Xe Journée du LaMOP, avec Bernhard Jussen, professeur à l’Université Goethe de Francfort sur le Main

Pour cette Xe Journée du LaMOP nous avons invité Bernhard Jussen qui est depuis 2008 professeur à l’université Goethe de Francort et qui occupe la chaire intitulée : « Professur für Mittelalterliche Geschichte mit ihren Perspektiven in der Gegenwart » – soit « Chaire d’Histoire médiévale y compris dans ses perpectives pour le temps présent ».

Le titre de cette chaire est déjà un élément qui souligne la particularité du parcours de Bernhard Jussen et montre qu’un des éléments essentiels de sa pensée repose sur la question suivante : Comment repenser l’Histoire médiévale autrement : ou plutôt : l’Histoire médiévale étant construite dans une perspective européenne, qu’en faisons-nous si nous voulons penser cette Histoire en sortant de ce modèle européo-centré ? Comment déconstruire la notion même de Moyen Âge en tant que période historique ? Pourtant B. Jussen a une formation assez classique pour un médiéviste allemand : il a étudié aux université de Munich mais surtout de Münster avec Arnold Angenend, non seulement l’histoire et la philosophie mais aussi la théologie catholique. En 1988 il a soutenu à Münster sa thèse de doctorat, Patenschaf und Adoption im frühen Mittelalter. Künstliche Verwandschaft als soziale Praxis, publiée en 19911 et traduite en anglais en 20012 qui compte parmi les classiques de la littérature sur la parenté dans le haut Moyen Âge.

Bernhard Jussen est donc d’abord un médiéviste spécialiste des relations de parenté : c’est à ce titre qu’il a donné la réplique à Anita Guerreau-Jalabert, Régine Le Jan et Joseph Morsel lors du grand colloque de 1998 sur les tendances de la recherche en France et en Allemagne sur le chapitre « De l’histoire de la famille à l’anthropologie de la parenté »3 . Or si on relit aujourd’hui cette réponse, on observe tout un programme de recherches qui est celui que B. Jussen a mis en œuvre lors de son long passage au Max Planck Institut für Geschichte de 1988 à 2001 qui est un second grand « moment » de son parcours.

Prolongeant ses travaux sur la parenté, B. Jussen s’attaque alors à la question non pas du « veuvage » mais de la « veuve » comme dénomination, comme concept si l’on peut dire. Ces recherches prennent alors une double dimension : une dimension fondée sur la sémantique historique qu’il a poursuivi jusqu’à aujourd’hui avec des interrogations sur la langue du droit ; et une dimension qui touche à la constitution des groupes sociaux dans le sillage d’Otto Gerhard Oexle qui dirigeait alors le Max Planck et qui animait le projet « Soziale Gruppen in der Gesellschaft des Mittelalters », cadre dans lequel B. Jussen a soutenu son Habilitation : l’empreinte de la pensée d’Oexle sur ses travaux est bien perceptible.

Il faut cependant souligner ici le caractère peu ordinaire et surtout peu linéaire du cursus de B. Jussen dans ces années Max Planck qui lui ont permis d’entreprendre beaucoup de travaux dans des directions différentes : par exemple les recherches sur la question du « don » avec Gadi Algazi et Valentin Groebner4, des travaux qui se distinguent par leur ouverture aux questions sociologiques et culturelles bien au-delà de la période médiévale, dans une perspective d’Histoire décloisonnée non seulement dans sa démarche mais aussi dans ses objets, car cette approche laisse toute sa place aux productions artistiques qui joueront un rôle de plus en plus important dans le développement de sa pensée, notamment dans des formes de collaboration avec des artistes contemporains comme Christina Boltanski. Il faut souligner aussi la dimension très collective des travaux qu’il a menés durant toutes ces années.

Après ses années au Max Planck et son Habilitation soutenue, B. Jussen a été « appelé » à l’université de Bielefeld qui fait partie de ces universités allemandes qui sont des « universités de recherche » – comme Heidelberg – ce qui signifie qu’elles ne s’occupent pas de la formation initiale des étudiants. Bielefeld a aussi la particularité d’être très tournée vers les sciences sociales comme en témoigne notamment la personnalité de Neithard Bulst dont nous avons eu l’honneur, avec et grâce à J.-Ph. Genêt, de pouvoir faire publier la traduction française de son livre sur les Etats généraux à la fin du XVe siècle par les Editions de la Sorbonne5. À Bielefeld, B. Jussen finalise le projet sur lequel il travaille depuis plusieurs années et qui dépasse largement le cadre de la médiévistique : en 2002, il publie une édition des images de collection diffusées par la Liebig’s Extract of Meat Company entre 1872 et 1940, en 1138 séries de six images chacune, à des fins publicitaires, mettant ainsi la collection à la disposition des chercheurs et développant aussi toute une réflexion sur la place de l’image6.

Le second volet important des recherches de B. Jussen à Bielefeld réside dans sa participation active au SFB 584 : Das Politische als Kommunikationsraum in der Geschichte. L’idée même de cette « langue politique du Moyen Âge » au sens des concepts qu’on utilise – regimen, princeps, imperium – mais aussi amor, pietas, virtus, ecclesia…- rejoint ici ses travaux dans le domaine de la sémantique historique et est devenu le noyau du projet porté par B. Jussen qui lui vaut, entre autres, d’être lauréat du prestigieux prix Leibniz en 2007 – une sorte d’ERC allemand, doté d’un gros budget et fort rarement attribué à des chercheurs en Humanités ou en sciences sociales.

En 2008, B. Jussen a été « appelé » à l’université Goethe de Francfort et c’est donc là que se perpétue le SFB 584 sous la forme du projet Leibniz. L’intégration de B. Jussen à l’université Goethe et ce prix Leibniz correspondent à un troisième moment de sa carrière foisonnante et de son riche parcours, intimement inscrits dans un contexte international scandé par des invitations et des séjours notamment en France (à l’EHESS et à l’ENS) et aux Etats Unis (à Ann Arbor puis à Harvard.) Là encore on peut dire que cette orientation française et américaine est un trait d’originalité du parcours de B. Jussen si on en juge par rapport à l’ensemble des collègues allemands de sa génération.

Les liens avec la France et notamment Paris1 se sont concrétisés par le collège doctoral franco-allemand animé par Régine Le Jan et Dominique Kalifa avec B. Jussen, qui a permis à des doctorants des deux universités de se rencontrer à Paris et à Francfort, de présenter leurs travaux et de séjourner dans l’un et l’autre pays. Nous avons alors pu mesurer les différences d’approche entre les deux systèmes car si tous les doctorants français étaient inscrits en Histoire, les doctorants allemands l’étaient aussi en philosophie ou en théologie, ce qui rendait parfois le dialogue difficile. Mais cela montre aussi que l’œuvre de B. Jussen n’est pas simple à caractériser car il a toujours fait preuve d’une grande curiosité intellectuelle et d’un appétit certain pour les nouveaux objets d’étude et les nouveaux instruments permettant d’élargir et d’approfondir les connaissances : il est le contraire de l’universitaire cloisonné dans un seul champ de recherche, dans une seule période et même dans une seule discipline. Croisant histoire, philosophie, théologie et sciences sociales, il est parfaitement capable d’être un théoricien de la discipline, mais il est ancre aussi ses recherches dans le social et il les projette dans le présent. D’une part, il a toujours cherché à faire profiter ses étudiants des acquis de la recherche mais aussi à les offrir à un public plus large par des livres, comme Die Franken7, également traduit en italien8, des conférences, la participation à des débats. Car il lui semble également important de battre en brèche ce qu’il appelle « l’imagination historique », cette histoire fantasmée, ce passé reconstruit et manipulé par les politiques. Dans cette même optique il faut signaler le livre collectif Die Macht des Königs. Herrschaft in Europa vom Frühmittelalter bis in die Neuzeit, qu’il a codirigé et publié en 20059. Le propos est explicité dans l’introduction. Il s’agissait de battre en brèche l’imaginaire historique sur lequel s’appuyaient les politiques à l’heure des transformations profondes que connaissait – et que connait encore – l’Europe avec son élargissement aux nouveaux Etats de l’Est. Le cadre de la réflexion est très large, résolument décloisonné, chronologiquement et spatialement. Il part en effet de la fin du IVe siècle et va jusqu’au début du XIXe, dépassant ainsi les limites traditionnelles affectées à l’Antiquité, au Moyen Âge, à l’époque moderne et veut expliquer autrement le développement de l’Occident, un des thèmes favoris de B. Jussen. Chaque chapitre est ainsi rattaché à une date, mais une date approximative –um– et à une question : wie, warum, wo, weshalb. Le succès qu’a connu ce livre en Allemagne, bien au-delà du cercle universitaire traditionnel, montre qu’il répondait parfaitement aux attentes du public, et plus largement aux besoins de la société. Le dernier livre de B. Jussen, Das Geschenk des Orest, s’inscrit dans cette même perspective10. La question centrale qui traverse toute son œuvre est celle l’identité médiévale : qu’est-ce que le Moyen Âge ? Si elle est au cœur de ce dernier livre, un article de 2016 explore déjà cette question11.

Cette interrogation sur le millénaire médiéval n’est pas nouvelle et passe d’abord par ses limites. Les réponses des uns et des autres ont été et sont encore variées. Jacques Le Goff faisait courir le Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle et d’autres l’ont suivi. Les spécialistes de l’Antiquité tardive ont eu tendance à l’amputer de deux siècles en amont, les modernistes de deux siècles en aval…  Aucune des limites traditionnelles ne se justifie pleinement, surtout si l’on cherche des dates précises : pour les limites hautes, on s’accorde généralement sur la fin du Ve siècle, mais on peut aussi bien remonter à la fin du IVe siècle, quand l’Empire devient chrétien ; quant aux limites basses, elles sont beaucoup plus floues encore -1453, 1492, 1530, jusqu’à la Révolution française ou à la révolution industrielle pour d’autres. B. Jussen plaide fermement pour une unité qui est en même temps altérité, celle d’une identité fondée dans le christianisme avec pour limites la christianisation en amont, les réformes catholiques et protestantes en aval comme le montre le livre qu’il a publié dès 1999 avec Craig Koslofsky,  Kulturelle Reformation. Sinnformationen im Umbruch 1400-160012.

L’un des thèmes centraux qui fonde l’argumentation est celui de la parenté à laquelle il a consacré sa thèse. Il s’agissait d’étudier ensemble le parrainage et l’adoption au haut Moyen Âge, surtout pendant la période mérovingienne. L’adoption avait été largement utilisée dans le monde romain, elle l’était beaucoup moins à l’époque mérovingienne, mais n’avait pas disparu, tandis que le développement du parrainage a accompagné la christianisation. Ces formes de parenté que l’on a longtemps qualifiées de « fictives » font en fait entièrement partie de la parenté, comme l’a fortement souligné B. Jussen. Socialement construites, elles permettent aux familles, en particulier royales, de développer de multiples stratégies qui se sont avérées payantes pour manipuler les successions ou pour sauver certains parents spirituels. Ce qui apparaissait déjà clairement dans ce livre, c’est la recherche de la formation historique du sens des mots liés au parrainage et à l’adoption, une sémantique historique qui débouche sur une sémantique morale.

Dix ans plus tard, après avoir exploré bien d’autres directions, B. Jussen publiait en 2000 Der Name der Witwe. Erkundungen zur Semantik der mittelalterlichen Bußkultur13, son Habilitation, soutenue à Göttingen l’année précédente. Il croise encore histoire des représentations, des discours et anthropologie pour caractériser le Moyen Âge, au moyen de la sémantique historique. La veuve, vidua, inscrite dans la trilogie patristique vierge-épouse-veuve, lui sert à montrer comment la société chrétienne qui se met en place dans l’Antiquité tardive, utilise une langue et un discours standardisés pour traduire ses structures et ses représentations sociales. Il montre ainsi que ce qui est en jeu dans la figure de la veuve éplorée, qui est désormais le modèle offert à celles qui perdent leur mari, c’est l’articulation du modèle social vierge, épouse, veuve, à une hiérarchisation morale de la société et la transformation du mot vidua en un état. Tous les symboles englobant historiquement les concepts comme les rites, les gestes, les images sont utilisées pour croiser les approches d’une sémantique culturelle avec la classification sociale.

On retrouve le thème de la veuve et des veufs dans le livre collectif publié en 2014 avec Ramie Targoff, Love after death. Concepts of Posthumous Love in Medieval and Early Modern Europe14. Cette fois les contributeurs ont été invités à s’interroger sur ce qui attendait les époux ou les amants au-delà de la mort : continuité ou rupture des liens affectifs après la mort, dans l’au-delà ? Dans une longue introduction sont convoqués quatre exemples : l’inscription funéraire écrite par Thomas More en 1532 célébrant l’amour entre lui et ses deux épouses défuntes (« ménage à trois ») ; la représentation d’une réunion érotique dans l’au-delà des débuts du XIVe siècle ; la fresque du Jugement dernier de Luca Signorelli à Orvieto en 1500 et enfin le célèbre poème de Ronsard, Quand vous serez bien vieille le soir à la chandelle datant de 1578. Les quatre exemples s’inscrivent dans un espace-temps couvrant l’Europe des XIVe-XVIe siècles. Les réponses sont très différentes, puisqu’elles vont de la continuité absolue de l’amour au-delà de la mort, y compris érotique, dans les deux premiers exemples, à la rupture absolue dans les deux autres, où l’amour ne survit que dans l’art. Cette forme d’incertitude sur le devenir des liens affectifs après la mort et ces divergences dans les réponses tiennent d’abord au manque d’intérêt des théologiens pour la question, alors même qu’ils ont joué un rôle actif dans le développement d’une véritable culture du veuvage, faite de liens émotionnels et d’obligations l’égard du conjoint défunt. L’enquête collective a été menée de la Grèce ancienne jusqu’à l’Angleterre protestante de la fin du XVIe siècle, avec des contributions sur les mondes juif et arabe. Dans sa contribution sur l’Occident latin, qui va des Pères de l’Eglise aux environs de 1500, Bernhard Jussen relie l’histoire de l’amour posthume en tant que modèle culturel largement partagé au Moyen Âge à l’histoire de la notion chrétienne particulière de veuvage. Il la met en relation avec la rupture de l’ancien système de parenté méditerranéen, agnatique, et le développement d’un système cognatique centré sur le couple conjugal. Nous avions discuté la question des systèmes de parenté lors de la rencontre de Göttingen sur les tendances récentes de l’histoire médiévale en France et en Allemagne, soulignant du côté français le cognatisme.  L’importance de ce basculement est largement reprise dans Das Geschenk des Orest, livre de synthèse qui définit le millénaire médiéval, étendu jusqu’au XVIe siècle, par son identité chrétienne.

Le travail de Bernhard Jussen est donc fondé sur l’étude de ce qui fait sens, sur le langage des mots, des signes, des images. Pour lui, la sémantique historique n’est pas seulement une méthode, elle permet de comprendre la société, ses modes de représentation, ses articulations, comme il l’a d’ailleurs souligné dans un article de 201115. Le programme qu’il dirige : Humanités numériques et Sémantique computationnelle est centré sur le langage politique. Alors qu’il avait organisé à Paris et publié en 2001 le colloque Ordering Medieval Society16, il appliquait en 2006 la lexicométrie au terme Ordo, si central dans les modes de représentation médiévale17. En 2008, lors de son séjour à Paris, il nous avait présenté le traitement du terme regnum. Le programme s’est développé et en 2022, il a publié avec Karl Ubl un volume collectif intitulé Die Sprache des Rechts : historische Semantik und karolingische Kapitularien18 qui articule la recherche sémantique et les travaux de réédition des capitulaires dont s’occuppent Karl Ubl, Stefan Esders et Steffen Patzold. Dans l’introduction, les auteurs montrent comment l’analyse assistée par ordinateur est capable de révéler des modèles textuels qui ne seraient pas discernables autrement et comment les changements dans la fréquence de certains termes liés au champ politique (fidelis, honor et regnum) sont révélateurs de changements d’orientation dans le cercle politique ; mais ils montrent aussi comment la comparaison entre le vocabulaire du droit romain et celui des capitulaires traduisait les changements dans la parenté.

En-dehors de la parenté, l’autre sujet qui occupe une place significative dans les recherches de B. Jussen est la question des images en tant que matériau. Il faut commencer par évoquer un ensemble de projet, apparemment fort éloigné de la médiévistique mais qui a occupé une bonne partie du temps de B. Jussen lorsqu’il était au Max-Planck-Institut de Göttingen : une série de publications (1997-2004) directement liées au monde de l’art contemporain  intitulée : Von der künstlerischen Produktion der Geschichte. Erinnerungskultur und Gegenwartskunst – soit : « À propos de la production artistique de l’Histoire. Culture de la mémoire et art contemporain » qui explore en fait toujours le rôle de l’image dans l’imaginaire collectif et la construction de la mémoire historique. L’argument est le suivant : « Aussi différentes que soient les méthodes de travail des historiens et des artistes, ils s’occupent de tâches similaires : Ils interviennent dans les conceptions du passé de leur public qui est en grande partie le même »19.

On peut donner pour exemple le volume publié avec Christian Boltanski20, un artiste plasticien bien connu en France : il s’agit à la fois d’une manifestation comprenant une exposition et un volume de textes, autour du « matériau » que constitue les images de la revue Signal, un magazine de propagande bi-mensuel de la Wehrmacht, crée et diffusé à partir d’avril 1940 et jusqu’au 5 mars 1945, non seulement dans l’armée mais aussi dans tous les pays occupés par les nazis – et donc dans une vingtaine de langues. Le magazine était particulièrement remarquable pour la qualité de ses photos en couleur, ce qui existait à peine dans la presse de l’époque. Pour sa contribution, Boltanski a démonté les cahiers et sélectionné une vingtaine d’images qu’il a regroupées dans des dyptiques illustrant la tension entre des images de guerre et des images qui visent à montrer la nouvelle société paneuropéenne construite par les nazis. Ce qui reflète d’ailleurs le conflit d’intérêts qui existait au sein même de la revue entre la Wehrmacht qui souhaitait avant tout des images de la technique d’armement et de la conduite de la guerre et Goebbels, donc le ministère de la propragande, qui ne voulaient pas autant de photos de soldtas mais préféraient des images renvoyant à la culture, au sport, à la nature, etc.. Mais là n’est pas l’objet de la performance de Boltanski : il s’agit plutôt de faire découvrir des associations mais aussi un matériau – les fameuses photos de la revue Signal – matériau qui était apparemment peu connu même des spécialistes du nazisme. Donc l’idée est de faire resurgir par la voie de l’émotion artistique, tout un pan de la mémoire historique, non pas par un discours – les images ne sont même pas titrés, ni commentées – mais par l’effet de la juxtaposition et du choc visuel que procurent ces images qui sont, pour certaines au moins, d’une très grande modernité.

(Cette image est tiré de l'article d'Anne Bénichou, "Christian Boltanski : Signal" in Ciel variable, 83, 2009, p. 23–25).

Tout cela montre à l’évidence, une réflexion menée déjà depuis longtemps par B. Jussen sur la question de la place de l’image dans la construction de la mémoire historique – thème qui a donné lieu à plusieurs projets et notamment le projet « Liebig » autour des images de collections diffusées par la firme Liebig entre 1872 et 1940.

Il s’agit cette fois d’images qui appartiennent à une forme de « culture populaire » tout comme nos images d’Épinal. On peut se demander à première vue quel est le rapport avec l’Histoire médiévale ? En fait, beaucoup de ces images se rapportent à des événements historiques du Moyen Âge : B. Jussen a très souvent utilisé celle du couronnement impérial de Charlemagne pour montrer comment s’est constituée une forme de connaissance de cet événement dans la culture populaire allemande pour laquelle la lutte du Sacerdoce et de l’Empire est un élément constitutif de cette histoire. On peut à travers l’étude de ces images montrer comment les épisodes emblématiques autour de Charlemagne ne sont pas les mêmes en France et en Allemagne. On en trouvera un bon exemple dans l’article qu’il a dédié à Michel Parisse en 200421.

Pourtant on voit aussi diffuser en Allemagne des images de la Liebig qui se rapporte à la tradition iconographique française (Charlemagne à l’école, entouré de savants, regardant les bateaux vikings par la fenêtre du palais, etc…), tous motifs qui n’existent pas dans le stock iconographique traditionnel allemand. L’explication est que ces images étaient poduites en France ! Mais il faut aussi s’interroger ici sur la question des relations transculturelles en investiguant davantage : c’est pourquoi le cœur du projet était la publication de l’entièreté de la collection, de manière à pouvoir l’approcher aussi par des méthodes quantitatives. Car au-delà du Moyen Âge – ou d’ailleurs d’autres périodes historiques – et au-delà de la question de la culture populaire, c’est la capacité à construire de la connaissance par l’image qui est au cœur de la recherche et aussi au cœur de la réflexion que les historiens doivent mener. B. Jussen « plaide » pour la nécessité de procéder à cette réflexion pour des raisons scientifiques mais aussi politiques22: les récits historiques sont des techniques centrales de l’argumentation poltiique et la science histotorique est depuis longtemps institutionnalisée à une grande échelle. Or la transmission deces récits passe par tout un ensemble d’images sur lesquelles il n’y a guère de réflexion parce qu’il s’agit d’un héritage : elles ne sont pas prises au sérieux, ce ne sont que des illustrations, elles paraissent inertes. Il y a donc un caractère incontrôlé de l’agumentation par l’image. Le savoir visuel collectif d’une société n’est pas produit par les peintures, monuments, artefacts, etc… mais par la large diffusion de reproduction de ces objets. C’est donc cela qu’il faut étudier. Et pour ce faire, il faut constituer un vaste corpus. Il est en effet difficile de mesurer à quel point les grands bouleversements historiques ont influé sur ce corpus et comment. Il s’agit donc ici d’un plaidoyer pour l’introspection disciplinaire, la question étant de savoir comment les historiens parviennent à faire passer leurs projets par le biais de l’image – ce qui, bien entendu, rejoint la question de l’enseignement.

Dans cette réflexion, B. Jussen souligne un élément important qui se rapporte au tournant de l’image documentaire, fondamentale dans la représentation historique : jusque vers 1890, il n’existe dans les livres, les images diffusées etc… que des « peintures d’Histoire » c’est-à-dire des représentations imagées et imaginées d’un événement historique : Vercingétorix rendant ses armes à César, Clovis à la bataille de Tolbiac, le couronnement de Charlemagne, etc… Mais à partir des années 1890, le niveau technique de la photographie mais aussi l’apparition des agences photographiques vont donner naissance puis imposer l’image documentaire – soit la photographie d’un objet, d’un monument, d’un lieu – par rapport à la peinture d’Histoire. La plupart des thèmes iconographiques classiques – par exemple tous ceux qu’on voyait dans les manuels illustrés de l’école primaire – disparaissent. La seule solution pour continuer à visualiser les « héros » de l’Histoire nationale consiste alors à remplacer les illustrations par des « statues » qui font office de documents : si la représentation est ancienne (c’est-à-dire en général du XIXe siècle, mais parfois aussi du Moyen Âge comme le célèbre cavalier de Bamberg – une statue du XIIIe siècle qui sert couramment à illustrer l’époque ottonienne !! ) alors on peut considérer qu’on est dans une image documentaire. Beaucoup d’historiens semblent moins gêner de recourir à ces images de type « statue », pourtant complètement décorrélées de leur époque, qu’à une image historique produite au XIXe siècle : « or ce procédé n’est pas meilleur et il est peut-être pire parce que les frictions entre l’image et le texte sont encore plus difficiles à percevoir pour de nombreux lecteurs23. »

Toute cette réflexion sur la place des images dans la construction de la mémoire historique se poursuit jusque dans le tout dernier livre de B. Jussen, « le cadeau d’Oreste », dont le titre lui-même renvoie à un artefact bien connu de l’Antiquité tardive : le diptyque offert par un des derniers consuls de l’empire romain lors de son entrée en fonction vers 530, « qui donne à voir le dernier spectacle conservé d’un consul de la Rome antique, une relique de l’une des dernières mises en scène politique avec les moyens de l’ancien empire. Quelques décénnies plus tard, les mises en scène de statuts et les systèmes de signes d’Oreste et de son monde aristocratique n’avaient plus guère de pertinence. » (p. 14). Ce qui devient pertinent, c’est un autre type de représentation, celui de Turtura, une riche romaine morte vers 530 – donc exactement contemporaine – et « qui fit construire un tombeau exemplaire des changements de comportement et d’attitudes de beaucoup de membres de cette haute société romaine, en quelque sorte une mise ne scène de la nouvelle société. Sa trace met en évidence, sous une forme condensée, la manière dont la société romaine s’est transformée elle-même, à partir de son propre centre, en se tournant en masse vers l’univers sacré, intellectuel et social de l’Église chrétienne. » (p. 14). B. Jussen souhaite mener ses analyses  « non pas sur la base de textes juridiques ou de documents, de chroniques ou de Vitae, de traités ou de sermons pour raconter le passé de l’Europe latine », mais « sur la base de matériaux historiques issus du champ de la communication esthétique. » L’exposé commence dans tous les chapitres par des artefacts picturaux et s’étend dans le temps depuis la fresque du VIe siècle jusqu’au tableau peint par Hans Holbein le Jeune vers 1535, « la Loi et la Grâce ». C’est donc à partir des ces présentations figurées de la société que B. Jussen invite à penser la transformation du monde romain et une histoire de l’Europe post-romaine 526-1535 (c’est le sous-titre) sans recourir jamais au concept d’Antiquité, de Moyen Âge ou de Temps Moderne, ouvrant une vaste discussion sur la question de la périodisation. Or cette question de la périodisation rencontre, tout comme celle de l’image, la question des cadres d’enseignements qui finissent par être des cadres de pensée : on peut renvoyer ici à un article de 2016 intitulé « Richtig denken in falschen Rahmen ? » soit : « Peut-on penser juste dans des cadres faux ? » qui met l’accent sur les travers de l’usage de cette période médiévale dans l’enseignement24.

Et c’est avec cet intérêt pour la transmission et pour l’enseignement que l’on peut finir cette présentation qui reste néanmoins incomplète, tant l’œuvre de B. Jussen est riche et foisonnante : durant cette année 2024, il organise à Francfort un grand colloque intitulé « Eurasiche Gesellschaften (400-1600) » doublé d’une série de conférences sur ce thème ouvertes à tous les étudiants comme on peut le voir sur la page du Forschungscollegium de Francfort25. Une manière d’enseigner autrement et peut-être aussi autre chose que « le Moyen Âge ».

Par Geneviève Bührer-Thierry et Régine Le Jan

 

 



Citer ce billet
Geneviève Bührer-Thierry (2024, 17 mai). Xe Journée du LaMOP, avec Bernhard Jussen, professeur à l’Université Goethe de Francfort sur le Main. Les carnets du LaMOP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11omt

  1. B. Jussen, Patenschaft und Adoption im frühen Mittelalter. Künstliche Verwandtschaft als soziale Praxis ( Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte. Bd. 98), Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 1991. []
  2. B. Jussen, Spiritual Kinship as Social Practice. Godparenthood and Adoption in the Early Middle Ages. Revised and expanded english edition. University of Delaware Press Newark DE, 2000. []
  3. J.-C. Schmitt et O.-G. Oexle (éd.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne. Actes des colloques de Sèvres (1997) et de Göttingen (1998), Paris, 2002. []
  4. G. Algazi, V. Groebner et B. Jussen (éd.), Negotiating the Gift. Pre-Modern Figurations of Exchange (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte. Bd. 188), Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2003. []
  5. N. Bulst, Les Etats généraux de la France de 1468 à 1484 : recherches prosopographiques sur les députés, Éditions de la Sorbonne, Paris, 2002. []
  6. B. Jussen, Liebig’s Sammelbilder. Vollständige Ausgabe der Serien 1 bis 1138 auf CD-ROM (= Atlas des Historischen Bildwissens. Bd. 1). Directmedia Publishing, Berlin 2002. []
  7. B. Jussen, Die Franken. Geschichte, Gesellschaft, Kultur (Beck’sche Reihe. Bd. 2799), Beck, Munich, 2014. []
  8. B. Jussen, I Franchi, Il Mulino, Bologne, 2015 []
  9. B. Jussen (éd.), Die Macht des Königs. Herrschaft in Europa vom Frühmittelalter bis in die Neuzeit, Beck, Munich, 2005. []
  10. B. Jussen, Das Geschenk des Orest. Eine Geschichte des nachrömischen Europa 526–1535, Beck, Munich, 2023. []
  11. B. Jussen, « „Abendland“ – „Lateineuropa“ – „Provincializing Europe“: Bemerkungen zum poströmischen Europa zwischen alten und neuen Deutungsmustern », in: Pluralistische Identität. Beobachtungen zu Herkunft und Zukunft Europas, D. Ansorge (éd.), Darmstadt, WBG, p. 24-34. []
  12. B. Jussen et C. Koslofsky (éd.), Kulturelle Reformation. Sinnformationen im Umbruch 1400–1600 (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte. Bd. 145). Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen 1999. []
  13. B. Jussen, Der Name der Witwe. Erkundungen zur Semantik der mittelalterlichen Bußkultur (Veröffentlichungen des Max-Planck-Instituts für Geschichte. Bd. 158), Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2000. []
  14. B. Jussen et R. Targoff, Love after death. Concepts of posthumous love in medieval and early modern Europe (WeltLiteraturen. Bd. 4), de Gruyter, Berlin 2015. []
  15. B. Jussen, « Historische Semantik aus der Sicht der Geschichtswissenschaft », in: Jahrbuch für Germanistische Sprachgeschichte 2, 2011, S. 51-61. []
  16. B. Jussen (éd.), Ordering Medieval Society. Perspectives on Intellectual and Practical Modes of Shaping Social Relations. University of Pennsylvania Press, Philadelphia PA 2001. []
  17. B. Jussen, « Ordo zwischen Ideengeschichte und Lexikometrie. Vorarbeiten an einem Hilfsmittel mediävistischer Begriffsgeschichte, in: Ordnungskonfigurationen im Hohen Mittelalter, éd. B. Schneidmüller et S. Weinfurter (Vorträge und Forschungen 64), Ostfildern, 2006, S. 227-256. []
  18. B. Jussen et K. Ubl (éd.), Die Sprache des Rechts. Historische Semantik und karolingische Kapitularien (Historische Semantik. Bd. 33), Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2022. []
  19. B. Jussen, « Signal – Zur Einleitung », in B. Jussen (éd.), Signal – Christian Boltanski, Göttingen, 2004, p. 49. []
  20. B. Jussen (éd.), Signal – Christian Boltanski, (Von der künstlerischen Produktion der Geschichte 5), Göttingen, 2004. []
  21. B. Jussen, « Mémoire collective imagée et imagination historique à l’époque contemporaine. Une approche des vignettes historiques grand public » in :  S. Gouguenheim (éd.), Retour aux sources. Textes, études et documents d’Histoire médéivale offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 901-912. []
  22. B. Jussen, « Plädoyer für eine Ikonologie der Geschichtswissenschaft. Zur bildlichen Formierung historischen Denkens », in : H. Locher et A. Markantonatos (éd.), Reinhart Koselleck. Politische Ikonologie. Perspektiven interdisziplinärer Bildforschung (Transformationen des Visuellen 1), Munich, 2013, p. 260-279 ou encore en anglais, Id., « Towards an Iconology of Medieval Studies : Approaches of Visual Narratives in Modern Scholarship » in : C. Caraffa et T. Serena (éd.), Photo Archives and the Idea of Nation, Berlin, De Gruyter, 2015, p. 141-166. []
  23. B. Jussen, « Plädoyer für eine Ikonologie der Geschichtswissenschaft. Zur bildlichen Formierung historischen Denkens », op.cit., p. 275. []
  24. B. Jussen, « Richtig denken in falschen Rahmen ? Warum das « Mittelalter » nicht in den Lehrplan gehört » dans Geschichte in Wissenschaft und Unterricht 67, 2016, p. 558-576. []
  25. https://www.geschichte.uni-frankfurt.de/49361134/Aktuelles___Abteilung_Mittelalter#a_628322f8-d447d3a4 []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search