Les Irlandais hors d’Irlande du VIe au VIIIe siècle. Mobilité, réseaux, identités

par Mathilde JOURDAN, thèse menée sous la direction de Geneviève BÜHRER-THIERRY

Au VIIe siècle les Irlandais auraient été à l’origine d’un puissant renouveau monastique en Europe. Cette idée s’est ancrée à partir du XIXe siècle, lancée par les savants français Ozanam et Montalembert, partisans d’un renouveau catholique et monastique. Dans les travaux qui suivirent, les figures de savants se sont ajoutées aux figures des religieux irlandais comme héros civilisateurs du continent, véhiculant non seulement les textes sacrés dans des terres supposées païennes mais également des vestiges de la culture gréco-antique oubliés sur le continent. Cette image, construite par des historiens, irlandais ou non, mais tous partisans de l’indépendance de l’Irlande, s’opposait à un discours colonialiste émanant notamment des Anglo-Protestants qui justifiaient la colonisation de l’Irlande par le fait que les Irlandais n’étaient pas suffisamment civilisés pour se gouverner eux-mêmes.

Pierre tombale de l’évêque Cummian ( 726-730), début du VIIIe siècle, musée de l’abbaye de Bobbio

Au-delà des savants et des religieux, mon travail porte sur la compréhension du mouvement des Irlandais dans les premiers siècles du Moyen Âge, jusqu’aux premières incursions des Scandinaves. La nécessité de cette recherche se justifie par le besoin de contextualiser les mouvements des Irlandais hors de leur île natale pendant cette période : qu’est-ce qui les a poussé à partir ? Combien sont-ils réellement ? Qui sont-ils ? Comment s’est passé leur accueil en Grande Bretagne et sur le continent ? Il m’importe de comprendre comment le mouvement des Irlandais s’inscrit dans un contexte d’échanges globaux à l’échelle de l’Europe.

Ma recherche s’appuie sur une base de données prosopographique, que j’ai alimentée par les sources textuelles les plus fiables sur les Irlandais. Inspirée de travaux précédents (comme la Prosopography of Anglo Saxon England, PASE, http://pase.ac.uk/) ou en cours (EUROPANGE), la structure de ma base de données est à la fois documentaire et heuristique : toutes les informations sur les Irlandais y sont référencées et elle permet de mener des analyses autour des trois axes majeurs développés dans le mémoire de thèse.

Le premier axe de recherche est consacré à l’identification des Irlandais hors d’Irlande. Tout en définissant ce que j’entends par « Irlandais » à cette période (le terme n’existe pas avant le XIe siècle), j’ai recensé environ 200 individus : le corpus va bien au-delà des grandes figures citées habituellement comme Colomban, Colomba ou Fursy. La plupart d’entre eux sont des religieux. Cela s’explique par un effet de sources, puisque la plupart des documents ont été produits et conservés dans un contexte ecclésiastique. Soulignons toutefois la diversité des profils, qui vont du simple scribe à l’évêque chargé de missions diplomatiques. Quelques pèlerins, soldats, esclaves, marchands apparaissent, et les femmes ne sont pas totalement absentes.

Le deuxième axe concerne les déplacements. Je m’intéresse tout d’abord aux moyens mis en œuvre : comment les Irlandais organisent-ils leur voyage outre-mer ? Existe-t-il des moyens différenciés pour se déplacer ou bien les réseaux marchands et religieux se recoupent-ils ? Comment les Irlandais sont-ils accueillis ? Quelle est la logique spatiale des déplacements ? Evolue-t-elle dans le temps ? J’envisage pour cette partie de réaliser une cartographie complète des déplacements des Irlandais.

Dans un troisième et dernier axe, j’analyse les déplacements des Irlandais sous l’angle des réseaux personnels. Il me semble que les réseaux jouent un rôle structurant dans les déplacements des Irlandais – même pour ceux qui se déclarent coupés du monde, comme Colomban. Comme je l’ai montré pour ce dernier en comparant son réseau avec celui de Fursy, il apparaît que certaines différences de parcours s’expliquent par la compétition entre différents royaumes et évêchés irlandais et les relations qu’ils entretiennent avec les nouvelles puissances de Grande-Bretagne, en cours de christianisation à partir de la fin du VIe siècle, mais également avec les élites franques qui sont également impliquées dans la christianisation des anglo-saxons. Cette analyse est à poursuivre en établissant une comparaison entre tous les déplacements.

Pour citer ce billet : Mathilde Jourdan, "Les Irlandais hors d’Irlande du VIe au VIIIe siècle. Mobilité, réseaux, identités," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 04/03/2019, consulté le 23/04/2019, https://lamop.hypotheses.org/5071.

Crédit photographique : Pierre tombale de l’évêque Cummian ( 726-730), début du VIIIe siècle, musée de l’abbaye de Bobbio


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.