La représentation politique. Pratiques et discours critiques – Cycle d’ateliers

Université Paris-Nanterre & Campus Condorcet – Avril-juillet 2024

Organisé par Christophe Le Digol, Émilie Rosenblieh & Christophe Voilliot

La représentation politique – Affiche

Programme

Le cycle d’ateliers sur la représentation politique s’inscrit dans la réflexion pluridisciplinaire engagée sur la prise de décision collective. Le questionnement étudie ce processus au prisme des discours et pratiques critiques qui le contestent. Le cycle d’ateliers La représentation politique. Pratiques et discours critiques se tiendra à l’université Paris-Nanterre et sur le Campus Condorcet d’avril à juin 2024. Il prolonge deux cycles d’ateliers intitulés L’élection et ses critiques. Construction d’un répertoire d’actions (université Paris-Nanterre et université de Franche-Comté, avril-juillet 2022), puis Le vote et ses critiques. Construction d’un répertoire d’actions (université Paris-Nanterre et université de Franche-Comté, avril-juin 2023). Ces ateliers réunissent des spécialistes de plusieurs sciences sociales : science politique, histoire, sociologie, droit, anthropologie, économie et géographie. Ce troisième cycle aborde la notion complexe de représentation, qui était présente dans les échanges scientifiques de deux cycles précédents, sans être jusqu’alors au cœur de nos analyses.


Il s’agit de dénaturaliser la représentation politique que ceux qui ont intérêt à représenter posent et imposent comme une évidence. Les mécanismes de la représentation politique exposés par Pierre Bourdieu (1981) révèlent la production du groupe représenté par le travail de représentation. Ce processus se déploie jusqu’à ce que les représentés se reconnaissent comme groupe dans l’image politique ainsi construite. Cette théorie de la représentation politique s’inscrit dans la déclinaison démocratique issue des transformations des formes de domination. Les quatre ateliers proposent d’élargir l’analyse à d’autres configurations institutionnelles et politiques dans un large espace-temps, où les représentants peuvent être élus ou non, selon un droit de vote reconnu à un groupe restreint ou élargi, voire qualifié d’universel. Le travail de représentation s’accomplit par des techniques et des pratiques aussi diverses que la « représentation-figuration » ou la « représentation-délégation » médiatisée par le mandat (Hasso Hoffmann, 1974). Ces différentes formes de représentation entendent garantir la représentativité des assemblées délibératives, et elles ont toutes suscité des critiques, que nous souhaitons placer au cœur de nos travaux collectifs.


Atelier 1. Quand le représentant crée le représenté
Université Paris-Nanterre, vendredi 5 avril 2024, 10h-16h
Catherine Achin (université Paris-Dauphine), Les effets de la féminisation sur le travail de représentation politique
François Foronda (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), L’assemblée représentée. Iconographie parlementaire dans l’Europe médiévale
Christophe Le Digol (université Paris-Nanterre), Des États généraux à l’Assemblée nationale. Quand les députés inventent la Nation (1789-1791)
Laurent Willemez (université Versailles-Saint-Quentin), Représenter par le droit ? Avocats et élections nationales en France (1848-1875)


Atelier 2. Représenter quoi ? Territoires, citoyens, groupes
Université Paris-Nanterre, vendredi 26 avril 2024, 10h-16h
Fabien Carrié (IEP de Fontainebleau-UPEC), Le porte-parolat des bêtes. La cause animale et la difficile légitimation d’une entreprise de représentation politique
Matthieu Jeanne (Institut français de géopolitique), Représenter l’expression électorale et les rivalités géopolitiques à l’œuvre sur le territoire parisien
Anne de Mathan (université de Caen), Le ‘fédéralisme’ en 1793 : propositions d’analyse d’une crise de la représentation parlementaire pendant la Révolution française et après
Michel Offerlé (École normale supérieure de Paris), Comment représenter les patrons ?


Atelier 3. Le travail de représentation
Lamop, Campus Condorcet, vendredi 31 mai 2024, 10h-16h
Sophie Béroud (université Lumière Lyon 2), Le travail de représentation syndical : entre façonnage institutionnel et appropriations militantes
Gaëtan Bonnot (université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Exprimer et légitimer la représentation à l’œuvre dans les assemblées d’états (XIVe-XVe siècles)
Yves Déloye (Sciences Po Bordeaux), Le cléricalisme électoral en France : entre représentation descriptive et
démocratie représentative
Jean Garrigues (université d’Orléans), Les patrons, le parlement et la représentation sous la IIIe République


Atelier 4. Critiquer la représentation, critiquer les représentants
Université Paris-Nanterre, vendredi 21 juin 2024, 10h-16h
Thomas Brisson (université Paris 8 Saint-Denis), Diversité ethnique, formation nationale et fermeture du champ politique : enjeux contradictoires de la représentation politique dans la Singapour post-impériale
Samuel Hayat (CNRS, Cevipof), La souveraineté contre la représentation : les usages révolutionnaires du rousseauisme
Rachel Renault (université du Mans), Qui représente la plèbe ? Émeute, famine et politique à Erfurt en 1771
Michèle Riot-Sarcey (université Paris 8 Saint-Denis), De la représentation politique au XIXe siècle. Construction et problèmes


Pour suivre un atelier en présence ou visioconférence, veuillez contacter les organisateurs :
cledigol@parisnanterre.fr
emilie.rosenblieh@univ-fcomte.fr
christophe.voilliot@parisnanterre.fr



Citer ce billet
Ekaterina Novokhatko (2024, 12 mars). La représentation politique. Pratiques et discours critiques – Cycle d’ateliers. Les carnets du LaMOP. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w09e

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search