqu’à diffuser des journaux écrits par leurs malades. La psychiatrie prit alors un autre visage en Écosse : l’asile y est conçu comme un espace thérapeutique à définir avec les patients, un espace qu’il fallait aussi ouvrir (un tiers des malades écossais faisant déjà l’objet d’une prise en charge hors les murs en 1870). Le cas écossais montre ainsi que la transformation de l’asile en « institution totale » n’était pas inéluctable et qu’il y eut, parfois, de la place pour le dérèglement d’une certaine parole aliénée/ One century before the surge of anti-psychiatry, British and French anti-alienists of the 1860s were already questioning the nature of the medicine for the mind. Seeing that the creation of state-funded asylums had in fact led to the increase of mental cases, these challengers pondered the relevance of the system. To get another perspective, they thus decided to listen to the other actors of the asylum: the patients. Yet, if many historians have studied the « psychiatric power », few have investigated this aspect and sought to examine how patients might have contravened said power in the past. This article therefore aims at exploring this issue of asylum disorders and patients’ disobedience, by shedding light on the 19th-century anti-alienist battles that took place in Britain and France, and then focusing on the case of Scotland. For contrarily to their colleagues, Scottish alienists did not reject critics; they chose to hear them and even went so far as to edit newspapers, where the mad could vent to the public. Not surprisingly then, psychiatry took another turn in Scotland, where alienists began to associate patients to the definition of their treatments and allowed them, whenever possible, to leave asylums, one third of Scottish patients being already treated ‘outdoor’ in the 1870s. The Scottish case thus shows that asylums were not necessarily fated to become « total institutions », at least not when physicians agreed to leave some room for the disorder of mad voices.

Pour citer ce billet : Elisabeth Lusset, "Enfermements II. Règles et dérèglements en milieux clos (IVe-XIXe siècle), 2015," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 08/02/2019, consulté le 20/05/2019, https://lamop.hypotheses.org/5107.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.