Les vocabulaires du pouvoir en France du Nord, Castille et Norvège au 13e siècle

par Evgeniya SHELINA, thèse menée sous la co-direction de Joseph MORSEL et Ana RODRIGUEZ LOPEZ :

Ma thèse de doctorat porte sur les vocabulaires du pouvoir dans les royaumes de France, de Castille et de Norvège pendant un long XIIIe siècle. L’idée qui guide la recherche est celle d’un double écart de temps et de conduite entre les sociétés médiévales et modernes, donc, anthropologiquement, entre une société analogiste et une société naturaliste; historiquement, entre le « monde-comme-parenté » et le « monde-comme-marché », entre la « société de partage » et la « société de l’échange », d’autres paires d’oppositions (non binaires, ce qui reviendrait sinon à postuler implicitement un simple rapport d’inversion entre les deux sociétés) étant à repérer. En supposant, suite aux travaux de Philippe Descola, qu’il y a un lien nécessaire entre chaque grande ontologie et les modes de figuration produits sous son emprise, mon projet vise à contribuer très modestement à une anthropologie de la mise en texte dans une société analogiste particulière, la figuration en mots des relations de domination au sein de cette société étant l’objet central du travail. Les mots composant l’intitulé de la thèse signalent les « lieux » particuliers de recherche des manifestations de l’écart susdit.

Pieter Brueghel l’Ancien, La tour de Babel, ca. 1563, huile sur toile, 114 x 155 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)

1, Le mot « vocabulaires » renvoie à la problématique de la « langue médiévale », donc d’une langue avant l’invention par des linguistes de la « Langue », la langue n’étant pas présentée comme une catégorie universelle. Plus pratiquement, la langue médiévale nous est donnée dans la documentation médiévale avec sa propre sémantique et sa propre syntaxe, qui fonctionnent autrement que celles de nos jours. Les éléments de cet « autre » linguistique qui apparaissent lors de l’étude des relations de « domination » représentent nécessairement un maillon dans notre « spirale herméneutique » (pour ne pas employer une métaphore plus pessimiste du « cercle ») et en font donc un des centres d’étude. Cela signifie que l’enjeu n’est pas de n’appliquer à la société médiévale que des catégories d’analyse médiévales au nom d’une clôture sur soi des cultures (position culturaliste), renonçant ainsi aux privilèges herméneutiques de la distanciation, mais de ne pas se tromper d’objet. L’objet de ce travail ne se réduit pas à ce qu’était le pouvoir au Moyen Âge (ou du moins au XIIIe siècle et dans les trois espaces concernés), le vocabulaire n’étant ici qu’une voie d’accès vers une substance existant tacitement : il consiste à se demander ce que l’on faisait, dans cette société, lorsqu’on mobilisait un champ lexical spécifique (ici celui du pouvoir). Ce ne sont donc pas seulement les mots qui nous intéressent, mais aussi les formes et les logiques de leur emploi. Cela implique alors de prendre au sérieux les conceptions « indigènes » qui président non seulement à la configuration du lexique mais aussi aux modalités de leur emploi : bref une sémantique non seulement des mots (selon une conception classique) mais aussi systémique. Réduire les vocabulaires au seul lexique reviendrait sinon à postuler une sorte d’immanence du pouvoir, une sorte de substance existant partout quoique sous des noms différents, et justifiant alors l’emploi partout du concept de politique.

2, La « domination médiévale », le « pouvoir médiéval » doivent de ce fait être considérés comme des notions construites qui ne renvoient nullement aux concepts modernes. Ils appartiennent au même genre de concepts que le « dominium » d’Alain Guerreau, sans que j’invente ici un nouveau signe linguistique pour cette (re)construction. Le « pouvoir médiéval » signale en premier lieu notre méconnaissance de la nature de la domination médiévale, une étude sémantique étant un moyen de « provocation » des hypothèses historiennes déjà existantes, dont plusieurs (sinon l’ensemble) sont construites sur la base des concepts modernes. Le « pouvoir médiéval » renvoie donc aux représentations médiévales d’un type de rapports « indigènes » qui déterminent les modes d’agir des acteurs médiévaux, tout d’abord des puissants.

3, Le « XIIIe siècle » renvoie à une période dont les transformations rendent possiblement plus visible l’écart susmentionné. Dans l’histoire de l’Occident le XIIIe siècle est le siècle de la destruction de la domination sans partage de la langue latine et du passage des puissants de l’Occident d’une langue écrite unique du pouvoir au système de « diglossie avancée ». Les relations de domination pour chacune des régions nous sont donc données à travers une double grille de deux langues (une latine et une vernaculaire pour chaque royaume), l’étude de chacune des langues apportant des observations complémentaires. On a donc affaire à un véritable système langagier, et ce sont donc quatre langues de base (sans compter les variations régionales du latin) qui doivent donc être prises en compte.

4, Le choix des trois espaces renvoie quant à lui à la problématique du développement inégal de l’ « ecclesia » (au sens de la société chrétienne globale), constituant une unité dans laquelle, par hypothèse, ce sont les différences spatiales et les dynamiques propres des parties qui font système. Une comparaison des concepts du « pouvoir » développés dans les différentes parties de cette unité peut alors nous permettre de soumettre cette hypothèse à contre-épreuve et à vérification. Le choix de chacun des trois territoires particuliers est dû à l’idée de travailler à la fois avec des territoires du « noyau » et de « l’anneau » (au sens qu’Alain Guerreau donne à ces termes), dotés de langues vernaculaires d’origine latine et germanique mais aussi d’institutions « gouvernementales » comparables. C’est pourquoi on a arrêté notre choix sur les trois royaumes avec deux langues écrites du « pouvoir » que sont la France, la Castille et la Norvège.

Pour citer ce billet : Evgeniya Shelina, "Les vocabulaires du pouvoir en France du Nord, Castille et Norvège au 13e siècle," dans Les carnets du LaMOP, mis en ligne le 04/02/2019, consulté le 19/08/2019, https://lamop.hypotheses.org/5015.

Crédit photographique : Kunsthistorisches Museum, Vienne, Pieter Brueghel l’Ancien, La tour de Babel, ca. 1563


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.