Cahier de laboratoire : Essai de traduction avec LLM Mistral Large (https://chat.mistral.ai)

Date : 27/03/2024, 4/04/2024 (version 2)

Les textes proposés sont de différents genres littéraires : hagiographie, liturgie, théologie, textes littéraires et poétiques, actes, chroniques, épigraphie.

  1. Aubert, Eduardo Henrik (2022) « Transcription du manuscrit de Semur-en-Auxois, Bibliothèque Municipale, ms. 1» [Text] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.e905tdea

Prompt :

Convert this in French : VIR PER CVNCTA predicandus Iohannes, nullique suo tempore secundus, ortus sub territorio linguonicae urbis nobilitatem generis, nobilitate adornauit mentis. Eadem quippe humo editus, eundem moriendo sepultus. Qui etiam generosissimis parentibus est procreatus. Pater eius HILARIVS nomine, mater uero, Quieta uocitata est. Quorum animos, cultus religionis catenatos, atque sub omni deuotione christiani timoris innexos tenebat. Quique etiam, inter ipsa primordii rudimenta, tam in pueritia quamque in adolescentia, sub christiani cultu uigoris atque religionis, a parentibus alitus, atque nutritus est.

Output :

Jean, prédicateur de toutes choses et sans égal à son époque, a ennobli la noblesse de sa naissance par la noblesse de son esprit. Né sur le territoire de la ville de Langres, il a été tiré de la même terre et y a été enterré à sa mort. Il a été engendré par des parents très nobles. Son père s’appelait Hilarion et sa mère était appelée Quieta. Leurs âmes étaient liées par les chaînes de la piété religieuse et attachées par la dévotion de la crainte chrétienne. Et même dès les premiers rudiments de sa vie, tant dans l’enfance que dans l’adolescence, il a été nourri et élevé par ses parents sous la vigueur et la religion du culte chrétien.

Version 2

Prompt : convert this into French :

Jean, qui doit être prédit pour toutes choses à venir et qui n’a eu aucun égal à son époque, est né dans le territoire de la ville de Langres et a orné la noblesse de sa naissance par la noblesse de son esprit. Né de la même terre, il y a été enterré à sa mort. Il a été engendré par des parents très nobles. Son père s’appelait Hilarius et sa mère, Quieta. Leurs âmes, liées par la chaîne de la religion et attachées à la dévotion de la crainte chrétienne, étaient remplies de respect. Et même, dès les premiers rudiments de sa vie, tant dans l’enfance que dans l’adolescence, il a été nourri et élevé par ses parents sous la vigueur et la religion chrétiennes.

Commentaire : les versions sont légèrement différentes. La version 2 suit plus attentivement la syntaxe et l’ordre des mots en latin. Il y a un contresens sur prédicateur ‘predicandus’ de la première version : prédicateur serait praedicator ou orator en latin ; praedicandus est un adjectif verbal signifiant « à louer en toute chose », ici, donc « il doit être loué, il est digne d’éloge ». La version 2 comprend mieux la syntaxe mais commet un contresens tout de même.

En écrivant « praedicandus » au lieu de « predicandus », la traduction devient « Jean, qui doit être proclamé en toutes choses ». Cela montre que LLM Mistral Large a du mal à distinguer entre pre et prae, alors qu’en latin medieval c’est souvent la même chose. LLM Mistral Large est capable alors de commettre un contresens.

2. Epigraphie : CBMA, Corpus épigraphique « bourguignon » (VIIIe-XVe siècle) – Version 2019

Jura, 1275_salinslesbains_JU012

Prompt :

Convert this in French : Anno Domini MCCLXXV[1275] in habitu domini Francisci obiit excellentissima domina Laura quondam comitissa Burgundie et domina de Salinis qui hoc sepulcro solemni est sepulta hanc autem capellam cum sepulcro edificari fecit famosus et inclytus princeps dominus Joannes de Cabilone dominus de Arlato filius ejus frater domini Hugonis comitis Burgundie Palatini et frater domini Joannis comitis Autissiodorensis.

Output :

En l’an du Seigneur 1275, la très excellente dame Laura, autrefois comtesse de Bourgogne et dame de Salins, décéda dans l’habit de saint François. Elle a été solennellement enterrée dans ce tombeau et a fait construire cette chapelle avec ce tombeau. Le célèbre et illustre prince Jean de Chalon-Arlay, seigneur d’Arlay, fils de celle-ci, frère du seigneur Hugues, comte palatin de Bourgogne, et frère du seigneur Jean, comte d’Auxerre, a fait construire cette chapelle.

Version 2

Prompt : convert this into French :

En l’an du Seigneur 1275, la très excellente dame Laura, autrefois comtesse de Bourgogne et dame de Salins, décéda dans l’habit du Seigneur François. Elle fut solennellement enterrée dans ce tombeau. Elle fit construire cette chapelle avec le tombeau, le célèbre et illustre prince Jean de Chalon, seigneur d’Arlay, fils et frère de Hugues, comte palatin de Bourgogne, et frère de Jean, comte d’Autun.

Commentaire: la version 1 est une meilleure traduction que 2. La traduction est, bien entendu, littérale : ce que nous comprenons comme habit des clarisses ici est traduit littéralement. La version 2 traduit faux « fils et frère de Hugues », tandis que la version 1 a bien traduit « filius ejus » comme « fils de celle-ci ».

3. Epigraphie : CBMA, Corpus épigraphique « bourguignon » (VIIIe-XVe siècle) – Version 2019

1028_sens8YO175

Prompt :

Convert this in French : Sanctus Savinianus. O martyr invictissime Saviniane pontifex paratam a rege tuo Roberto Francorum pio istam corporis prudenter suscipe tecam clementer Galliarum et primati Saviniano nobili vota solvit Constancia Francorum suplex regina ejus ut prece maxima sibi donentur debita pro impenso servitio referunt auctori Deo regi Roberto debitas almi martyres gratias ac regine postulanti et obtata reportanti …

Output :

Saint Savinien. Ô martyr invincible Savinien, évêque, accepte avec prudence cette châsse préparée pour ton corps par ton roi Robert, pieux roi des Francs. La reine Constance des Francs, suppliante, s’acquitte envers le noble primat Savinien des vœux qu’elle a faits pour que, par une grande prière, elle lui soit accordée les dons qui lui sont dus en récompense de son service. Les saints martyrs rendent grâce à Dieu, le roi bienveillant Robert, et à la reine qui demande et obtient ce qu’elle souhaite…

Version 2

Prompt : convert this into French :

Saint Savinien, martyr invaincu et évêque, reçois avec bonté cette châsse préparée pour ton corps par le roi pieux de France, Robert. La reine Constance des Francs, soumise et noble, a offert des vœux au primat de Gaule, Savinien, afin que, par une grande prière, il lui soit accordé les récompenses dues pour ses services rendus. Les saints martyrs rendent grâce à Dieu, le roi Robert, pour les bienfaits accordés à l’auteur, et à la reine qui a obtenu et rapporté ce qu’elle a demandé…

Commentaire : La version 1 est bonne. Mais la version 2 ici est vraiment de moins bonne qualité. Cela peut être de petits détails, comme par exemple, « soumise » (version 2) au lieu de « suppliante » (version 1), qui est un faux sens, car suppliante est plus correct ici. Mistral fait une faute de cas : c’est St Savinien qui est noble, et non pas la reine Constance. Il considère « nobili » (Datif) comme « nobilis » (Nominatif), probablement en ayant décidé que le Datif ici est une faute. Cela donne l‘impression que de sa propre initiative il corrige le texte.

4. Charte de la cathédrale de Ravenne, Paris, BNF, lat. 8842, TELMA : http://telma.irht.cnrs.fr/outils/originaux/charte1763/; Numéro 1763, Date : 575 ; Hauteur à gauche : 285 mm, Largeur en haut : 1180 mm, Largeur en bas : 620 mm

Prompt :

Convert this in French : l.44 Magistratus dixerunt : Quoniam de agnitis signaculis vel superscribtionibus testium responsio patefecit, nunc carta testamenti resignetur, linum incidatur, aperiatur, et per ordinem recitetur.
l.45 Et inciso lino ex officio recitatum est : Flavius Constantius vir honestus, tinctor publicus, procedens sanus sana mente integroque consilio, cogitans condiciones humanas et repentini casus, praesenti-
l.46-bus testibus numero competenti in hac cartula testamentum feci, idque scribendum dictavi Domitio Johanni forensi, cuique ipse litteras ignorans subter manu propria signum feci ;
l.47 quod testamentum meum, si quo casu jure civili seu praetorio vel alia quaelibet juris ratione valere non potuerit, etiam ab intestato vice codicellorum meorum valere illud
l.48 volo, hac valeat, ratamque hanc voluntatem meam esse cupio et jubeo.

Output :

Les magistrats ont dit : “Puisque la réponse concernant les sceaux ou les inscriptions des témoins a été claire, maintenant la charte du testament doit être restituée, le fil doit être coupé, elle doit être ouverte et lue dans l’ordre.” Et après que le fil a été coupé, il a été lu officiellement : “Flavius Constantius, homme honorable, teinturier public, agissant sain d’esprit, de corps et de conseil, considérant les conditions humaines et les accidents soudains, j’ai fait mon testament dans cette charte en présence d’un nombre suffisant de témoins, et je l’ai dicté pour être écrit à Domitius Johannes, notaire public, et comme je ne connais pas les lettres, j’ai fait ma marque de ma propre main en bas ; je veux que ce testament soit valable, même s’il ne peut pas l’être en vertu du droit civil ou prétorien ou de toute autre raison juridique, et je veux et ordonne que cela soit valable à la place de mes codicilles en cas de décès sans testament, et je veux et ordonne que cette volonté soit valable et ratifiée.”

Version 2

Prompt : convert this into French :

Les magistrats ont dit : “Étant donné que la réponse concernant les sceaux reconnus ou les inscriptions des témoins a été révélée, maintenant, le testament doit être restitué, le fil doit être coupé, il doit être ouvert et lu dans l’ordre.” Et une fois le fil coupé, il a été lu officiellement : “Flavius Constantius, homme honorable, teinturier public, agissant sain d’esprit et de jugement, considérant les conditions humaines et les cas soudains, en présence des témoins en nombre requis, j’ai fait ce testament dans ce document, et je l’ai dicté pour qu’il soit écrit à Domitius Johannes, avocat, et moi-même, ne connaissant pas les lettres, j’ai fait ma marque en bas de ma propre main ; ce testament, si par quelque cas il ne pouvait pas être valide selon la loi civile ou prétorienne ou toute autre raison juridique, je veux aussi qu’il soit valide en tant que codicilles de ma part, que cela soit valable, et je souhaite et ordonne que cette volonté soit ratifiée.”

Commentaire : la version 1 donne une très bonne traduction, la 2 est légèrement moins bonne mais globalement correcte.  LLM Mistral Large hésite visiblement avec les termes techniques : « forensis » est traduit comme « notaire public » ou « avocat ».

5. Poème de Godescalc dans son Evangéliaire : cité d’après l’article d’E. Palazzo, Art et liturgie au Moyen Age. Nouvelles approches anthropologique et épistémologique. Anales de Historia del Arte, 2010, Extra 2, pp.31-74. (https://shs.hal.science/halshs-00653366/document )

Prompt :

Convert this in French :

Aurea purpureis pinguntur grammata scedis, regna poli roseo pate, sanguine facta tonantis Fulgida stelligeri promunt et gaudia celi, eloquiumque dei digno fulgore choruscans splendida perpetuae promittit praemia vitae. En precepta dei decorata colore rosarum munera martyrii desmonstrant esse capenda, candida virginitas caelorum cara colonis auri flaventis specie hortatur habenda, argentique figuratur splendore micantis vita martirorum cunctis concessa iugalis. Sic doctrina dei pretiosis scripta metallis lucida luciflui perducit ad atria regni lumen evangelii sectantes corde benigno, scandentesque poli super ardua sidera celsi collocat in thalamo caelorum regis in aevum. Orbe bonus toto passim laudabilis heros, inclytus in regno, fretus caelestibus armis, laude triumphator, dudum super aethera notus, iure patrum solio feliciter inclitus heres, pacificus rector, patiens dominator et aequus, praelatus multis, humili pietate superbus, providus ac sapiens, studiosus in arte librorum. Iustitiae custos rectus, verusque fidelis, pauperibus largus, miseris solacia praestans, plenus honore Dei et Christi conpulsus amore, septenis cum aperit felix bis fascibus annum, hoc opus eximium Franchorum scribere Carlus Rex pius, egregia Hildgarda cum coniuge, iussit: quorum salvifico tueatur nomine vitas Rex regum sominus, caelorum gloria, Christus.

Output :

Les lettres sont peintes en or sur une étoffe pourpre, les royaumes des cieux s’ouvrent avec une rose, faite avec le sang du tonnerre, les joies éclatantes du ciel étoilé sont promises et l’éloquence de Dieu, brillant d’un éclat digne, promet les récompenses éternelles de la vie. Les commandements de Dieu, ornés de la couleur des roses, montrent que les dons du martyre doivent être acceptés, la virginité blanche, chère aux habitants des cieux, encourage à posséder l’or jaune, et la vie des martyrs est représentée par la splendeur de l’argent étincelant, accordée à tous comme un mariage céleste. Ainsi, la doctrine de Dieu, écrite avec des métaux précieux, conduit les fidèles, brillants comme la lumière du matin, dans les cours du royaume, suivant la lumière de l’Évangile avec un cœur bienveillant, gravissant les hauteurs du ciel étoilé, et place dans la chambre nuptiale du roi des cieux, pour l’éternité, le héros loué dans le monde entier, illustre dans le royaume, armé des armes célestes, vainqueur par la louange, depuis longtemps connu au-dessus des cieux, héritier heureux du trône des pères, gouverneur pacifique, maître patient et juste, prélat de nombreux fidèles, fier de sa piété humble, prévoyant et sage, zélé dans l’art des livres, gardien droit de la justice, fidèle et vrai, généreux envers les pauvres, apportant des consolations aux misérables, rempli de l’honneur de Dieu et de l’amour du Christ, il ouvre heureux l’année avec sept fois deux faisceaux, le pieux roi des Francs, Charles, a ordonné que cette œuvre exceptionnelle soit écrite, avec son épouse éminente Hildgarde, que le roi des rois, le sommeil des cieux, la gloire du Christ, protège leur vie avec son nom salvateur.

Version 2

Prompt : convert this into French :

Les lettres sont peintes en or sur des bandes de pourpre, les royaumes du ciel s’ouvrent avec une teinte rose, les actes accomplis par le tonnerre du tonnant sont annoncés par les étoiles brillantes, et la joie du ciel est promise par la parole de Dieu, qui brille d’un éclat digne. Les dons du martyre, ornés de la couleur des roses, montrent qu’ils doivent être acceptés selon les préceptes de Dieu, la pure virginité, chère aux habitants du ciel, encourage à posséder l’or jaune, et la vie des martyrs est représentée par la splendeur de l’argent étincelant, accordée à tous comme un mariage éternel. Ainsi, l’enseignement de Dieu, écrit avec des métaux précieux, conduit les fidèles qui suivent la lumière de l’Évangile dans les cours brillantes du royaume de la lumière, et les place dans la chambre nuptiale du roi des cieux pour l’éternité, alors qu’ils gravissent les hauteurs escarpées du ciel. Le héros louable dans tout le monde, illustre dans le royaume, armé des armes célestes, le vainqueur par la louange, connu depuis longtemps au-dessus de l’éther, l’héritier heureux du trône de ses ancêtres, le pacificateur, le dirigeant patient et juste, le prélat de beaucoup, fier de sa piété humble, prévoyant et sage, zélé dans l’art des livres. Le gardien juste de la justice, le vrai fidèle, généreux envers les pauvres, apportant le réconfort aux malheureux, rempli de l’honneur de Dieu et de l’amour du Christ, il ouvre heureusement l’année avec sept fois deux faisceaux, le pieux roi des Francs, Charles, a ordonné d’écrire cette œuvre exceptionnelle, avec son épouse distinguée Hildgarde, dont les vies soient protégées par le nom salvateur du roi des rois, la gloire des cieux, le Christ.

Commentaire : Il est possible d’abord que LLM Mistral Large se trompe à cause de la ponctuation ou de la répartion par vers, qu’il ne repère pas. Mais certaines erreurs demeurent. Exemple de gros contresens sur les vers 2 et 3 dans la version 1 :

  • « regna poli roseo pate sanguine facta tonantis ». La traduction correcte serait = « les royaumes du ciel, que dévoile le sang rouge du tonnant » (ou : « les royaumes du ciel qui tonne que dévoile le sang rouge »). Mistral : « roseo », adjectif, est traité comme le nom « rosa » ; de même, il n’a pas compris « tonantis », qui est une image de Jupiter tonnant, donc sans doute le Christ, dont le sang révèle le royaume du ciel.
  • « fulgida stelligeri promunt et gaudia celi ». La traduction correcte serait = « dévoilent les joies lumineuses du ciel étoilé ». Mistral : « promunt » est traduit comme « promittuntur »; et le sujet de la phrase était en fait toute la proposition nominale du vers précédent.

La version 2 est, ici aussi, moins bonne. « Une teinte rose » est meilleure, mais « le tonnere du tonnant » et le reste devient une traduction de moindre qualité. Aussi, les autres erreurs demeurent. En traduction de la poésie LLM Mistral Large obtient de mauvais résultats.

6. Extrait du martyrologe d’Adon : (https://books.openedition.org/momeditions/1062?lang=de )

8 août, alinéa 2 [Dubois et Renaud 1984, p. 257‑258] (VI ID. AVG.) (F1, R1-2) 

Prompt :

Convert this in French :

 Apud Viennam, Galliae urbem, natale sancti Seueri presbyteri et confessoris, qui, ut gesta testantur, natione Indus, (dans F2, R1-2, Vienna, natale sancti Seueri presbyteri. hic natione Indiis) (F1-F2, R1-2) fide Christi feruens, causa Euangelii praedicandi, laboriosissima peregrinatione suscepta, etiam ad praefatam urbem deueniens, ingentem paganorum multitudinem uerbo et miraculis ad fidem Christi conuertit. Cumque in pace quieuisset, conditus in basilica sancti Stephani, signis clarus mira fidelium ueneratione colitur.

Output :

À Vienne, ville de Gaule, eut lieu la naissance de saint Séverin, prêtre et confesseur, qui, comme en témoignent ses actes, était de nationalité indienne, brûlant de la foi du Christ, et qui, ayant entrepris un voyage très pénible pour prêcher l’Évangile, arriva même dans la ville susmentionnée et convertit une immense multitude de païens à la foi du Christ par sa parole et ses miracles. Après avoir vécu en paix, il fut enterré dans la basilique Saint-Étienne, où il est vénéré avec une grande dévotion des fidèles pour ses miracles étonnants.

Version 2

Prompt : convert this into French :

À Vienne, ville de Gaule, se trouve le lieu de naissance de saint Séverin, prêtre et confesseur, qui, comme en témoignent ses actes, était indien de naissance et ardent de la foi du Christ. Il entreprit un voyage très pénible pour prêcher l’Évangile et arriva même dans la ville susmentionnée, où il convertit une immense foule de païens à la foi du Christ par sa parole et ses miracles. Après avoir vécu en paix, il fut enterré dans la basilique Saint-Étienne, où il est vénéré avec une grande dévotion de la part des fidèles pour les signes étonnants qui s’y produisent.

Commentaire : globalement bien traduit. On traduirait plutôt « natale » comme anniversaire dans la tradition liturgique mais la traduction n’est pas fausse per se. Par contre, « in pace quieuisset » traduit comme « avoir vécu en paix » est un contre-sens, il faudrait dire « s’est endormi en paix ». Mais ce vocabulaire peut aussi être considéré comme des termes techniques dans la matière liturgique.

7. Hagiographie : Revelatio ecclesiae sancti Michaelis archangeli in Monte qui dicitur Tumba, V. 1. (https://www.unicaen.fr/puc/sources/chroniqueslatines/consult/ms210/LATrev.1.5.html )

Prompt :

Convert this in French :

Extruxit itaque fabricam non culmine subtilitatis celsam sed in modum cryptae rotundam, centum, ut aestimatur, hominum capacem, illius in monte Gargani volens exaequare formam, in monte praerupti silicis angelico apparatu facta terrigenis ad laudem et gloriam Dei habitatione, manifeste docens semper in caelestibus divini muneris opem esse poscendam altaque contemplationis intuitu penetrare aetheris astra, non terrenis limosisque paludibus rotantia hominum ponere corda. Quod cum non post multum tempus esset, opem ferente Deo, aedificatum, viro Dei Autberto episcopo manente anxio proinde quia cernebat sibi deesse sancti archangeli pignora, beatus eundem sacerdotem Michael admonuit uti fratres celerrime usque ad locum quo memoria venerabiliter colitur sanctissimi archangeli dirigeret in Gargano et eam quam angelo patrocinante referrent benedictionem cum summa exciperet gratulatione.

Output :

Il construisit donc un bâtiment, non élevé en hauteur, mais en forme de crypte ronde, pouvant contenir environ cent personnes, voulant imiter la forme de celle sur le mont Gargan, faite par l’apparition angélique sur une montagne de roche escarpée pour les terriens, à la louange et à la gloire de Dieu, enseignant clairement qu’il faut toujours chercher l’aide du don divin dans les choses célestes et pénétrer les étoiles de l’éther par la contemplation profonde, et ne pas placer les cœurs des hommes dans les marais terrestres et boueux. Et peu de temps après, avec l’aide de Dieu, le bâtiment fut construit, et l’homme de Dieu, l’évêque Autbert, étant anxieux, parce qu’il voyait qu’il manquait les gages de saint Michel Archange, le bienheureux prêtre Michel l’avertit de diriger rapidement les frères vers le lieu où la mémoire du très saint archange est vénérablement célébrée au Gargano et de recevoir avec la plus grande joie la bénédiction qu’ils rapporteraient sous la protection de l’ange.

Version 2

Prompt : convert this into French :

Il construisit donc un bâtiment qui n’était pas élevé en hauteur, mais plutôt de forme ronde comme une crypte, pouvant contenir environ cent personnes, voulant imiter la forme de celle sur le mont Gargano, faite par l’apparition angélique sur une montagne escarpée et rocheuse pour la louange et la gloire de Dieu, enseignant clairement qu’il faut toujours chercher l’aide du don divin dans les choses célestes et pénétrer les étoiles de l’éther par la contemplation profonde, et ne pas placer le cœur des hommes dans les marais terrestres et boueux. Et peu de temps après, avec l’aide de Dieu, le bâtiment fut construit, et l’évêque Autbert, homme de Dieu, étant anxieux parce qu’il voyait qu’il manquait les gages de l’archange saint Michel, le bienheureux prêtre Michel l’avertit de diriger rapidement les frères vers le lieu où la mémoire du très saint archange est vénérablement honorée sur le Gargano et de recevoir avec la plus grande joie la bénédiction qu’ils rapporteraient avec l’aide de l’ange.

Commentaire : très bien traduit

8. ANNALES REGNI FRANCORUM (http://www.thelatinlibrary.com/annalesregnifrancorum.html )

Prompt :

Convert this in French :

[756] DCCLVI. Dum prospexisset Pippinus rex, ab Haistulfo Langobardorum rege ea non esse vera, quod antea promiserat de iustitiis sancti Petri, iterum iter peragens in Italiam Papiam obsedit, Haistulfum inclusit, magis magisque de iustitiis sancti Petri confirmavit, ut stabiles permanerent, quod antea promiserat; et insuper Ravennam cum Pentapolim et omni Exarcatu conquisivit et sancto Petro tradidit.

Output :

[756] 756. Lorsque le roi Pépin eut constaté que le roi des Lombards Astolphe ne tenait pas ses promesses concernant les territoires de Saint-Pierre, il entreprit une nouvelle campagne en Italie, assiégea Pavie, enferma Astolphe et confirma de plus en plus les territoires de Saint-Pierre pour qu’ils restent stables, comme il l’avait promis auparavant. En outre, il conquit Ravenne avec la Pentapole et tout l’Exarchat et les donna à Saint-Pierre.

Version 2

Prompt : convert this into French :

[756] En 756, lorsque le roi Pépin eut constaté que le roi des Lombards, Aistulf, n’avait pas tenu ses promesses concernant les terres de Saint-Pierre, il entreprit à nouveau une campagne en Italie, assiégea Pavie, enferma Aistulf et confirma de plus en plus les droits de Saint-Pierre pour qu’ils restent stables comme promis auparavant. En outre, il conquit Ravenne, la Pentapole et tout l’Exarchat et les donna à Saint-Pierre.

Commentaire : De nouveau, la version 1 est meilleure, de plus « justitiae sancti Petri » est traduit très bien comme « territoire de Saint-Pierre ». Or, la version 2 ne montre pas une telle affinité. De plus, dans la version 2, LLM Mistral Large transforme la simple date 756 en tournure « en 756 », ce qui devient une surinterprétation et peut potentiellement poser des problèmes dans le travail sur un corpus plus grand des textes.

9. La Summa Theologica de Francesc Eiximenis (XV s) (https://narpan.net/ben/indexqnphth.htm )

Prompt :

Convert this in French :

Quid est persona:

 Persona describitur sic: Persona es suppositum intellectuale. Ex qua descriptione patet quod suppositum est superius ad personam. Quidquid enim est persona est suppositum, sed non econverso, quia asinus dicitur suppositum, sed non est persona, quia solius nature ra­tionalis seu intellectualis est persona. Et sic est intelligenda descriptio Boëtii dicentis: «Persona est natura rationalis individua substan­tia», intelligendo per individuam substantiam suppositum substantiale seu intellectuale. Consimiliter potest dici de illa Ricardi de Sanc­to Victore dicentis: «Persona nature intellectualis incommunica­bilis subsistentia», intelligendo per incommunicabilem subsistentian: scilicet suppositum.

Output :

Qu’est-ce qu’une personne ?

Une personne est décrite ainsi : une personne est un sujet intellectuel. De cette description, il est évident que le sujet est supérieur à la personne. En effet, tout ce qui est une personne est un sujet, mais l’inverse n’est pas vrai, car un âne est dit être un sujet, mais ce n’est pas une personne, car seule la nature rationnelle ou intellectuelle est une personne. Et c’est ainsi qu’il faut comprendre la définition de Boèce qui dit : “Une personne est une substance individuelle de nature rationnelle”, en comprenant par substance individuelle un sujet substantiel ou intellectuel. De même, on peut dire la même chose de la définition de Richard de Saint-Victor qui dit : “Une personne est une subsistance incommunicable de nature intellectuelle”, en comprenant par subsistance incommunicable : c’est-à-dire un sujet.

Version 2

Prompt : convert this into French :

La personne est décrite ainsi : la personne est un sujet intellectuel. De cette description, il est évident que le sujet est supérieur à la personne. En effet, tout ce qui est une personne est un sujet, mais l’inverse n’est pas vrai, car un âne est appelé un sujet, mais ce n’est pas une personne, car la personne est propre à la nature rationnelle ou intellectuelle. Et c’est ainsi qu’il faut comprendre la définition de Boèce qui dit : “La personne est une substance individuelle de nature rationnelle”, en comprenant par substance individuelle un sujet substantiel ou intellectuel. De même, on peut dire la même chose de la définition de Richard de Saint-Victor qui dit : “La personne est une subsistance incommunicable de nature intellectuelle”, en comprenant par subsistance incommunicable : c’est-à-dire un sujet.

Commentaire : Ici, la traduction reste vraiment similaire. LLM Mistral Large a des difficultés avec la philosophie, mais c’est moins flagrant qu’avec la poésie. Les nuances du texte se perdent. « Solius nature rationalis seu intellectualis est persona ». La traduction de LLM Mistral a un peu contourné la structure de la phrase (en traitant « solius nature » comme un nominatif alors que c’est un génitif). Le sens semble être : « Tout ce qui est une personne est un sujet, mais l’inverse n’est pas vrai ; l’âne est considéré comme un sujet, mais non comme une personne, car la personne ne relève que d’une nature rationnelle ou intellectuelle ». Tout de même, le sens global reste bon.

10. Paul Diacre, Historia Langobardorum (http://remacle.org/bloodwolf/historiens/diacre/lombards3.htm )

Livre III, CAPUT V. Quomodo Saxones cum Langobardis in Italiam venerunt.

Prompt :

Convert this in French :

Post haec Saxones, qui cum Langobardis in Italiam venerant, in Gallias perrumpunt, et intra territorium Rhegense, id est, apud Stablonem villam, castra constituunt, discurrentes per villas urbium vicinarum, diripientes praedas, abducentes captivos, vel etiam cuncta vastantes. Quod cum Mummulus comperisset, super eos cum exercitu irruit, multosque ex eis interfecit, ac donec nox finem faceret, caedere non cessavit. Ignaros enim repererat homines, et nihil de iis quae acciderant autumantes. Mane autem facto statuunt Saxones exercitum, praeparantes se fortiter ad bellum, sed intercurrentibus nuntiis pacem fecerunt. Datisque muneribus Mummulo, relictis captivis, et universa praeda, ad Italiam revertuntur.

Output :

Après cela, les Saxons, qui étaient venus en Italie avec les Lombards, font irruption en Gaule et établissent leur camp dans le territoire de Rheims, c’est-à-dire près du village de Stablonem, se répandant dans les villages des villes voisines, pillant les butins, emmenant les captifs, et dévastant tout. Quand Mummulus l’apprit, il se précipita sur eux avec son armée, et en tua beaucoup, et ne cessa de tuer jusqu’à ce que la nuit mette fin aux combats. Il avait trouvé des hommes ignorants, ne sachant rien de ce qui s’était passé. Le matin, les Saxons se préparent pour la bataille, se fortifiant pour la guerre, mais des messagers interviennent et ils font la paix. Après avoir donné des cadeaux à Mummulus, ils laissent les captifs et tout le butin et retournent en Italie.

Version 2

Prompt : convert this into French :

Après cela, les Saxons, qui étaient venus en Italie avec les Lombards, font irruption en Gaule et établissent leur camp à l’intérieur du territoire de Rheims, c’est-à-dire près du village de Stablonem. Ils courent à travers les villages des villes voisines, pillant les butins, emmenant des captifs et détruisant tout. Lorsque Mummulus l’apprit, il se précipita sur eux avec son armée et tua beaucoup d’entre eux, et il ne cessa de les tuer jusqu’à ce que la nuit mette fin aux combats. Il avait trouvé des hommes ignorants, ne sachant rien de ce qui s’était passé. Le matin, les Saxons se préparent à l’armée, se préparant à se battre avec bravoure, mais des messagers interviennent et ils font la paix. Ils donnent des cadeaux à Mummulus, laissent les captifs et tout le butin et retournent en Italie.

Commentaire : Les tournures peuvent être plus ou moins jolies mais le sens global reste bon.

 

Conclusions pour la traduction avec l’aide du LLM Mistral Large

  1. La syntaxe simple est traduite facilement et correspond normalement à l’original. Pour la prose, LLM Mistral se débrouille souvent vraiment bien, cependant pour la poésie (ou des textes de nature poétique) il n’est pas bon du tout. Ce qui est légèrement inquiétant, c’est qu’il propose parfois ses idées ou sa manière d’interpréter, et cela peut vraiment éloigner de l’original et même empêcher de comprendre le texte.
  2. Les versions du 27 mars et du 4 avril diffèrent légèrement. De prime abord, il paraît que cette différence concerne principalement l’emploi des temps (passé composé vs passé simple) et une légère modification des mots. Or, une analyse plus détaillée montre que cela peut produire plus de contre-sens, et la version 2 de cette série d’essais a commis plus de contre-sens pour plusieurs genres de textes.
  3. Vu que le même texte a été lancé deux fois et les résultats ne sont pas les mêmes partout, la question se pose de la fiabilité de Mistral. La version peut être presque parfaite du point de vue de la précision de la traduction, de l’affinité et même de la stylistique. Lancée un autre jour, elle peut produire non seulement de petites coquilles, mais aussi des erreurs. LLM Mistral n’est pas très fiable car il peut proposer des versions différentes des textes et avoir des bugs (dans l’essai du 4 avril, la version 2 a été doublée chaque fois – avec la même ligne de commande, je recevais 2 fois les mêmes résultats).

En somme, LLM Mistral a commis de multiples erreurs : de vocabulaire, de conjugaison, et de construction syntaxique, notamment dans la poésie, où il y a trop de sens superposés, surtout dans sa Version 2. En somme, dans la version 1 il y avait beaucoup moins d’erreurs et de contre-sens, parfois même de très jolies tournures. La traduction des termes techniques rencontre des difficultés de traduction.

En conclusion, LLM Mistral Large n’aide pas à traduire des textes difficiles (notamment de la poésie) ni à appréhender des termes techniques. Mais dans l’état actuel, le logiciel peut être utilisé comme un appui pour vérifier la traduction de l’utilisateur et/ou pour avoir de l’inspiration.



Citer ce billet
Ekaterina Novokhatko (2024, 16 avril). Cahier de laboratoire : Essai de traduction avec LLM Mistral Large (https://chat.mistral.ai). Les carnets du LaMOP. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w863

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search